Bandrélé 2030: la commune s’offre une stratégie de développement

0
190
Le réaménagement imaginé du village de Bandrélé
Le réaménagement imaginé du village de Bandrélé

«Conceptualiser les évolutions pour un développement harmonieux de la commune d’ici à 2030.» Le projet de Bandrélé est ambitieux et la commune s’est donnée les moyens d’avancer de façon structurée. Avec le cabinet «Jullien conseil», l’équipe municipale a défini «les orientations et la stratégie» qui vont se décliner pour les 15 prochaines années sur 3 échelles de territoires : celle de la commune, celle des villages et enfin l’échelle des sites.

«Ce schéma constitue notre feuille de route pour la durée du mandat et au-delà et il nous appartient de le concrétiser», explique le maire Moussa ben Ali Moussa.

Le village de Bandrélé devrait ainsi connaître une profonde mutation. Le déplacement de la mairie dans ses nouveaux locaux sur la nationale 3 va entrainer une restructuration rapide du front de mer accompagnée de «nouvelles dispositions en faveur de la lutte contre l’habitat indigne». Cette façade maritime pourrait être entièrement repensée avec des espaces publics réaménagés, des zones naturelles (cours d’eau, zone d’exploitation du sel, mangrove…) protégées et une extension urbaine qui va développer le village sur les parcelles à l’arrière du dispensaire. Une médiathèque est également en projet.

Une AOC pour le sel de Bandrélé

Moussa Ben Ali Moussa, le maire de Bandrélé donne une stratégie de développement à sa commune
Moussa Ben Ali Moussa, le maire de Bandrélé donne une stratégie de développement à sa commune

Deux phases sont imaginées : l’aménagement paysagé du front de mer et la création de sentiers de découverte d’ici à 2020 puis jusqu’en 2030 la réalisation d’une «maison contemporaine du sel», et la reconstruction d’une partie du village sur le site historique de Mujini Bandrélé. Le village tente ainsi de préserver son authenticité sans bloquer son développement. Ces aménagements doivent permettre le classement en AOC de la production de sel pour en faire un atout économique et renforcer l’image de la ville.

Mtsamoudou, 2e village le plus peuplé après Bandrélé, doit également bénéficier d’un aménagement complet de son front de mer pour combiner réellement activité de pêche et plage à touristes. Une politique de résorption de l’habitat insalubre va être renforcée, le foyer des jeunes finalisé.

A Hamouro, un vaste espace public en bordure de plage doit être aménagé, une extension urbaine programmée de même qu’un «campus», sans parler de la rénovation du marché.
Nyambadao va bénéficier de la réalisation d’un port de pêche, suivant une étude réalisée par la CAPAM, et mettre en place des structures de transformation de la production au plus près de l’activité. La MJC sera également achevée et la sécurisation de la route nationale menée avec la DEAL.

Un énorme projet à Musical Plage

L'aménagement imaginé de Musical Plage
L’aménagement imaginé de Musical Plage

A Dapani, un bar-restaurant devrait voir le jour pour conforter l’activité de la base d’ULM et des parcelles agricoles restructurées pour valoriser une production locale. Enfin Bambo-Est est conforté dans sa vocation balnéaire avec de multiples aménagements du site.

Autre grand changement à venir : le site de Musical Plage. Le JDM vous avez présenté le projet, fortement soutenu et porté par la commune. Elle doit devenir «un véritable pôle nautique et balnéaire à l’échelle du Grand sud Mahorais». Elle doit également accueillir un réseau de transport maritime qui ferait d’elle un carrefour d’embarquement et de débarquement.

Ecoles et assainissement

Deux gros chantiers vont également rythmer la vie de la commune dans les années à venir. Bandrélé a mis en place un plan de rénovation des équipements scolaires pour 2016-2019. Il est en cours d’étude par les services de l’état. Enfin, après la pose de la 1ère pierre de la station d’épuration au mois de novembre dernier qui traitera les eaux de 6.000 foyers, l’Etat finance pour plus de 9 millions d’euros de réseaux de transfert et de collecte en plus de la STEP jusqu’en juillet 2017.

Au final, la commune pose sur la table publique des ambitions raisonnables et structurées dans le temps, en s’appuyant sur des initiatives privées ou associatives tout en espérant en susciter de nouvelles. Plus que jamais, l’idée est de se donner les moyens de se construire au rythme soutenu qu’imposent à la fois notre démographie et notre besoin de rattrapage… Mais sans se perdre.
RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here