27.8 C
Mamoudzou
lundi 26 février 2024
AccueilHabitat« Contre la violence et l’humiliation » : le maire de Mamoudzou...

« Contre la violence et l’humiliation » : le maire de Mamoudzou mobilise ses concitoyens au stade de Cavani

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies ce mercredi matin devant le stade de Cavani à l’appel d’Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou. Objectif : manifester contre la violence que subit la population au quotidien, mais aussi contre l’habitat indigne symbolisé par le camp de demandeurs d’asiles africains installé au cœur du stade de Cavani.

Si le camp de demandeurs d’asile est devenu un symbole « de l’humiliation de Mayotte », cette manifestation était aussi contre l’insécurité sur l’île. Deux sujets sans rapports direct puisque ce ne sont pas les demandeurs d’asiles qui perpétue les violences sur la population.

« Je resterai ici le temps qu’il faudra, 24h ou 24 ans, jusqu’à ce que ce camp soit levé ! », a martelé Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou devant la centaine de personnes réunie à son appel devant le stade de Cavani ce mercredi matin. Ce camp est pour lui une sorte de symbole : celui du laisser-aller de l’Etat à Mayotte. Avant de prendre la parole sous le faré où l’attendaient les manifestants, il est allé à la rencontre des demandeurs d’asile venus de l’Afrique continentale dont les logements de fortune envahissent le stade de Cavani. « Ce n’est pas une manifestation contre vous, c’est une manifestation contre le logement indigne. Si vous avez le droit de vivre à Mayotte, c’est à l’Etat de s’organiser pour vous loger dignement. Nous ne sommes pas contre les étrangers, nous sommes contre cette vie qu’on vous oblige à mener tout en prétendant vous accepter sur le sol mahorais », a-t-il expliqué aux quelques personnes venues à sa rencontre. Pourquoi ne pas avoir demandé à la police municipale de détruire les logements de fortune dans les cas de flagrance ? avons-nous demandé au maire. « Elle l’a fait, mais les agents ne peuvent pas être là 24h sur 24 », nous a-t-il répondu.

Faute de solution de relogement, les demandeurs d’asile ont installé un camp à l’intérieur du stade de Cavani, défigurant les installations.

Originaires du Burundi, du Congo, du Togo ou de la Somalie, les demandeurs d’asile disent vouloir « fuir la guerre » qui fait rage dans leur pays. Arrivés illégalement sur le territoire, ils possèdent pour la plupart un récépissé et sont dans l’attente de leur statut de réfugié Problème : les dossiers prennent un temps considérable à être traités, les obligeant en attendant à vivre dans la rue, sans pouvoir travailler. Ils reçoivent en tout et pour tout  30 euros par mois et par personne en bons alimentaires de la part de l’association Solidarité Mayotte pour pouvoir survivre. « Ce camp est dangereux, des maladies graves peuvent s’y développer. Un stade n’est pas fait pour loger des individus. Même si le terrain appartient au conseil départemental, ma responsabilité en tant que maire est de protéger la population de Mamoudzou ! », a ajouté Ambdilwahedou Soumaïla. Zouhourya Mouayad Ben, 4ème vice-présidente chargée des sports, de la culture et de la jeunesse, a d’ailleurs profité de la mobilisation pour annoncer qu’un référé avait été déposé auprès de la justice, ce mercredi même, afin de faire lever ce camp. « Nous pensions que nos courriers adressés au préfet suffiraient, mais comme ce n’est pas le cas, nous avons déposé ce référé comme nous l’autorise la loi », a-t-elle expliqué.

L’habitat indigne, certes, mais aussi et surtout la violence quotidienne

Environ une centaine de personnes se sont mobilisé à l’appel du maire.

Si le camp de migrants a été choisi pour symboliser l’inaction de l’Etat, c’est aussi et surtout la violence subie par la population au quotidien que le maire a voulu dénoncer par cette action. Pourquoi à ce moment-là ne pas avoir choisi de manifester sur les hauteurs de la ville, là d’où viennent principalement les jeunes délinquants qui sèment la terreur à Mayotte ? « Depuis le stade, on voit tous les problèmes : le camp des demandeurs d’asile comme les bidonvilles situés sur les hauteurs », a répondu Ambdilwahedou Soumaïla qui a prononcé un long discours pour appeler la population à se mobiliser. « La condition première pour que Mayotte se développe, c’est la sécurité. Tout le reste peut attendre. La crise de l’eau peut attendre. Les minimas sociaux peuvent attendre. Mais pas la sécurité ! La République doit nous protéger ! Nous avons été trop longtemps résilients, maintenant il est temps de se réveiller et d’agir ! Nous n’avons peut-être pas d’armes, mais nous avons au moins notre voix pour affirmer haut et fort que nous n’acceptons plus cette situation ! », a lancé le maire devant la foule des manifestants.

Zouhourya Mouayad Ben, 4ème vice-présidente du conseil départemental, a annoncé qu’un référé avait été déposé ce mercredi pour faire évacuer le camp de migrants.

Plusieurs autres personnalités politiques ont ensuite pris la parole dont un élu de la commune de Dembeni. De nombreux élus venus d’autres villages étaient également présents pour soutenir cette mobilisation ainsi que le Codim (comité de défense des intérêts de Mayotte) mené par Safina Soula.  Les membres de cette dernière association ont d’ailleurs manifesté devant la préfecture avant de se rendre au stade de Cavani. « C’est une guerre qui ne dit pas son nom et qui a changé de visage : désormais les délinquants utilisent le feu ! Il faut que nous fassions quelque-chose », a lancé Safina Soula qui nous a indiqué que des actions seraient menées vendredi lors de la venue d’Elizabeth Borne sur le territoire. Dans la foule, le fameux « non karivendzé ! » tant scandé lors de la crise de 2018 a recommencé à retentir. De grandes manifestations contre l’insécurité comme il y a 5 ans sont-elles à prévoir ? En tout cas, la population, sous l’impulsion du maire de Mamoudzou, commence à réagir. Ce dernier a appelé ses concitoyens à venir manifester tous les matins jusqu’à midi avec lui jusqu’à ce que le camp de migrant, devenu symbole de l’indifférence de l’Etat par rapport à Mayotte, soit levé.

Nora Godeau

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Combani, Mayotte

Blocage des routes : pour fonctionner, certains services de l’État adoptent des rotations pour...

0
L’édification de nombreux barrages sur les routes du territoire depuis maintenant de trop nombreuses semaines a plongé le 101e département français dans une crise sociale dont il sera difficile de se remettre. Tous les secteurs sont touchés et fonctionnent en mode dégradé quand ils ne sont pas paralysés. Aussi, certaines professions aux activités sensibles ont dû s’adapter à de telles conditions, à l’image des surveillants pénitentiaires.
Marie Guévenoux, Mayotte, Outre-mer

Marie Guévenoux : « Mayotte c’est une situation unique avec une réponse unique »

0
Invitée chez nos confrères de France Info en fin de semaine dernière, la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, est revenue sur le contexte actuel dans le 101e département français. Elle a notamment réaffirmé l’engagement de l’État dans la mise en place de deux projets de loi concernant d’une part la fin du droit du sol et d’autre part l’urgence pour Mayotte

Point sur la vidéo protection au service de la sécurité des citoyens

0
Lors de sa visite à Mayotte dimanche dernier, le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer s’était notamment étonné du peu de communes de l’île équipées avec un système de vidéo protection, alors que l’État attribue des subventions et des aides pour l’installation de ce type de dispositif, a fortiori sur notre territoire. Face à la situation actuelle dans le 101e département français, Gérald Darmanin avait alors envoyé la balle dans le camp des élus locaux.
Demandeurs d'asile, Mayotte, Gabriel Attal

Camp de migrants de Cavani : début du démantèlement

0
Comme l'a indiqué mercredi le Premier ministre, l'opération de destruction des tentes de fortune abritant 700 demandeurs d'asile, notamment des femmes et des enfants, a commencé ce jeudi matin. Plusieurs réfugiés congolais ont bénéficié d’un...
OFPRA, Demandeurs d'asile, réfugiés, Mayotte, Guyane, Afghanistan

OFPRA : diminution des demandes d’asile à Mayotte en 2023

0
Les demandes d’asile ont augmenté de 8,6% en 2023 France, une tendance inverse à Mayotte où elles ont diminué de 26%, pour atteindre 2.650 premières demandes, selon un communiqué de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides). Deux tendances qui ont leurs explications propres

Recent Comments