27.8 C
Mamoudzou
jeudi 29 février 2024
AccueilorangeLes agressions avec arme en augmentation de plus de 20% en 2022...

Les agressions avec arme en augmentation de plus de 20% en 2022 à Mayotte

Ce n’est pas un scoop, Mayotte est une des régions de France la plus touchée par les agressions, et les stats le prouvent notamment sur les meurtres et les vols à l’arme blanche. Et encore, toutes ne font pas l’objet de dépôts de plainte, rappelle l’enquête « Insécurité et délinquance » du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure sur 2022.

Le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) publie sa 7ème édition du bilan statistique « Insécurité et délinquance » pour l’année 2022.

Comme chaque année, il présente les résultats de l’année 2022 en matière de délinquance enregistrée par les services de police et de gendarmeries nationales. Combien d’infractions ont été commises ? Comment les délais de dépôt de plainte des infractions auprès des services jouent-ils sur la délinquance observée et enregistrée au cours de l’année ? Dans quels espaces géographiques ? Combien de victimes déclarées au cours de l’année ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Que sait-on des auteurs présumés ?, etc.

Étant donné que toutes les victimes ne déposent pas plainte, deux autres enquêtes statistiques de victimation sont menées comme chaque année auprès d’un échantillon de la population : Cadre de vie et sécurité (CVS) réalisée de 2007 à 2021 (hors 2020 en raison de la crise sanitaire) par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), et GENESE (Genre et sécurité), conduite par le SSMSI en 2021, qui propose un focus particulier sur les violences sexistes et sexuelles.

Parmi les indicateurs retenus par le SSMSI : les homicides, les coups et blessures volontaires, les violences sexuelles, les atteintes aux biens avec violence contre des personnes, avec et sans arme, les atteintes aux biens sans violence contre les personnes (cambriolage, vols de véhicules, etc.), les infractions sur les stupéfiants et les escroqueries.

En ce qui concerne les délais de dépôt de plainte des crimes et délits enregistrés par les services de sécurité, ils sont courts pour la plupart des infractions, inférieurs à 5 jours. Mais varient considérablement en fonction des types de délits : « Ce n’est qu’au bout de 83 jours que les trois quarts des victimes d’escroqueries enregistrées ont déposé plainte, et 1.162 jours (soit plus de trois ans) pour les victimes de violences sexuelles. »

Davantage d’agressions violentes sur l’ensemble du pays

Record d’augmentation d’agression avec arme à Mayotte en 2022, +20,3% enregistrés

Première tendance nationale, la quasi-totalité des indicateurs de la délinquance enregistrée en France (France métropolitaine et départements ou région d’outre-mer) sont en hausse en 2022 par rapport à l’année précédente, hormis les vols violents sans arme.

En ce qui concerne le premier indicateur, les homicides, leur taux par habitant est plus élevé dans les régions ultramarines qu’en métropole. Il est de 14 homicides pour 100.000 habitants sur la période 2020-2022 en Guyane, 7 en Guadeloupe, 6 en Martinique et 5 à Mayotte contre 1 homicide pour 100.000 habitants en moyenne sur toute la France. Même en Corse et en Provence-Alpes-Côte d’Azur le taux est moindre, de respectivement 3 pour 100.000 habitants et 2 pour 100.000 habitants. Rappelons qu’il s’agit d’homicides connus suite à dépôt de plainte.

Les Coups et blessures volontaires enregistrés ont progressé sur la quasi-totalité du territoire français : leur nombre augmente dans toutes les régions métropolitaines, en revanche l’augmentation est plus modérée dans les territoires ultramarins : +9 % à La Réunion, +7 % en Martinique et à Mayotte, +6 % en Guadeloupe et +2 % en Guyane.

Et étonnamment, en 2022, la part des violences intrafamiliales parmi ces coups et blessures volontaires est la moins forte à Mayotte, 29 %, et la plus forte en Dordogne, 62%. On pourrait l’expliquer par la persistance de non-dits encore à Mayotte que tentent de briser des campagnes comme Wamitoo#. Mais ce taux traduit aussi une augmentation des agressions hors cellule familiale.

60% des victimes de vols armés ne déposent pas plainte

Commissariat, Mayotte
le dépôt de plainte sert aussi les statistiques. Ici le commissariat de Mamoudzou

Quant au nombre de violences sexuelles, Mayotte est la 4ème région la plus touchée. En revanche les agressions signalées augmentent peu en 2022, +1% contrairement à La Réunion +13%. Les auteurs présumés de violences sexuelles sont quasiment tous des hommes. « L’augmentation sensible des violences sexuelles enregistrées ces dernières années s’explique notamment par une évolution du comportement de dépôt de plainte des victimes, y compris pour des violences subies plusieurs années auparavant, dans le climat par exemple de l’affaire Weinstein et des différents mouvements sur les réseaux sociaux pour la libération de la parole des victimes. »

En France, en 2022, 8.600 infractions pour des vols avec armes ont été enregistrées par la police et la gendarmerie nationales selon les bases statistiques du SSMSI. Un nombre largement sous-estimé puisque l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS) souligne que « la majorité des victimes ne déclarent pas les vols ou tentatives de vols violents ou avec menace à la police et gendarmerie nationales », seuls 41 % le font.

Les vols avec armes comprennent les vols commis avec, ou sous la menace, d’une arme à feu ou d’une arme blanche ou par destination. En 2022, quatre départements et régions d’outre-mer (DROM) enregistrent un nombre d’infractions pour vols avec armes par habitant bien supérieur à la moyenne nationale (0,13 ‰), dont la Guyane, 3,1 ‰ et Mayotte, 2,5 ‰. Il s’agit en majorité de vols avec arme à feu dans les DROM des Antilles et la Guyane, tandis qu’à Mayotte il s’agit quasi-exclusivement de vols avec armes blanches. Les régions les moins touchées par les vols avec armes sont la Corse et La Réunion.

Si les vols avec menace d’une arme, essentiellement les machettes, couteau ou même jets de pierres ici, gangrénaient Mayotte, le phénomène ne s’est pas arrangé en 2022, puisque c’est la région où ils augmentent le plus fortement, +20,3%. Un taux sous-estimé qu’il faut multiplier par plus de deux, une hausse avoisinant les 50% donc, d’où l’importance de déposer plainte. Notre département est également le théâtre de vols violents sans arme, qui se concentrent de manière générale dans les très grandes agglomérations.

Mayotte sous le joug des coupeurs de route

Un barrage en feu avec jets de pierres à Longoni en juin 2022

Si nous sommes moins touchés par le vol de véhicules, y compris des deux-roues, nous enregistrons une des plus fortes hausses du pays en nombre d’infractions de destructions et dégradations volontaires sur le logement ou un véhicule entre 2021 et 2022, +15 %. Il n’y a qu’à circuler sur les routes du département dès la nuit tombée pour s’en faire une idée.

Le nombre de mis en cause pour usage de stupéfiants par habitant est plus important dans les moyennes et grandes agglomérations. Mais une grande partie des infractions n’est pas identifiée. Selon le baromètre santé de Santé publique France, de 3 % à 11 % des adultes de 18 à 64 ans en France auraient un usage régulier ou ponctuel de cannabis en 2021. Selon l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS), en 2021, 17 % des 14 ans ou plus ont déclaré avoir observé dans leur quartier ou dans leur village des personnes consommant de la drogue et 13 % d’entre elles, des personnes en revendant.

Ils sont donc 14 % de plus en 2022 à être mis en cause, dont les plus représentés sont originaires des pays d’Afrique. A Mayotte, peu d’amendes ont été délivrées pour usage de stupéfiants.

Enfin, en 2022, 464.500 victimes d’escroqueries ont été enregistrées en France, en hausse de 8%. Les auteurs sont là encore majoritairement des hommes (72 %), mais la proportion de femmes reste très supérieure à celle observée pour les autres types d’infractions. Faux en écriture, falsifications, abus de confiance, etc. sont particulièrement le lot quotidien à Mayotte, puisque à en croire notre coloration foncée sur la carte, il y en a eu 45% de plus entre 2021 et 2022.

En attendant les stats 2023, on peut déjà affirmer que si l’effet recherché par Wuambushu avait porté ses fruits, les vitres des véhicules caillassés chaque nuit le sauraient.

A.P-L.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

La vidéo verbalisation mise en place dans les prochains mois sur la commune de...

0
Équipée d’un système de vidéo protection et d’un centre de supervision urbain (CSU) depuis 2017, la commune de Mamoudzou compte étendre encore ce dispositif dans les semaines et les mois à venir afin d’aider les forces de l’ordre à lutter contre la délinquance mais aussi faire baisser les incivilités.
Gendarmerie, Police, Gérald Darmanin, Marie Guévenoux, Christian Rodriguez, Céline Berthon, Mayotte, GIGN

Visite de G. Darmanin : et la sécurité dans tout ça ?

0
Pendant sa visite, le ministre de l’Intérieur a mis la machine « en avant toute » dans la lutte contre l’immigration clandestine, la prise en compte de l’insécurité est passée au second plan. C’est pourtant ce qui pourrit la vie de la population, et provoque la désertion des compétences
SSMSI, homicides, Mayotte, Outre-mer

SSMSI : D’avantage d’homicides dans les DOM que sur les autres départements français

0
Le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) publie les statistiques du nombre d’homicides* pour 2022, et donne une tendance à partir des éléments descriptifs disponibles depuis 2016 dans les logiciels de rédaction des procédures de la police et de la gendarmerie. Il livre pour la première fois les données sur les homicides et les tentatives d’homicide
Conciliateur de justice, Mayotte

Tribunal judiciaire : Certaine victime « énervée » par les décisions de justice

0
Plusieurs dossiers devaient être traités vendredi en comparution immédiate dont un vol aggravé, une agression sexuelle sur mineur, une affaire de proxénétisme mais surtout l’agression du conseiller départemental Elyassir Manroufou et de son frère, commise le 25 décembre dernier. Sur quatre affaires, deux ont été renvoyées à une date ultérieure afin que les accusés puissent préparer leur défense.
Police, arme, Mayotte

Affrontements entre bandes de Kawéni et Majikavo : premier décès par arme à feu

0
C'est le point d'orgue de la guerre que se livrent littéralement depuis plusieurs semaines des bandes des villages de Kawéni et Majikavo, avec son lot de représailles

Recent Comments