Le handicap n’est plus un frein au transport scolaire

0
191

Ahamadi Slay était plutôt surpris d’être au centre des attentions ce vendredi au siège de Matis à Longoni : le petit garçon de 11 ans allait recevoir un fauteuil offert par la société Matis, symbole du lancement des lignes de transports scolaires pour handicapés. Une avancée dans un contexte de relance du marché par le conseil départemental.

Matis bus handicapésDès la semaine prochaine, les élèves en situation de handicap lourd auront un transport dédié : « il était difficile pour certaines familles de laisser partir leurs enfants parfois lourdement handicapés, comme les schizophrènes, par les transports scolaires habituels », explique Lanto Thomas, la responsable administrative et financière de la société de transport Matis.

Ses dirigeants ne font en fait que respecter le cahier des charges élaboré par le conseil général lors de son renouvellement du marché à Matis comme l’explique Mariam Saïd Kalame, la directrice de la Maison des personnes handicapées (MDPH) du conseil général (départemental) : « Lorsque nous avons eu la confirmation qu’il s’agissait bien d’une compétence du département, nous nous sommes battus pour que les élus l’intègrent dans le marché. C’est l’esprit de la loi de 2005 sur l’égalité des chances des élèves. »

Surtout que le tribunal administratif vient de dénoncer l’attribution du marché des transports scolaires par le conseil général-départemental comme n’étant pas suffisamment alloti, et que le segment du handicap avait été envisagé comme un lot à part entière. En tout cas, Matis pourra sans doute annoncer avoir rempli son contrat lors du renouvellement du marché en août.

12 élèves transportés

Mariam Saïd Kalame (en bleu) et Jonathan Morel en compagnie des chauffeurs accompagnateurs
Mariam Saïd Kalame (en bleu) et Jonathan Morel en compagnie des chauffeurs accompagnateurs

Peu à peu la société s’équipe : 4 minibus, dont un desservira Petite-Terre, la formation de huit chauffeurs chez Mahorais atout formation, le recrutement de deux conducteurs et d’une conductrice. « Ils sont à la fois conducteurs et accompagnateurs puisqu’ils doivent manipuler les fauteuils par la rampe arrière », explique Jonathan Morel, le directeur d’exploitation de Matis.

Sont concernés 12 élèves, répartis dans 6 établissements du secondaire. Des besoins presque entièrement couverts si l’on en croit Mariam Saïd Kalame : « 50 enfants scolarisés sont identifiés comme étant en situation de handicap, mais une trentaine, dont les problèmes de mobilité sont moindres, prend actuellement déjà des transports individualisés. »

Slay installé par le chauffeur
Slay installé par le chauffeur

Pour l’inauguration de ce nouveau service, le petit Slay Ahamadi a reçu un fauteuil offert par la société Matis. Originaire de Kawéni, il doit se rendre chaque jour en classe de Cliss (pour l’inclusion scolaire) à Cavani stade : « ça va nous changer la vie », explique intimidée sa maman, habituée à le porter.

La nouvelle ligne sera mise en service dès le lendemain de ce lundi férié de Pâque.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here