30.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilEconomie« Il n’y a pas de problème de foncier à Mayotte, que...

« Il n’y a pas de problème de foncier à Mayotte, que de la mauvaise volonté ! »

Mahamoud Azihary, directeur de la SIM, semble prendre tout le monde à contre-pied, mais révèle la principale problématique de l’île : l’aménagement. Son frein, un partenariat trop souvent impossible avec l’Etat.

C’est la fuite en avant pour plusieurs propriétaires fonciers : dans certaines communes, seules deux ou trois personnes se partagent la terre et se voient obligés de vendre avec l’arrivée de la taxe foncière, « ça va forcément libérer des terrains ». Bâtir, Mahamoud Azihary connaît, et les nombreuses « cases SIM » qui ont fleuri dans les villages l’attestent. Mais il manque à Mayotte deux outils. Le premier permettrait de constituer des réserves foncières en vue d’opérations d’aménagement publics telle que la construction de logements sociaux : c’est l’Etablissement Public Foncier, qui devait voir le jour à Mayotte en 2012… l’EPF de Guyane a été créé en 1996 et détenait 10 252 ha de réserves foncières en 2011.

« Le projet est en débat au Parlement » nous informe-t-on du côté de la Préfecture. Renseignements pris, il est le fruit d’une guéguerre entre les élus locaux et Paris sur la gouvernance : les premiers demandent un EPF local, habituellement financé par une taxe qui n’existe pas encore à Mayotte, tandis que le gouvernement, en tant que financeur, appelle de ses vœux un EPF d’Etat. « Les terrains ainsi achetés auraient été revendus à la SIM, mais nous ne pouvions en décider l’aménagement puisque c’est une prérogative des collectivités » indique Mahamoud Azihary qui se souvient : « en 2007, je me battais pour faire sortir de terre une Zone d’aménagement concertée (ZAC) quand 30 émergeaient à la Réunion grâce au Fonds Régional d’Aménagement Foncier et Urbain (FRAFU) ». C’est François Mengin-Lecreulx, le sous-préfet de l’époque qui avait débloqué le dossier.

L’Etat, financeur et/ou décideur ?

En 2009, un décret retoilettant le FRAFU dans les DOM est publié et étendu à Mayotte. Il doit organiser les aménagements dans l’île sur une période de trois ans, mais n’a encore jamais vu le jour. Là encore, un problème de gouvernance bloque : « 19M€ ont été abondés par l’Etat, mais la logique de cofinancement n’est pas respectée par le Conseil général » invoquent les services de la Préfecture qui rajoutent que le logement social est financé jusqu’à 75% par l’Etat à Mayotte sans qu’aucun projet sorte de terre.

Mahamoud Azihary donne sa version : « au Comité de gestion du FRAFU, les élus du département sont majoritaires (2/3) sur ceux de l’Etat qui en tant que financeur principal voudrait prendre les décisions d’aménagement alors que c’est une prérogative des collectivités. Mais l’Europe qui abonde à 60% en Fonds Feder le FRAFU des autres départements n’exige pas un quelconque pouvoir de décision ! ». En l’absence de ce Fonds d’Aménagement, c’est une manne importante des fonds européens qui va passer sous le nez de Mayotte. A cela s’ajoute un autre problème de taille : « le retard pris en matière d’assainissement qui ne nous permet pas de boucler les projets en cours », notamment imputable à un défaut de paiement de la quotte part du Conseil général. “Mais quelque soit leur compétence, l’erreur majeure serait d’écarter les élus de Mayotte”.

Tout n’est pas sombre au pays de la gestion immobilière de Mayotte : « le dialogue est bon avec le représentant de l’équipe préfectorale actuelle». Au point de voir éclore EPF et FRAFU ?

                                                                                                                                                                          A. P-L.

 

 

 

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Nassuf Djaïlani, Mayotte

Quand la « morsure trop vive » de Nassuf Djaïlani enfante...

0
Le célèbre poète et romancier mahorais Nassuf Djaïlani était de passage sur son île natale récemment afin de présenter au public son nouveau roman : « Cette morsure trop vive ». Récit mettant en scène deux frères dans un Chiconi chimérique (« Chiconi-sur-Mer), ce roman mêlant des aspects à la fois sociologiques, psychologiques et historiques, est également une redoutable satire des injustices inhérentes au système post-colonial français à Mayotte
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.