26.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilSociétéUne manifestation pour le respect des religions

Une manifestation pour le respect des religions

Il n’était pas question pour les organisateurs de porter un jugement contre les actes terroristes, mais de désapprouver la caricature des religions. Des échanges ressort une absence de réflexion que doit porter l’Etat français avec les représentants religieux musulmans.

Nadjar Habib Mahizio cadi
Nadjar Habib Mahizio cadi

Ils étaient à peine une quarantaine à s’être déplacés ce dimanche 25 janvier place de la République. Sans banderole, mais en revendiquant « le respect de l’islam ». La présence de femmes voilées, peu courant à Mayotte, aux côtés d’hommes en djellabas faisait craindre aux quelques métropolitains présents pour manifester à leurs côtés, une radicalisation des revendications.

« Nous ne sommes pas des djihadistes ! », prévenait le porte parole du mouvement, Nadjar Habib Mahizio, « et les musulmans condamnent ce qui c’est passé en métropole. Chaque homme doit être touché par une âme qui quitte ce monde. Mais nous sommes là pour dire que les caricatures de Mahomet, comme celles de Jésus, ne nous plaisent pas, pour dire que ceux qui croient sont blessés. Ce n’est pas normal de stigmatiser ». Un discours en shimaoré qui nous a été traduit.

Un participant à la manifestation se disait insulté par les caricatures, et nous expliquait que le recul nécessaire pour ne pas être blessé, « tout le monde ne l’a pas. Nous sommes tous différents et face à une telle agression, certains peuvent être amenés à tuer. On se demande parfois qui terrorise qui. La liberté d’expression d’accord, mais jusqu’où ? Si votre mère ou votre père sont salis, vous aurez envie de les venger ! ».

Entre représentation physique et caricature

Quelques femmes voilées
Quelques femmes voilées

Dans le point presse improvisé qui suivait la Douha (prière), Nadjar Habib Mahizio répètera qu’« on ne doit pas se moquer les uns des autres, mais se respecter ».

Le ton change lorsque le journaliste de Mayotte 1ère Emmanuel Tusevo aborde la représentation physique de Mahomet qu’ont pratiquée les chiites par le passé, comme l’explique dans un article d’octobre 2012 l’Institut Français du Proche Orient, « chez les sunnites, tendance de l’islam présente à Mayotte, elle est interdite », tranche le religieux.

De la même manière, la place de Mayotte-la musulmane dans une République française où certains se sont battus pour la liberté d’expression, donc le droit de pratiquer la caricature, agite Nadjar Habib Mahizio : « la République doit être le garant de la liberté d’exercer sa religion. Mais la conception même de la laïcité est paradoxale : d’un côté la tolérance, avec une liberté de chacun de s’exprimer, et de l’autre l’intolérance avec l’obligation d’être identique. La laïcité est donc intolérante, l’autre ne peut pas être différent. Le Coran dit, ‘à toi ta religion, à moi la mienne’ ».

L’absence de pancartes est volontaire, le mouvement se veut pacifiste, « il sera reconduit si de nouvelles caricatures de Mahomet venaient à couvrir la Une de Charlie Hebdo », indiquent les religieux. Une manifestation qui n’aura donc pas rassemblé.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139521
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139521
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139521
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139521
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139521
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com