27.8 C
Mamoudzou
lundi 26 février 2024
AccueilFil infoVisite d’E. Borne : plusieurs revendications syndicales  

Visite d’E. Borne : plusieurs revendications syndicales  

A quelques heures de l’arrivée de la Première ministre, plusieurs voix syndicales s’élèvent portant des revendications, parfois contraire à celles des parlementaires et des collectifs. Pour le Medef, il faut avant tout solutionner la crise sécuritaire.

Le syndicat Solidaires, incluant Sud Santé sociaux, Sud Education, Sud PTT et Solidaires Finances publiques, commence par suggérer une réponse à la crise d l’eau, reprenant des mesures en cours, accélération des forages, de la construction de réserves collinaires, de lutte contre les fuites. Plus largement sont demandés l’application des droits et lois de la République française, « sans exception », l’alignement des minima sociaux, « la suppression du droit local dans nos États civils », la hausse de l’indexation des salaires, « l’application du droit des étrangers, notamment pour les jeunes bacheliers dans la poursuite de leurs études supérieures ». Davantage de classes et de logements sont également listés.

De son côté, la CGT Educ’action appelle à un « véritable plan d’urgence public », pour répondre à « une situation sociale comparable à celle des pays du tiers-monde où notre île est le département le plus touché en termes de violence, de maltraitance et de malnutrition des enfants ». S’adressant à la première ministre, ils indiquent que « ce n’est pas de visite ministérielle et d’un discours de plus sur l’immigration dont nous avons besoin, mais de moyens pour l’ensemble de nos services publics ». Le syndicat de l’Education nationale s’élève contre les mesures préconisées par le ministre Gabriel Attal de mise en place de groupes de niveau qui favoriseraient des élèves « au capital culturel élevé », et préfère réclamer davantage de moyens dont l’augmentation de salaires, une réévaluation de l’indexation pour plus d’attractivité, des recrutements de titulaires, le passage en REP+ de tous les établissements, une protection sanitaire et contre l’insécurité, l’IRCANTEC, etc. Indiquant mener le combat avec la FSU et la CFDT, ils appellent à la mobilisation le 12 décembre devant le rectorat.

Carla Baltus, présidente du Medef Mayotte avait déjà interpellé sur la frilosité des entreprises (Image d’archives)

Le Mouvement des Entreprises de France (Medef) s’associe à la Fédération Mahoraise du BTP dans un courrier adressé à Elisabeth Borne : « Depuis quelques semaines, nous assistons à des faits de guérilla de plus en plus violents et à répétition. Des quartiers de communes qui jusqu’ici était réputé tranquilles, sont l’objet de phase de violence sans précédent, et ce, aussi bien de jour que de nuit ». Un contexte qui souligne les patrons, « complique énormément le maintien de l’activité économique », à la fois pour les salariés sur leur trajet pour se rendre au travail, « caillassages, barrages, pillages », ou qui voient leur domicile brûler, « mais aussi pour les entreprises qui font l’objet de vandalisme, de destruction des outils de production et hésitent à répondre à certains appels d’offres, de peur, de voir leurs matériels, volé, dégradé ou détruit. » Ils demandent à rencontrer la Première ministre lors de sa visite ce 8 décembre, ou à Paris.

A.P-L.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Combani, Mayotte

Blocage des routes : pour fonctionner, certains services de l’État adoptent des rotations pour...

0
L’édification de nombreux barrages sur les routes du territoire depuis maintenant de trop nombreuses semaines a plongé le 101e département français dans une crise sociale dont il sera difficile de se remettre. Tous les secteurs sont touchés et fonctionnent en mode dégradé quand ils ne sont pas paralysés. Aussi, certaines professions aux activités sensibles ont dû s’adapter à de telles conditions, à l’image des surveillants pénitentiaires.
DLEM, RSMA, Armées, Sébastien Lecornu, Mayotte, Gabriel Attal, TIG, TIE

Quelle contribution militaire pour encadrer la jeunesse de Mayotte ?

0
Au ministère des Armées, il ne fut pas seulement question de surveillance militaire en appui de la Lutte contre l’immigration clandestine pour les élus. Mais également, dans le droit fil du discours de politique générale du Premier ministre, du retour à l’autorité qu’incarne l’armée
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Eric Ciotti, Mansour Kamardine, Mayotte, Emmanuel Macron,

Eric Ciotti demande l’instauration de l’état d’urgence sécuritaire à Mayotte

0
C’est la vertu du démarchage des élus, et le bénéfice d’avoir fait venir le président des LR à Mayotte : Eric Ciotti se fait un porte-voix de leurs demandes

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.

Recent Comments