28.9 C
Dzaoudzi
mardi 27 septembre 2022
AccueilorangeQuel avenir pour les personnes âgées à Mayotte?

Quel avenir pour les personnes âgées à Mayotte?

Mouhoutar Salim décrit une société jadis ouverte, qui se replie sur elle-même
Mouhoutar Salim décrit une société jadis ouverte, qui se replie sur elle-même

Ingénieur sanitaire, Chargé de mission ARS OI, lors de la Journée sur la maladie d’Alzheimer, il avait mis en parallèle les évolutions de la vieillesse et des valeurs sociétales de l’île en essayant d’apporter des solutions pour éviter l’isolement des anciens.

Pour comprendre pourquoi les solutions métropolitaines pourraient déstabiliser les familles, il faut resituer la place des personnes âgées dans la société mahoraise. Une société « au peuplement à la fois africain et malgache, créole par l’histoire et l’économie coloniale, française par le cœur, européenne en tant que RUP, Musulmane par sa religion dominante et construite autour de la matrilocalité et de la matrilinéarité ».

La première signifiant que l’épouse reste dans le village ou le lieu de résidence de sa mère une fois mariée, rajoutée à la matrilinéarité qui assure le lignage par la mère, notamment l’héritage. C’est une forte particularité de la société mahoraise.

Le patriarcheBacoco

Autre caractéristique, la communauté prime sur l’individu ici, « l’identité et le statut d’une personne ne sont pas définis par son autonomie, son mérite ou sa réussite, mais son appartenance décisive à des groupes », souligne Mouhoutar Salim, qui rappelle également « le primat des valeurs spirituelles sur les règles matérielles, visible dans les rapports avec la religion, les esprits ou la mort. Ainsi, les qualités de cœur sont mieux jugées que les capacités physiques ou la puissance économiques. »

Il en découle un fonctionnement de la famille traditionnelle totalement différent de la métropole : « tous vivent dans le même enclos familial, ‘mraba’, elle est fortement hiérarchisée, sous l’autorité d’un seul chef. Il s’agit du père ou du grand-père pour la prise de décision, de la mère ou de la grand-mère pour l’organisation des activités du foyer familial. » Dans nos familles occidentales, lorsque, fait rare, les grands parents vivent au domicile de leurs enfants, ce sont ces derniers qui organisent la vie de la maison, de leurs propres parents et de leurs enfants.

« 6 mahorais sur 10 meurent avant 65 ans »

Contrairement aux termes habituellement usités, « coco et bacoco », font référence à la parentalité de la personne âgée, « grand-père et grand-mère ». C’est Muduhazi, qu’il faut plutôt utiliser pour parler de vieux ou vieille, « Waduhazi », au pluriel. La vieillesse se caractérise comme partout par la baisse des facultés physiques, intellectuelles ou sexuelles.

Et on ne fait pas de vieux os à Mayotte : « L’espérance de vie est de 74 ans mais 6 mahorais sur 10 décèdent avant leur 65ème anniversaire », rapporte l’ingénieur sanitaire. Les conditions sanitaires ne faisant que s’améliorer, l’espérance de vie doit s’allonger, et les jeunes de moins de 18 ans qui composent la moitié de la population, sont les personnes âgées de demain, promettant une population vieillissante d’ici 40 ans.

Mais Mayotte française c’est aussi l’adoption d’autres schémas, notamment par les jeunes qui partent étudier ou travailler dans l’Hexagone. Créant une double difficulté : « L’émergence d’un matérialisme, d’un individualisme, d’un consumérisme érigé en modèle de comportement », et « l’absence de prise en charge des personnes âgées par ces trentenaires partis en métropole. »

Oser explorer des solutions

Les grands-pères aussi viennent de plus en plus dans l'association
Activités au sein d’une association pour les waduhazi

Le repli de la structure familiale « qui tend à devenir de plus en plus nucléaire et non plus élargie », la « physionomie du mariage moins précise », installe un isolement des anciens.

Alors que la personne âgée était un ‘trésor’ (‘dafiné’) « compte tenu de son expérience dans le folklore, la culture, la religion et la tradition en général », à la fois « masseuse, conteuse, médiatrice », elle perd peu à peu cette place.

Mouhoutar Salim propose des pistes : « Créer des services de soins et de loisir, tout en évitant les pièges de l’imitation rampante des modèles occidentaux, notamment la transplantation des personnes âgées dans les maisons de retraite », dont peu se réjouissent en réalité 10.000 km plus haut… Promouvoir leur intégration dans le tissu associatif et la solidarité entre les générations, « à l’endroit même où les personnes âgées ont passé leur vie », mais surtout ne pas rester « dans l’incapacité d’explorer les possibilités et les limites des valeurs mahoraises. »

Lucide sur les exigences à tenir, Mouhoutar Salim conclut sur la nécessité de « garder l’équilibre entre le meilleur de la métropole et le meilleur de Mayotte. »

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Ralentissement de l’inflation en août sous l’effet du recul des prix...

139523
Le dernier bulletin de l’INSEE rapporte un petit 0,1% d’augmentation des prix en août. Pas loin d’une baisse donc, mais c’était sans compter les...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139523
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139523
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139523
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139523
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139523
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com