31.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilEconomieUne étude mesure la vulnérabilité des Outre-mer au changement climatique

Une étude mesure la vulnérabilité des Outre-mer au changement climatique

L’Agence française de développement (AFD) a calculé un indicateur de vulnérabilité physique au changement climatique (IVPCC) pour les Outre-mer. Mayotte est plutôt moins exposée que d’autres territoires.

Image satellite d'Hellen le dimanche 30 mars 2014 à 15 heures, heure de Mayotte
Image satellite d’Hellen le dimanche 30 mars 2014 à 15 heures, heure de Mayotte

A l’échelle de la planète, il est admis que le réchauffement climatique va plus durement frapper les petites économies insulaires, plus vulnérables aux chocs que la moyenne des autres économies mondiales. Pourtant, il n’existe que peu d’indicateurs permettant d’appréhender le sujet. L’AFD vient de combler en partie ce manque en proposant le calcul de deux données : l’indicateur de vulnérabilité économique (IVE), qui n’est pas pertinent pour Mayotte car trop d’informations sont manquantes, et l’indicateur de vulnérabilité physique au changement climatique (IVPCC).

Cet IVPCC rassemble les différents types de risques liés au changement climatique, les chocs permanents, progressifs et irréversibles, il évalue le degré d’exposition de chaque territoire et l’amplitude probable de ces chocs.

Comparés à leurs voisins, les Outre-mer français s’en tirent plutôt bien. Il apparaît que ce sont deux régions antillaises qui sont les plus vulnérables au changement climatique, la Guadeloupe et Saint-Martin, suivies de la Guyane puis de la Polynésie française.

Des chocs différents

L'indicateur de vulnérabilité au changement climatique par l'AFD : Saint-Martin la plus vulnérable
L’indicateur de vulnérabilité au changement climatique par l’AFD : Saint-Martin la plus vulnérable

Aucun territoire n’est frappé par l’ensemble des phénomènes que sont la hausse des températures, la désertification, l’élévation du niveau de la mer, l’augmentation du nombre et de l’intensité des événements extrêmes, etc. Par exemple, la hausse des températures est moins élevée sur les océans que sur les continents (ou sur les grandes îles comme Madagascar) et concerne essentiellement les Antilles.

Les territoires présentent une exposition au risque de sécheresse relativement faible mais l’instabilité des précipitations constitue sur certains territoires le risque le plus important, particulièrement en Guyane et à La Réunion.

Autres risques, l’élévation du niveau de la mer et à l’intensification des événements extrêmes (chocs pluviométriques, cyclones).
Cette exposition à l’élévation de la mer a commencé à être mesurée. Dans les Outre-mer, des scientifiques ont estimé (en 2012) l’élévation, sur la période 1993-2011, de l’ordre de 0 à 3 mm/an en Martinique, Guadeloupe et Polynésie française, de 2 à 3 mm/an à Saint-Pierre-et-Miquelon, de 3 à 5 mm/an en Nouvelle-Calédonie et à Mayotte, et de 5 à 9 mm/an à La Réunion.

+ 5,5 cm pour le niveau de la mer en 20 ans à Mayotte

Sur la période, cela représente tout de même un minimum de 5,5 cm pour Mayotte mais ces chiffres ne peuvent pas être complétés par les données sur les marées. Les séries statistiques sont trop courtes pour analyser une éventuelle variation significative.

La passe en S
La passe en S : une élévation du niveau de la mer de 5,5 cm au minimum entre 1993 et 2011 à Mayotte

C’est donc généralement une élévation de 1 mètre qui est prise en compte pour calculer l’impact sur les Outre-mer. Pour Mayotte, ce changement a des conséquences très limitées, mais d’autres territoires comme la Polynésie, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis-et-Futuna sont plus impactés.

Ressources, économies, risques

Au final, les auteurs de l’étude indiquent qu’niveau local, «trois principaux domaines doivent plus particulièrement attirer l’attention des acteurs nationaux et locaux en matière d’adaptation aux impacts du changement climatique» pour atténuer la vulnérabilité des territoires insulaires : la gestion des ressources naturelles (ressources en eau, préservation de la biodiversité terrestre et marine, les sols…), les secteurs économiques (agriculture, forêt, tourisme, énergie, transport, construction…), la gestion des risques (santé humaine, gestion des inondations et des zones côtières…).

Ces questions méritent d’être soulevées car la plupart des risques actuels vont rester identiques à l’avenir ou s’amplifier. Ajouter à la croissance démographique et urbaine, ils peuvent avoir des conséquences importantes sur l’homme et ses activité à commencer par le tourisme, la pêche ou l’agriculture, mais aussi sur la biodiversité. Il ne faut pas oublier que l’Outre-mer représente 80 % de la biodiversité française.
RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

  1. 501618 146761After examine a couple of with the weblog posts in your website now, and I truly like your manner of blogging. I bookmarked it to my bookmark internet site list and may be checking back soon. Pls take a appear at my site as effectively and let me know what you believe. 144959

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.