29.8 C
Mamoudzou
jeudi 18 avril 2024
AccueiljusticePoint post-visite ministérielle sur les outils de lutte contre la délinquance à...

Point post-visite ministérielle sur les outils de lutte contre la délinquance à grande échelle

Avant même de se lancer dans un Wuambushu II, un bilan du premier n’est pas inutile et permet de repositionner le curseur sur les besoins. Sur son volet délinquance, le dispositif « place nette » a été rajouté par Marie Guévenoux. Et faute d’état d’urgence sanitaire, utilisons "place nette", et pourquoi ne pas décliner Vigipirate actuellement en vigueur en France ?

C’est une promesse plus que tenue de la ministre déléguée aux Outre-mer qui avait annoncé revenir à Mayotte « dans un mois » lors de sa visite du 11 février dernier, à peine nommée, avec son ministre de tutelle Gérald Darmanin. Or, moins de deux semaines après elle posait de nouveau le pied sur le tarmac de l’aéroport, pour une visite éclair d’une journée. Avec en bas de page, un bilan discuté mais explicable.

A l’issue de la rencontre dominicale entre Gérald Darmanin, les Forces vives et les élus le 11 février, accord avait été entériné sur la levée des blocages mis en place par les manifestants dès réception d’une confirmation par écrit des engagements, à savoir principalement, la suppression du droit du sol à Mayotte, le démantèlement du camp de Cavani et l’abolition des titres de séjour territorialisé qui maintiennent les migrants sur le territoire. Ce que fit le ministre, trouvant un écho favorable chez une partie des leaders des forces vives, qui appelait à une levée des barrages.

Marie Guévenoux a lancé plusieurs pistes de lutte contre la délinquance, mais il faut encore aller plus loin

Une partie, car les autres au lieu de choisir un droit chemin, se mettaient à sinuer et à jouer les Kaa du Livre de la Jungle, suivant leurs vieux démons complotistes tout en prétextant s’abriter derrière la base. La séduction opérait sur cette dernière, captivée par l’évolution d’un mot d’ordre qui ne peut que fédérer, la lutte contre l’insécurité.

Un tel coup gagnant avait été tenté en 2011 et avait propulsé son initiateur sur un siège du palais Bourbon.

Moyennant quoi, c’est sur un territoire toujours embolisé qu’atterrissait Marie Guévenoux ce mardi, qui avait bien précisé qu’il n’y aurait pas de nouvelles annonces, mais qu’il s’agissait de préparer Wuambushu 2. D’où son court séjour, alors qu’il reste un document d’importance à préparer, la loi urgence pour Mayotte. Mais loin des blocages a-t-elle répété.

Wuambushu, ou qui peut le plus, peut le moins

Le territoire, c’est-à-dire, les élèves, les soins, les entreprises privées mais aussi les administrations, a donc été mis à la diète pour rien. Ceux qui étaient certains que les barrages agiraient comme pression sur le gouvernement se sont trompés, donnant raison à ceux qui appelaient à un dialogue constructif.

Car il faut repositionner les mesures annoncées et évoquer leur impact sur le territoire avant qu’il soit impossible de faire machine arrière. Quelle utilité réelle de Wuambushu ? Y a-t-il eu une étude d’impact de la première opération ? Quelle effet l’interdiction de vente des machettes ?

En dehors de la lutte contre l’immigration clandestine qui a toute son importance, regardons ce que nous proposent les ministres en matière de lutte contre l’insécurité.

Bilan mitigé pour la très médiatisée Wuambushu I

L’opération Wuambushu tient la vedette. Elle a trois volets, dont deux n’ont pas eu les résultats escomptés. La lutte contre l’immigration clandestine tout d’abord. Gérald Darmanin avait annoncé 250 reconduites par jour, soit 20.000 sur les 3 mois de l’exercice, une ambition non tenue puisque leur nombre fut inférieur aux années précédentes, 17.250 sur les neuf premiers mois de l’année 2023, contre 25.380 sur l’ensemble de 2022. La France s’étant heurtée au refus des Comores d’accepter le retour de leurs ressortissants.

La démolition d’habitat insalubre ensuite. L’objectif de 1.000 cases détruites n’a pas été atteint, en partie en raison de recours administratifs, mais aussi de lenteurs pour déterminer des périmètres fiables à démolir. Elles auront été 700 à voir leurs tôles englouties sous les pelleteuses. La loi ELAN est régulièrement utilisée par les préfets à cet effet, mais l’opération Wuambushu permet une accélération en mettant à disposition davantage de forces de l’ordre pour encadrer la paix publique autour de ces opérations qui engendrent des émeutes instrumentalisées.

Enfin, la lutte contre la délinquance. Cela semble être le seul objectif atteint, « nous avons arrêté les 60 chefs de bandes visés », rappelait lors de sa dernière visite Gérald Darmanin.

« Place nette » à la sécurité publique

Des résultats mitigés donc, et si cette opération est plébiscitée par la population, c’est pour le sentiment de protection qu’elle apporte, avec davantage de forces de l’ordre dans les rues. Le ministre de l’Intérieur a beau répéter que leur densité est supérieure à la ville de Marseille, tant que nous ferons la route Mamoudzou-Koungou sans croiser une seule patrouille, de jour comme de nuit, c’est que le compte n’y est pas. Nous arrivons à la proposition récente de la ministre, le changement de méthode.

Elle a été annoncée par le directeur général de la Gendarmerie nationale dans nos colonnes, « Je pense qu’il faut regarder davantage les modalités de notre action, c’est pour cela que je suis venu. Nous devons être là quand il faut et où il faut ».

Gendarmes en opération dans les quartiers d’habitats informels

C’est un des axes sur lequel agir pour débusquer et interpeller les jeunes et non les « lacrymogénéiser », ce qui gêne davantage la population que les individus visés.

Si l’état d’urgence sécuritaire avait été réclamé, écarté doctement par Marie Guévenoux, elle n’en cherche pas moins des solutions qui pourraient s’adapter à Mayotte. L’une d’elle est passée inaperçue, « la multiplication des opérations ‘place nette’ de lutte contre la délinquance ». Elles sont réalisées en priorité sur les secteurs difficiles des grandes agglomérations et programmées par les services territoriaux en lien avec la Sécurité Publique et la Police nationale. Un dispositif qui a permis l’arrestation de 200 malfaiteurs en Gironde et dans les départements voisins en janvier dernier.

Succès moins garanti pour l’arrêté contre l’achat de machettes à des fins non agricoles. On espère que l’interdiction d’acquérir ce qui est une arme blanche porte déjà sur les mineurs, mais on sait que ces derniers pourront la subtiliser à leurs parents. Quant à l’arrêté sur la neutralisation d’une partie des chiens errants, c’est un réveil en fanfare pour l’association qui était parvenue à la faire interdire sur la méthode par arme à feu.

« Vigidélinquants »

Reste une carte qui n’a pas été tentée, celle du plan Vigipirate, toujours actif en France. Le niveau « sécurité renforcé-risque attentat » en vigueur depuis le 15 janvier 2024 s’adapte donc à Mayotte. Pour les habitants de Tsararano ou de Koungou, l’attentat est au détour d’un virage chaque jour. Ce plan qui pourrait être renommé « Vigidélinquants » ou « Vigisauvageons », en serait une déclinaison et permettrait une présence accrue des militaires sur les voies publiques.

Plan Vigipirate applicable à Mayotte ©policenationale

Une forte présence policière qui n’a pas pour vocation à s’éterniser si d’autres mesures sont mises en place. L’expulsion de parents avec leurs enfants délinquants suite au retrait de leur titre de séjour, les placements en Centre éducatifs fermés, les TIG et les nouveaux Travaux d’Intérêt Educatifs, etc., doivent être menés en parallèle.

La mise en place de ces dispositifs par l’Etat doit être couplée à une exigence d’actions par les élus en faveur des jeunes sur le territoire, l’exemple du skate-park de Pamandzi est à dupliquer.

Cessons de tergiverser, l’heure tourne, et le temps passé sur la délinquance ne l’est pas sur le développement du territoire. La ministre a indiqué revenir « dans un petit mois », pour lancer Wuambushu en avril. Il faut d’ici là avoir balisé les mesures les plus utiles à Mayotte.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Sport : Bientôt la 4ème édition du « Trail du Caméléon »

0
Le Club d’Athlétisme de Mamoudzou (CAM) et la mairie de Mamoudzou lancent la 4ème édition du « Trail du Caméléon » le dimanche 26 mai à la MJC de Kawéni. L’objectif de cette édition est de créer un événement rassembleur de toutes les générations.
Mayotte, rectorat,

Face aux directeurs d’école, Jacques Mikulovic ambitionne de « relever le défi du choc...

0
Les chefs d’établissements du premier degré avaient rendez-vous mercredi après-midi avec le recteur et son équipe afin de faire « un bilan d’étape » mais aussi préparer en amont la prochaine rentrée scolaire de septembre. Plusieurs thèmes étaient à l’ordre du jour comme les moyens mis en œuvre pour le 1er degré, la carte scolaire, l’évaluation des élèves mais aussi l’organisation de la nouvelle 6e.
DRFIP, impôt, Mayotte, EFS, France services

Impôts : pour déclarer, souriez, vous êtes accompagnés !

0
Si quelques petites nouveautés sont à noter pour cette campagne d’imposition sur les revenus mouture 2024, c’est surtout du côté du recouvrement de l’impôt que ça bouge à Mayotte. Avec un accent mis sur « l’aller vers » dans les 15 Maisons France service, et la lutte contre la fraude
eSIM, Orange, smartphone, Mayotte, La Réunion

L’eSIM, la carte SIM virtuelle de téléphone, disponible à Mayotte

0
Notre département franchit un peu plus le pas vers le virtuel avec l'arrivée de l’eSIM annonce l’opérateur Orange qui met cette évolution en place également à La Réunion

L’opération « Mayotte Place nette » lancée officiellement ce mardi

0
C’est accompagné du directeur général de la gendarmerie et de son homologue de la police nationale, que la ministre déléguée aux Outre-mer s’est adressée à la presse, ce mardi matin, afin de lancer officiellement l’opération « Mayotte Place nette », la suite de Wuambushu. Des opérations des forces de l’ordre ont d’ailleurs eu lieu à Doujani et à Dembéni

Recent Comments