Politique : du Renouveau dans le MDM

0
172
Chihaboudine Ben Youssouf

Au lendemain des municipales, les alliances se font et se défont.  Et comme souvent, c’est la commune chef lieu qui donne le « la ». Deux partis opposés au deuxième tour font alliance.

Nadjim Ahamada et Jacques-Martial Henry, cohabitent au sein d'un même parti
Nadjim Ahamada et Jacques-Martial Henry, cohabitent au sein du MDM

A Mamoudzou, le troisième tour des municipales fut tendu, une partition dans la majorité Rassemblement-L’Ame-MDM ayant failli compromettre l’élection de la tête de liste Mohamed Majani comme premier magistrat. Il l’emportait malgré tout 25 voix contre 20.

Hassani Abdallah, MDM (Mouvement pour le Développement de Mayotte), a été accusé d’avoir lâché le candidat de son propre parti, Dhinouraine M’Colo Mainty. Il n’en a cependant pas été exclu contrairement aux rumeurs qui circulent.

Mais le MDM en ressort affaibli d’autant plus qu’il a cumulé les défaites lors de ce suffrage. Histoire de reprendre des couleurs, il a choisi de s’allier avec l’Union pour le Renouveau de Mayotte de Chihaboudine Ben Youssouf, qui avait remporté 32% des voix à Mamoudzou lors du deuxième tour.

Ce dernier a ainsi initié une conférence de presse ce vendredi avec Jacques Martial Henry et Nadjim Ahamada, tous deux au MDM. La cohabitation n’est cependant pas facile entre les deux hommes,  le premier imputant les défaites du parti aux membres du cabinet de Daniel Zaïdani, président du Conseil général, également MDM. « Mtsamboro est la seule commune remportée par le MDM parce qu’aucun proche de Zaïdani ne s’y est présenté en opposant ». Une analyse que goute peu Nadjim Ahamada, proche du président, « nous ne sommes pas là pour régler des comptes ».

En finir avec les allégeances villageoises

Chihaboudine Ben Youssouf
Chihaboudine Ben Youssouf

Chihaboudine recentre le débat autour du rôle de cette union Renouveau-MDM : « nous ne serons pas des opposant systématiques, et accompagneront l’équipe municipale en place si elle prend des décisions en matière de sécurité ou de réorganisation urbaine ». Il dénonce les bidonvilles qu’affichent les quartiers de Bandrajou ou Mangatélé à Kawéni, « il faut au moins y disposer des bornes fontaine ! ».

Un autre point de convergence : « nous condamnons les discours qui avancent sur le communautarisme ou sur les allégeances villageoises de tel ou tel candidat » plaident en cœur Jacques-Martial Henry et Nadjim Ahamada. C’est effectivement une des causes d’éclatement de la majorité à Mamoudzou un candidat ayant été marginalisé parce qu’issu de Mtsapéré…

Les bureaux des deux partis seront restructurés, « c’est en cours pour le MDM » glisse Nadjim Ahamada. Cette union présentera des candidats aux cantonales de 2015 « sur les trois cantons de Mamoudzou, puis sur l’ensemble de l’île, mais également aux prochaines élections sénatoriales et législatives ».

Une entente pour l’instant cahotante, qui devrait être renforcée par son rôle d’opposition, et qui vise en tout cas la place de « première force politique de l’île ».

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here