30.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilorangeJeunes et autorités, ensemble à Kawéni : échanger pour changer

Jeunes et autorités, ensemble à Kawéni : échanger pour changer

Le collectif à l’origine de la marche de Kawéni a rassemblé environ 80 jeunes autour de nombreuses autorités pour parler. Sans les parents et sans les journalistes, libérer la parole pour faire avancer le quartier.

Le quartier de Kaweni vu depuis Hamaha
Le quartier de Kaweni vu depuis Hamaha

Ils ont parlé de leur vie et de leur quartier. Vendredi après-midi, sans les parents et sans les médias, environ 80 jeunes de Kawéni ont échangé de façon très franche mais aussi «très respectueuse» selon Julien Gauquelin du collectif à l’origine de l’initiative avec des autorités prêtes à jouer le jeu : vice-procureur, délégué du préfet, policiers, représentants de la BAC, de la jeunesse, sport et cohésion sociale (DJSCS) et d’élus de la mairie.

Les jeunes ont parlé des évolutions qui marquent la vie du quartier. Les médiateurs de nuit ont ainsi disparu depuis quelques mois. «Pourtant, c’était plus calme quand ils étaient là», souligne Julien Gauquelin. Certains des jeunes présents occupaient d’ailleurs ces postes.

Les échanges valaient dans les deux sens. Les jeunes ont entendu leurs droits mais aussi leurs devoirs et des infos comme par exemple ces chiens non tatoués que les mineurs ne peuvent pas posséder. Des contrôles seront d’ailleurs menés dans les semaines qui viennent.

Alerte sur les 12/13 ans

Les plus âgés, jeunes majeurs ou presque, ont aussi alerté sur les comportements de plus petits. «Beaucoup ont fait des bêtises mais aujourd’hui, les 12/13 ans sont beaucoup plus violents. Ils sont sans scrupules et sans limites.»

La marche de Kawéni le 23 mai dernier
La marche de Kawéni le 23 mai dernier

Les plus âgés sont prêts à s’investir pour les encadrer et remettre en place une forme d’autorité qui serait d’autant plus entendue qu’elle viendrait de ceux qui ont connu une période de délinquance. Mais cette volonté butte sur une chose : le manque de moyens, pour dire la réalité simplement, la misère.

Comme attendu les jeunes demandent essentiellement deux choses pour leur vie: des formations et du travail. «Ils ont besoin qu’on les accompagne pour décrocher du travail. Pour les entreprises, les jeunes de Kawéni sont tous des délinquants qu’il faut éloigner. Mais elles doivent aussi leur donner leur chance et en prendre quelques-uns à l’essai», explique Julien Gauquelin.
«Il ne faut pas attendre et il faut se bouger et continuer à frapper aux portes», ont répondu en substance les autorités.

Des réponses individuelles

Le collectif a rempli des fiches individuelles avec les jeunes pour connaître leur parcours et leurs besoins et ainsi passer d’un discours général à des questions et donc peut-être des réponses précises.

Julien Gauquelin a préparé des questions concrètes pour de futures Assises
Julien Gauquelin organisateur de la rencontre après la marche

La police et la BAC étaient en première ligne face aux critiques sur des comportements «agressifs ou provocateurs». «Beaucoup d’entre vous ont des talents pour réussir leur vie mais certains n’ont que des talents diaboliques», leur a répondu franchement le Capitaine Chamassi. La police est prête pourtant elle aussi à jouer un rôle, en proposant à des jeunes de partir en formation pour devenir agents de police. «Cette année, après 6 ans, 7 agents vont devenir gardiens de la paix», explique le Capitaine Chamassi.

Des heurts qui mobilisent les énergies positives

La police qui s’est retrouvée en première ligne après la réunion… D’autres jeunes, peu nombreux et d’un autre quartier de Kawéni, ont caillassé les forces de l’ordre avec deux policiers légèrement blessés, une interpellation et des gaz lacrymogènes qui sont tombés dans une école primaire où les personnels étaient encore choqués ce lundi matin.

Les conséquences imprévisibles sur l'activité
Depuis la Convalesnce

De quoi mobiliser un peu plus le collectif pour avancer dans la responsabilisation et l’occupation des gamins. «Après la marche, tout n’allait pas changer du jour au lendemain. Mais on avance», indique Julien Gauquelin.

Un comité citoyen sera bientôt officialisé et un comité de surveillance est sur les rails. On y retrouvera des jeunes qui ont assisté à la réunion. Et des opérations sont prévues pour les vacances. Les bonnes volontés semblent n’avoir jamais été aussi nombreuses avec l’impératif de ne pas décevoir.
RR
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Nassuf Djaïlani, Mayotte

Quand la « morsure trop vive » de Nassuf Djaïlani enfante...

0
Le célèbre poète et romancier mahorais Nassuf Djaïlani était de passage sur son île natale récemment afin de présenter au public son nouveau roman : « Cette morsure trop vive ». Récit mettant en scène deux frères dans un Chiconi chimérique (« Chiconi-sur-Mer), ce roman mêlant des aspects à la fois sociologiques, psychologiques et historiques, est également une redoutable satire des injustices inhérentes au système post-colonial français à Mayotte
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.