27.8 C
Mamoudzou
mercredi 17 avril 2024
AccueilEconomieSociété : Rassouldine Toumbou Fahar ou la fureur d’entreprendre

Société : Rassouldine Toumbou Fahar ou la fureur d’entreprendre

Âgé de seulement de 18 ans Rassouldine Toumbou Fahar, jeune Mahorais originaire de Mstangamouji a pour projet de contribuer au développement de notre île en créant une entreprise de transport de personnes baptisée Klandoo. Il a consacré toute son énergie et ses économies, accumulées depuis l'âge de 16 ans, pour mener à bien ce projet.

Actuellement scolarisé à La Réunion en terminale STMG, Rassouldine Toumbou Fahar pense toujours à son île natale et souhaite faciliter et améliorer la vie quotidienne des Mahorais en créant une entreprise de taxi-bus reliant plusieurs communes de l’île au lagon. « L’idée m’est venue quand j’avais environ 15 ans. J’habitais Mstangamouji et ma mère se rendait régulièrement à Mamoudzou pour acheter des fournitures ou des vêtements. Elle devait y aller en taxi car on n’avait pas de voiture et elle n’avait pas le permis. Du coup avec mes frères et sœurs on restait tout le temps à la maison. Je me suis alors demandé pourquoi il n’y avait pas de bus et je me suis donné comme objectif de créer une entreprise de transport de personnes quand je serai majeur », raconte Rassouldine.

En ce qui concerne le nom de sa société, Klandoo, l’idée lui est venue par hasard en visionnant une émission sur les taxis clandestins au Cameroun. « En regardant ce reportage j’ai trouvé ce nom plutôt marrant je me suis dit que j’allais appeler mon entreprise de transport Klandoo du coup », sourit Le jeune homme. Rassouldine est consciencieux et travailleur puisqu’il a tout fait lui-même, le business plan, les études de marché, les arrêts desservis, le prix du voyage, le nombre de lignes, etc. « Au fur et à mesure que j’avançais dans ce projet je me suis rendu compte que personne n’allait m’aider et qu’il fallait que je me débrouille tout seul pour commencer à financer ce projet. J’ai envoyé des cv, j’ai postulé pour travailler dans des fast-food ou dans des boutiques quand je n’avais pas cours, mais impossible de trouver du boulot quand on n’a pas ou peu d’expérience ».

Face à ce constat Rassouldine n’a pas baissé les bras et a décidé de créer un peu de contenu sur les réseaux sociaux, le Kasque Mahoré, en collaborant avec certaines entreprises afin de se faire un peu d’argent mais cela ne s’est malheureusement pas prolongé. Rassouldine a donc économisé de l’argent depuis plusieurs années maintenant mais il est encore très loin du compte. « J’ai calculé que pour commencer il me faudrait un peu plus de 50.000 euros, or actuellement je ne dispose que de 413 euros ».

La volonté d’entreprendre quoi qu’il arrive

Qu’à cela ne tienne, le jeune Mahorais compte quand même mener à bien son projet. « Je souhaite entreprendre… J’ai lancé un appel aux dons via une cagnotte en ligne et j’ai aussi sollicité des organismes comme BGE, la couveuse d’entreprises Oudjerebou ou encore la CCI de Mayotte qui m’ont dit d’attendre le début 2024 pour faire des demandes d’aides ou de subventions ». Le jeune entrepreneur a de la suite dans les idées et est très motivé puisqu’il compte, coûte que coûte, créer cette entreprise et même en poursuivant ses études. « Après mon bac l’année prochaine je compte faire un DUT GEA (gestion et administration des entreprises) car j’aimerais bien travailler dans la banque ou bien sinon intégrer une école d’infirmier. J’ai décidé d’attendre d’avoir un travail pour financer mon projet. Même si je suis tout seul au début cela ne me fait pas peur, j’embaucherai nécessairement des gens par la suite ».

Rassouldine fourmille d’idées et souhaite contribuer à la croissance et au développement de son île. « Je suis convaincu que Klandoo est bien plus qu’une simple entreprise de transport. C’est un projet crucial pour le développement de notre communauté et pour répondre aux besoins croissants en matière de mobilité à Mayotte. Je suis sûr que les Mahorais, sensibles à l’évolution de notre économie locale, pourraient être intéressés à soutenir cette initiative ». A bon entendeur…

B.J.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Place nette, Guévenoux, Mayotte

Premier épisode de l’opération « Mayotte place nette » à Doujani 2

0
Alors que le début de l’opération « Mayotte place nette » n’avait même pas encore été annoncé officiellement, son premier épisode consistant à détruire 220 habitations illégales dans le quartier informel de Doujani 2 a commencé ce mardi matin
Plongée, Code du sport, tribunal, Mayotte

Justice – L’accident de plongée a-t-il été provoqué par un manquement à la sécurité ?

0
C’est à cette question que devait répondre le tribunal judiciaire dans sa collégialité ce mardi, 5 ans après qu’un plongeur ait vu sa jambe entaillée par l’hélice du bateau d’un club de l’île

Mayotte veut séduire les touristes réunionnais

0
Dans le cadre d’un voyage scolaire à La Réunion, 29 élèves de 4ème et de 3ème du collège de Bouéni ont travaillé pendant plusieurs mois pour créer des supports et des activités afin de...

L’opération « Mayotte place nette » a débuté ce matin !

0
La ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, a annoncé ce matin le début de la suite de Wuambushu avec l’opération "Mayotte place nette". Cette opération vise un public ciblé avec notamment 60 objectifs prioritaires...
FMBTP, FEDOM, MEDEF, Mayotte, Action logement, CERC, CUF, CAUE

Logement : les entreprises s’engagent mais le foncier reste en rade

0
Présidée par Hervé Mariton, la conférence sur l’engagement des entreprises dans les politiques de logement mettait une nouvelle fois le doigt sur le déficit de moyens mis sur la régularisation foncière en comparaison de ce qui a été fait pour l’état civil

Recent Comments