27.8 C
Mamoudzou
lundi 26 février 2024
AccueilCultureLe grand retour du Salon du livre de Mayotte « SALIMA » : événement...

Le grand retour du Salon du livre de Mayotte « SALIMA » : événement culturel à ne pas manquer !

Après 4 ans d’absence, cet événement incontournable pour tous les amoureux de la littérature, rouvrira ses portes à Mamoudzou, place de la République, les vendredi 1er et samedi 2 décembre.

La ville de Mamoudzou va accueillir la 3ème édition du Salon du livre de Mayotte, vendredi 1er et samedi 2 décembre 2023, place de la République. 

L’événement, qui permettra de valoriser toute la diversité et la créativité de la littérature mahoraise, est porté par le Conseil départemental de Mayotte, à travers sa Direction de la Culture et de la Lecture publique (DCLP). 32 écrivains mahorais et 5 invités venus du Kenya, de la Tanzanie et du Mozambique, ont répondu présents à cet événement exceptionnel. 

Au programme, deux conférences « Littérature et territorialités mahoraises », vendredi 1er décembre de 10h à 12h30 et « Quelles stratégies pour développer l’économie du livre dans la sous-région du canal du Mozambique ? », samedi 2 décembre de 9h à 12h, mais aussi des rencontres, dédicaces, animations jeunesse et des stands de professionnels du monde du livre. 

Mais cette année, les objectifs sont clairs : valoriser les plumes mahoraises, à Mayotte, dans la sous-région du canal du Mozambique, dans l’hexagone et à l’international ! 

Nassur Attoumani, écrivain phare de Mayotte

Promouvoir la littérature mahoraise 

Ce matin, Zouhourya Mouayad Ben, 4ème Vice-Présidente du Conseil Départemental, Chargée des Sports, Culture et jeunesse, l’annonçait : « Notre principal souhait pour cette 3ème édition du Salon du livre de Mayotte est de faire la promotion de la littérature mahoraise dans toute sa diversité. »

Longtemps les écrivains mahorais ont rédigé des romans. Mais il serait inexact et surtout incomplet, de ne pas valoriser d’autres genres littéraires que le roman. C’est tout l’intérêt de ce Salon du livre que de mettre en valeur d’autres écrits, tels que des essais, des fables, des correspondances par lettres, des autobiographies,  des bandes dessinées ou encore des contes… 

En effet, un des enjeux fondamentaux est aussi d’encourager la lecture chez les plus jeunes. Nassur Attoumani, écrivain, en a fait son engagement à travers sa collection « Mayotte ça conte » : « Nous les écrivains, avons toujours écrit pour les adultes. Or, les adultes ne lisent pas ! Il faut donc les former à la base, c’est-à-dire en écrivant pour les petits et pour les grands qu’ils deviendront ! »

Développer une « industrie du livre » à travers le monde

Lors d’une visite de la Cité internationale de la langue française dans le département de l’Aisne, Zouhourya Mouayad Ben, constate avec regret, que ce lieu culturel dédié à la langue française et aux cultures francophones, ne contient aucun ouvrage écrit par un écrivain mahorais. Mais de nature optimiste, Zouhourya Mouayad Ben croit fort en SALIMA pour faire rayonner la littérature mahoraise et valoriser les plumes féminines !

Abdou Salami Baco, représentant de la DCLP, insiste sur l’importance de créer une économie du livre globale, de son processus de production à sa commercialisation, en favorisant les échanges avec des professionnels du monde du livre, de la sous-région du canal de Mozambique, à la Réunion, dans l’hexagone et dans le monde. 

Monsieur Abdou Salami Baco, agent DCLP

La tenue de cette 3ème édition du Salon du livre à Mayotte permettra notamment aux écrivains, libraires et éditeurs, d’apporter de la visibilité à leurs travaux et de les porter à des événements nationaux et internationaux. « C’est tout un écosystème culturel, éducatif, social et économique que le département de Mayotte souhaite faire émerger », proclame Abdou Salami Baco. 

Un objectif à plus long terme est de « faire du mois de novembre 2024, le mois de la littérature mahoraise ! » telle est l’ambition du département de Mayotte.

Transmettre un patrimoine culturel et encourager à la lecture et l’écriture

Un autre enjeu est de répondre aux attentes des enseignants et élèves de Mayotte « qui se plaignent souvent de ne pas avoir de matériaux pédagogiques adaptés », argue Nassur Attoumani. Le but est d’encourager la lecture, l’écriture, l’apprentissage et la maîtrise des langues parlées à Mayotte et à l’international, à commencer par le français, l’anglais, le shimaoré et le shibushi. Tel fut le cap pris par Nassur Attoumani, où ses contes dans la collection Mayotte ça conte, évoluent dans ces quatre langues.

Face à ces souhaits et ambitions pour les jeunes mahorais d’aujourd’hui et de demain, Zouhourya Mouayad Ben espère séduire le Rectorat pour que les auteurs et autrices mahorais intègrent les futurs programmes scolaires. 

Contes de l’écrivain Nassur Attoumani, de la collection Mayotte ça conte

Pour la 4ème Vice-Présidente du Conseil départemental, cette 3ème édition du Salon du livre de Mayotte est aussi avant tout « une joie et un événement culturel festif », pour le territoire de Mayotte, qui connait actuellement un contexte difficile. 

Le programme complet du Salon du livre est à découvrir sur le site Facebook du Conseil départemental. Rendez-vous Vendredi 1er et samedi 2 décembre 2023, de 9h à 17h, Place de la République, à Mamoudzou.

Mathilde Hangard

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Combani, Mayotte

Blocage des routes : pour fonctionner, certains services de l’État adoptent des rotations pour...

0
L’édification de nombreux barrages sur les routes du territoire depuis maintenant de trop nombreuses semaines a plongé le 101e département français dans une crise sociale dont il sera difficile de se remettre. Tous les secteurs sont touchés et fonctionnent en mode dégradé quand ils ne sont pas paralysés. Aussi, certaines professions aux activités sensibles ont dû s’adapter à de telles conditions, à l’image des surveillants pénitentiaires.
DLEM, RSMA, Armées, Sébastien Lecornu, Mayotte, Gabriel Attal, TIG, TIE

Quelle contribution militaire pour encadrer la jeunesse de Mayotte ?

0
Au ministère des Armées, il ne fut pas seulement question de surveillance militaire en appui de la Lutte contre l’immigration clandestine pour les élus. Mais également, dans le droit fil du discours de politique générale du Premier ministre, du retour à l’autorité qu’incarne l’armée
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Eric Ciotti, Mansour Kamardine, Mayotte, Emmanuel Macron,

Eric Ciotti demande l’instauration de l’état d’urgence sécuritaire à Mayotte

0
C’est la vertu du démarchage des élus, et le bénéfice d’avoir fait venir le président des LR à Mayotte : Eric Ciotti se fait un porte-voix de leurs demandes

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.

Recent Comments