27.8 C
Mamoudzou
jeudi 22 février 2024
AccueilorangeCESEM : Une séance plénière très agitée

CESEM : Une séance plénière très agitée

Ce mardi, le Conseil économique, social et environnemental de Mayotte (Césem)* effectuait une séance plénière de rentrée. L'occasion de faire un bilan de l'année 2022 et d'annoncer la couleur pour 2023. Si l'événement était initialement prévu à l'hémicycle Younoussa Bamana, la salle de délibération du conseil départemental, le lieu a dû être modifié pour diverses raisons, entraînant au passage un petit coup de chaud.

« Je te fais dégager ! »

La matinée commence d’une bien triste manière. Dans le flou total, Salim Mdéré, premier vice-président du conseil départemental, sort de l’hémicycle, visiblement remonté après un accrochage avec Abdou Dahalani, président du Césem. « Moi je te fais dégager, avec la sécurité s’il le faut », a-t-il asséné au représentants du conseil économique, social et environnemental du territoire, avant de quitter la salle. Une attitude qui a choqué les autres personnes sur place. Un autre événement, organisé par le conseil départemental, aurait apparemment été prévu au même moment dans cette salle. Si Abdou Dahalani n’a pas voulu commenter cette histoire, Soula Said Souffou, conseiller départemental de Sada-Chirongui et présent pour la séance plénière, a tenu à présenter ses excuses « au nom du conseil départemental » et regrette « un incident fâcheux et malheureux » qui sera « sûrement réglé en bonne intelligence ».

La salle de réunion DRH a pu dépanner

Après la pluie, le beau temps

Finalement, l’événement se déroule dans la salle de réunion DRH et les tensions redescendent tant bien que mal. La séance pouvait enfin commencer. Autour de la table, élus du Cése de Mayotte, représentants du conseil départemental et représentant du conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement; sous l’œil attentif des journalistes. Après un briefing sur les derniers mois, M. Dahalani rentre dans le vif du sujet.

11 mois répartis en 4, mais pas que

Le mandat des élus actuels se terminant en 2024, ils auront un peu plus de 11 mois pour faire avancer quatre grands axes :
– l’évolution du port de Longoni, avec une perspective de transformation en grand port maritime d’état
– la sécurité à Mayotte
– le développement de l’attractivité du territoire
– et enfin, l’exigence d’une égalité sur l’accès aux soins.

Abdou Dahalani nous explique davantage les contours de cette année 2023, qui comportera d’autres chantiers, avec une première entrée en matière dans les prochains jours : « Tout d’abord, nous allons publier un rapport intitulé ‘qui fait quoi?’, qui sera diffusé dans les prochains jours. L’idée est de vulgariser le fonctionnement des institutions. Tout le monde n’a pas connaissance des fonctions et des moyens d’action, de telle ou telle instance. Quelle est la responsabilité du conseil départemental, de l’État, des intercos etc. Une réflexion sera aussi menée à la fin du premier trimestre 2023, concernant l’organisation des jeux des îles 2027. L’idée est de faire le tour, de faire une prévision des infrastructures, de la capacité d’accueil, de la sécurité et d’autres domaines. Nous aurons aussi nos quatre grands axes cités précédemment. Nous espérons pouvoir mener à bien nos missions, avec l’aide de nos partenaires et associés. »

La bonne entente de ces différents acteurs est primordiale

Le conseil départemental est attendu

Et parmi les partenaires et associés du Césem, le conseil départemental sera scruté sur un meilleur accompagnement, notamment sur l’équipement numérique, qui serait « en manque ». La deuxième institution départementale en terme de hiérarchie, attend aussi une meilleure collaboration avec son aîné. Pour Soula Said Souffou, la collaboration sera accrue. Il nous étaye le fond de sa pensée : « Le Césem est la deuxième institution du département et nous comptons beaucoup sur leurs avis éclairés, le département doit écouter leurs conseils. Notre rôle est aussi de leur donner tous les moyens nécessaires pour travailler sereinement, car le conseil départemental ne peut pas administrer le territoire, seul. Nous ferons tout notre possible afin de consolider nos liens. » Des propos largement partagés par Omar Ali, 4e vice-président du conseil départemental et également présent sur place.

Malgré les agitations en début de journée, la séance plénière s’est achevée avec des sourires de part et d’autres.

Houmadi Abdallah

*Le CESE est présent au niveau national, mais aussi au niveau régional avec le CESER (conseil économique, social et environnemental régional). Mayotte possède donc son Cesem. En terme de hiérarchie c’est la 2e institution la plus importante de l’île aux parfums après le conseil départemental. Elle est composée de représentants des employeurs, des syndicats et des associations qui structurent le territoire. Ensemble, ils mènent des réflexions et des études sur les besoins du territoire. Leur objectif principal est de « donner aux jeunes une confiance en l’avenir » d’après Abdou Dahalani.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Santé : Une première promotion d’orthoptistes mahorais en formation à Paris

0
C’est une première ! Cinq mahorais ont commencé une formation d'orthoptiste dans le cadre d’un partenariat avec la prestigieuse université Paris Cité et l’hôpital Necker, un des plus grands hôpitaux d'Europe. Débutée à la rentrée de septembre 2023, elle va durer trois ans et sera sanctionnée par un diplôme de licence
Elus, locaux, Mayotte, insécurité, barrages, lettre, Macron, loi

La lettre des élus de Mayotte à Emmanuel Macron

0
Ce mercredi au Conseil départemental, les élus se sont réunis pour présenter une lettre, rédigée par les conseillers départementaux et les maires, adressée au Président de la République, Emmanuel Macron, afin de demander des actions concrètes à la situation « quasi insurrectionnelle » qui sévit actuellement à Mayotte

La conseillère départementale Mariame Saïd Kalame menacée de mort

0
Mardi soir en rentrant chez elle à Chirongui après la manifestation des Forces Vives, la conseillère départementale de Sada-Chirongui, Mariame Saïd Kalame, a découvert sa voiture personnelle recouverte d’une menace de mort. Un message était laissé sur le répondeur de son fils de 13 ans. Une enquête a été ouverte le jour même de l'arrivée de Christian Rodriguez, le directeur général de la gendarmerie nationale
Mayotte, Wuambushu, Renaissance, LFI, Salime Mdere

Inéligibilité et prison avec sursis requises contre Salim Mdéré suite à ses propos sur...

0
Le procès du premier vice-président du Conseil départemental, Salim Mdéré, s’est tenu jeudi au tribunal de La Réunion. Il lui était notamment reproché d’avoir tenu des propos plus que choquants en avril 2023, sur le plateau TV de Mayotte La 1ère, concernant les délinquants.
Conseil départemental, Mayotte

Mouvement social contre l’insécurité : les élus tentent de reprendre leur place

0
Parlementaires, conseillers départementaux et maires : plutôt muets lors des précédentes crises sociales, les élus prennent la parole et se positionnent unanimement aux côtés de la population pour demander une protection des citoyens face à une insécurité invivable. Une position inconfortable

Recent Comments