29.8 C
Mamoudzou
vendredi 19 avril 2024
AccueilSociétéLa guerre aux portes des établissements scolaires ! 

La guerre aux portes des établissements scolaires ! 

Jeudi matin, alors que toute l’île continue d'être paralysée par des barrages tenus par des manifestants protestant contre l’insécurité et l’accueil de demandeurs d'asile, d’autres barrages sont sauvagement montés par des délinquants. La situation a dégénéré à Mamoudzou et Koungou. Le Lycée Bamana, le collège de M'Gombani et le collège de Majikavo ont été attaqués par des assaillants extérieurs.

A l’heure du début des cours, jeudi matin, le lycée Bamana et le collège de M’Gombani ont été victimes de grandes violences, plongeant le personnel éducatif dans un total désarroi. Dans l’après-midi, le collège de Majikavo a lui aussi été attaqué. 

Caillassage au Lycée Bamana 

Ce matin, au Lycée Bamana, en raison des blocages de l’île induisant de nombreuses absences, le personnel qui devait ouvrir le lycée n’était pas en nombre suffisant pour ouvrir la grille du lycée et accueillir les élèves. Cette situation a conduit à un afflux d’élèves face à un nombre insuffisant de personnel pour les gérer, d’après Benjamin Lazard-Peillon, Directeur de cabinet du Recteur. Les élèves du Lycée Bamana se sont ainsi « massés devant la porte » et « un caillassage a éclaté entre les deux bandes rivales de Cavani et de Mtsapéré. »

« Cet incident s’inscrit malheureusement dans un contexte extrêmement compliqué où beaucoup de personnels du lycée ne peuvent actuellement se rendre sur site en raison des barrages. » a commenté le Directeur de cabinet. 

Caillassage et intrusion au collège M’Gombani 

Au collège de M’Gombani, ce matin, alors que seules les classes de 6ème et de 5ème étaient accueillies au sein de l’établissement en raison des barrages et d’un mouvement de grève national entremêlé, une bande de jeunes délinquants a sauvagement caillassé l’établissement scolaire. Ce règlement de compte fait suite à un match de basket-ball qui s’était mal déroulé la veille, entre deux équipes de Mtsapéré et M’Gombani. 

Les familles et élèves qui tentaient de rejoindre l’établissement ce matin, ont été rapidement mis à l’abri dans l’enceinte du collège, pendant que « les caillasseurs bombardaient l’établissement ». Parallèlement à cette attaque, deux jeunes, extérieurs à l’établissement, sont entrés par une autre grille au sein du collège et ont été neutralisés par le personnel de l’établissement. 

Le collège de Majikavo a lui aussi été attaqué (Photo d’illustration)

La vidéo de cette intrusion a largement circulé sur les réseaux sociaux et a été relayée par certains médias. On peut y voir le comportement exemplaire du personnel de l’établissement pour coordonner et maîtriser ces deux jeunes, tout en empêchant d’autres jeunes qui poussaient la grille de pénétrer à leur tour dans l’établissement. 

Le Directeur de cabinet a salué « le courage exemplaire du personnel et de la cheffe d’établissement pour protéger les élèves et leurs familles contre ces intrusions ». Durant ces heurts, un professeur a été blessé par un jet de pierre dans le dos suite aux caillasses qui a duré plus de 2h avec les forces de l’ordre. Benjamin Lazard-Peillon a fait savoir que « l’ensemble de la communauté éducative était très choquée par ces événements. » En raison de la gravité des événements qui s’y sont déroulés, le collège de M’Gombani a été contraint de fermer toute cette journée de jeudi. 

ATTAQUE DU COLLèGE DE MAJIKAVO 

A l’heure où nous écrivons cet article (15h30), le collège de Majikavo vient lui aussi d’être attaqué. Un professeur, avec qui nous en sommes en lien pendant l’attaque, déclare être « confiné avec les élèves » sans disposer de réelle information sur la situation en cours.

Notre rédaction transmettra d’autres éléments consolidés dès que possible.

MH

 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Citeo, Tri-O, Mayotte

Le directeur Outre-mer de Citeo promet de mettre « les bouchées doubles » pour...

0
Le mois de blocages qu’a subi Mayotte l’a laissée dans un état de saleté alarmant. Les acteurs de la gestion des déchets sur l’île ont donc « du pain sur la planche » pour rattraper le retard accumulé. Philippe Moccand, directeur Schéma industriel et Outre-mer de l’éco-organisme Citeo, annonce un renforcement des moyens de collecte des déchets ménagers recyclables.

Trois barrages résistent encore : M’tsamboro, Bandraboua et carrefour Ngwezi

0
Malgré la colère encore présente de la base des Forces Vives, les barrages ont fini par se lever les uns après les autres, parfois grâce à l’intervention des maires des communes concernées. Ce mardi, la ministre déléguée aux Outre-mer avait rencontré les deux branches des Forces Vives : celle qui a appelé à lever les barrages et celle qui s’y refuse toujours.

Sécurité : interdiction de la vente de machettes, euthanasie des chiens errants et début...

0
A l’issue de sa longue réunion avec les élus de ce mardi 27 février, Marie Guévenoux a annoncé la mise en place très rapide d’un arrêté d’interdiction de la vente de machettes et d’un autre arrêté pour euthanasier les chiens errants dressés pour attaquer. La ministre déléguée aux Outre-mer a également annoncé le début de Wambushu 2 en avril en collaboration, cette fois-ci, avec les élus.
Hotel, restaurant, Mayotte, UMIH

Le secteur de l’hôtellerie-restauration « sinistré » selon Charles-Henri Mandallaz

0
La semaine dernière, dans un communiqué intersyndical, tous les responsables des organisations patronales avaient alerté l’opinion publique sur les ravages des barrages sur l’économie mahoraise. Charles-Henri Mandallaz, président de l’Union des Métiers et de l’Industrie Hôtelière, fait le point avec nous sur l’état de ce secteur et appelle encore une fois à lever tous les barrages.

Safina Soula : « Si nous ne levons pas les barrages, nous courrons le...

0
Les Forces Vives « initiales », menées par Safina Soula, ont organisé une conférence de presse ce jeudi 22 février afin de réaffirmer la nécessité de lever les barrages pour pouvoir continuer les négociations avec le gouvernement. Les points de dissension avec le mouvement qui continue à paralyser l’île y ont été largement abordés.

Recent Comments