26.8 C
Mamoudzou
mercredi 24 avril 2024
AccueilorangeBlocage dans les établissements de santé de l’île : « C’est de...

Blocage dans les établissements de santé de l’île : « C’est de la non-assistance à personne en danger ! »

Cela va faire maintenant bientôt deux semaines que des membres de différents collectifs de Mayotte, des femmes mahoraises en faveur de l’opération Wuambushu, bloquent l’accès au Centre hospitalier de Mamoudzou mais aussi dans tous les dispensaires de l’île. Même si leurs revendications peuvent sembler légitimes, la situation commence à devenir critique pour certains malades qui risquent d’être en danger de mort selon certains praticiens.

C’est sous couvert d’anonymat qu’un professionnel de santé travaillant au Centre hospitalier de Mamoudzou a accepté de nous dire comment se passe les choses dans les différents établissements de santé de l’île. Car pour l’instant c’est le silence total du côté de la direction du CHM qui refuse de communiquer à ce sujet.

A entendre le témoignage de ce professionnel de santé les choses commencent sérieusement à se compliquer. Bloquées depuis le 3 mai dernier par un collectif de femmes mahoraises qui contestent la politique menée par les Comores suite à l’opération Wuambushu, elles affirment haut et fort que « Tant qu’Azali bloquera, on bloquera ! ». Sauf que pendant qu’une trentaine de femmes, tout au plus, bloque l’ensemble des établissements hospitaliers de l’île, des gens risquent de mourir qu’ils soient comoriens ou non. « Depuis jeudi dernier le dispensaire de Jacaranda, situé en face du CHM, est fermé à cause du blocage. C’est dans ce bâtiment que se trouve la pharmacie du CHM et tous les médicaments nécessaires pour les consultations ainsi que pour ceux qui n’ont pas de sécurité sociale », explique le professionnel de santé.

Au dispensaire de Kahani, 4 à 5 femmes contrôlent et filtrent les entrées

Une dizaine de femmes bloque l’entrée de l’hôpital. « Dès qu’une personne ou un patient tente de rentrer elle se fait agresser, voire même pour certaines violenter quand elles arrivent au bureau des admissions du CHM.  Ces femmes considèrent que toutes les personnes qui viennent au CHM ou dans les dispensaires pour se faire soigner sont comoriennes, ce qui est absolument faux ! Une dizaine de femmes qui bloque l’accès aux soins pour des personnes à la santé fragile c’est ahurissant, s’insurge le soignant. Personne n’est venu les déloger pour l’instant. Même la police a ordre de ne rien faire a priori. Une trentaine de femmes qui bloque tout un système de santé dans l’île, je n’ai jamais vu ça, c’est inédit. Ce serait une chose totalement impossible en métropole », constate effaré le praticien.

Une situation qui devient de plus en plus dangereuse

La police a mis des barrières pour éviter les débordements et encadrer le bureau des admissions là où se trouvent les femmes contestataires. « Si vous voulez avoir une chance de vous faire soigner, il faut arriver tôt le matin avant elles car sinon elles ne vous laissent pas rentrer ». Cette situation est d’autant plus dangereuse que jeudi et vendredi derniers, l’hôpital a dû annuler toutes les consultations. Les professionnels de santé commencent à tirer la sonnette d’alarme. « On le vit très mal… On ne peut pas soigner les patients. On ne peut même pas faire de bilans sanguins pour les enfants et faire un suivi de leur traitement. En cardiologie, nous ne pouvons plus donner de médicaments pour les traitements. Idem pour ceux atteints du VIH ou de tuberculose. Il y a, à mon sens, une mise en danger des patients et un risque sanitaire qui ne cesse de croitre de jour en jour. Il y a urgence car le système de soins pour les personnes malades ne fonctionne plus, elles risquent de mourir chez elles ».

Les professionnels de santé tirent la sonnette d’alarme… à temps ?

La situation est critique. Et ce qui n’a rien arrangé, à la suite des violences perpétrées par des bandes armées au Centre médical de référence de Dzoumogné, l’hôpital a déclenché le plan blanc vendredi dernier, ce qui veut dire que les personnels de santé sont dans l’urgence en permanence. « Il y a moins de passages aux urgences, les services sont quasi vides et tournent au ralenti, l’activité des soins est en sérieuse diminution. Ce que nous redoutons le plus, et c’est ce qui risque d’advenir si la situation perdure, c’est d’avoir des malades qui arrivent à l’hôpital dans un état décompensé, sur le point de mourir sans que nous n’ayons pu les soigner. Si cela dure, d’ici deux à trois semaines nous devrons faire face à une véritable catastrophe. Je le répète, c’est de la non-assistance à personne en danger, beaucoup de patients vont décéder », insiste le professionnel de santé. Tous les services ainsi que l’ensemble des dispensaires de l’île sont impactés par ce blocage qui ne justifie en rien de ne pas s’occuper des malades.

Tous les personnels de santé sont très inquiets pour les patients. « C’est assez dur de garder le moral dans ces conditions. Il y a comme une forme d’abandon. On parle de vie humaine quand même mais on a l’impression qu’on l’oublie. Ce n’est pas évident d’accepter cet état de fait, cette injustice et de subir », se désole le soignant.

B.J.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Le Centre régional de coordination des dépistages des cancers de Mayotte a renouvelé son...

0
Lors de l’Assemblé générale qui s’est tenue samedi dernier, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers de Mayotte (CRCDC) a procédé au renouvellement de son conseil d’administration et des membres du Bureau. Ainsi,...
Marie Guévenoux, Mayotte, Place-nette

Projet de loi Mayotte : report de sa présentation en conseil des ministres « début juillet »

0
Beaucoup de points à travailler sur le projet de loi Mayotte, entre l’évolution institutionnelle voulue par les élus, et les échéances des convergences sociales
Halo, Mayotte

Perturbation du ramassage scolaire sur les zones Koungou et Doujani suite au mouvement des...

0
Après le caillassage de 19 bus scolaires il y a deux semaines, et celui de 8 bus ce lundi, les conducteurs des lignes impactées font valoir leur droit de retrait depuis ce mardi matin....
INSEE, électricité, Mayotte

Hausse des prix de 1,6% à Mayotte sur les deux derniers mois

0
Les grands fautifs de cette inflation qui dépasse le national sur un an, sont les tarifs de l’électricité, qui prennent près de 20%, avec la fin progressive de la mesure de gel prise par le gouvernement
CHM, Mayotte, 15

Psychiatrie : un secteur aux forts besoins mais en grande tension

0
À Mayotte, le secteur de la psychiatrie et de la pédo-psychiatrie est confronté à des défis majeurs. Pour y répondre, le CHM s’est donné une feuille de route jusqu’en 2035

Recent Comments