Premières installations électriques aux normes Consuel

0
224

Un nom qui sonne comme un consensus mais qui faisait en réalité débat chez les professionnels : le Consuel dressait son premier bilan mahorais ce mardi matin, inaugurant ses propres locaux.

Said Salimé, Jacques Wetzel, Michel Faure et Olivier Flambard
Said Salimé, président du Conseil de surveillance EDM, Jacques Wetzel, Michel Faure et Olivier Flambard

Le Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité, dit Consuel, est une association reconnue d’utilité publique chargée du visa obligatoire d’attestation de conformité des installations électriques. Si elle a 50 ans de pratiques en métropole, c’est depuis l’année dernière seulement que l’attestation de conformité est obligatoire à Mayotte pour être raccordé à EDM (Electricité de Mayotte).

«A quoi ça sert ? C’est une charge supplémentaire!»… Jacques Wetzel, président national de Consuel, pastichait les premières réactions. Le prix d’un formulaire est différent selon qu’il s’agit d’un logement 97€ pour un particulier, et dégressif pour un professionnel, ou un Local à Réglementation Particulière qui accueille le public, 44€. Le motif qui guide la démarche est la sécurité, beaucoup d’installations électriques étant à l’origine d’accidents. EDM communique d’ailleurs actuellement sur ce fléau.

Et 14 mois après son lancement, le bilan est déjà très positif : «1.100 attestation ont été vendues en un an, ce qui correspond au nombre de raccordements chez EDM sur la même période», indique Olivier Flambard, directeur général de EDM. Et si au départ, la moitié des installations n’étaient pas conformes, «nous sommes actuellement sur des standards réunionnais».

Exit le système D

Une quinzaine d'installateurs s'étaient déplacés
Une quinzaine d’installateurs s’étaient déplacés

Mais si 66 % des demandes concernant des logements ont été accordées, «la grande majorité des installations refusées n’avaient pas de mise à la terre», indiquait Matthieu Rakotoarinosy, délégué Consuel Réunion-Mayotte. Il recommandait donc de passer par des professionnels, qui ont été formés pour cela : «51 électriciens ont été suivi par OPCALIA qui a pris en charge le financement d’une partie du stage». Actuellement, «60% des installations neuves sont faites par des particuliers».

Le problème des non conformités n’est pour autant pas encore très clair, en témoignent les nombreux échanges entre les représentants de Consuel et les installateurs et électriciens présents dans la salle du Consuel de Mayotte au dessus de Méga à Kawéni, notamment sur le dispositif de coupure générale : «il y a celui de EDM et on nous demande d’en installer un autre!» S’en est suivi un débat autour de DB, de colonnes montantes et de schéma unifilaire qui traduisait toute la difficulté de l’exercice de compréhension par les professionnels.

Les visas peuvent être délivrés sans visite de l’installation en fonction du professionnalisme de l’installateur, «c’est le cas de trois d’entre elles à Mayotte», indiquait Matthieu Rakotoarinosy sans citer de nom. D’où l’intérêt de passer par un bon électricien car, en cas de non conformité, la contre-visite est facturée 160€.

Les petits artisans risquent d’être marginalisés, «c’est pourquoi il faut mettre en place une qualification», indiquait Michel Faure, directeur général de Consuel qui appelait auparavant à la création à Mayotte d’une fédération des installateurs électriques.

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here