29.8 C
Mamoudzou
samedi 10 décembre 2022
AccueiljusticeAssises : Jugement d'un meurtre à coups de parpaing de 18 kilos

Assises : Jugement d’un meurtre à coups de parpaing de 18 kilos

Le premier procès de la session des assises du mois de novembre et décembre s’est ouvert lundi. Lors des deux jours d’audience, le tribunal aura à déterminer les raisons ayant conduit le prévenu à asséner de multiples coups de parpaing mortels sur le crâne de la victime.

La dernière session des assises de l’année 2022 s’est ouverte cette semaine. Du 21 novembre au 2 décembre, pas moins de six affaires seront jugées. La première, dont l’audience s’est tenue dans la salle de la chambre d’appel de Mamoudzou, concerne une affaire de meurtre survenue dans la soirée du 15 au 16 juin 2020 sur les hauteurs de Chiconi. A l’origine de cet acte tragique, une altercation entre la victime, alors âgée de 59 ans, et le prévenu.

Alcool et bangué, une alliance mortifère

La victime aurait prononcé des insultes à l’égard du présumé coupable. Aviné à un degré conséquent, ayant consommé une grande quantité de pastis, de vin, de bière ainsi que fumé du bangué, le prévenu aurait alors décidé de suivre la victime sur plusieurs centaines de mètres. Face au refus du second de lui donner de l’alcool et après une volée d’insultes, il aurait asséné plusieurs coups de parpaings sur la tête de la victime. L’enquêteur interrogé par la présidente du tribunal indiquera qu’au regard de l’intensité des coups, elle n’était « pas très belle à voir » puisque « écrasée et sanguinolente ».

La Chambre d’appel à Kawéni

« Une ouverture béante du crâne »

Fait étrange constate l’enquêteur, le sang n’avait pas coagulé au moment de la découverte du corps à 5 heures du matin car du vin y avait été mélangé. « Il a versé du vin sur la tête de la victime. On ne se sait pas pourquoi il a fait cela », concède-t-il, avant d’ajouter « cela ressemble à un rituel ». Le médecin légiste, au moment de l’autopsie du corps, constatera, outre « une ouverture béante du crâne » et d’importants traumatismes faciaux, un éclatement du foie, le prévenu ayant sauté sur la victime. Néanmoins, précise-t-il, au moment de ces agissements, la victime était déjà décédée à la suite des multiples coups reçus à la tête ; les 18 kilogrammes du parpaing ne lui ayant laissé aucune chance.

En outre, au moment de la restitution de la scène dans le cadre de la procédure, l’enquêteur notera ce qui semble lui être « un comportement inquiétant » de la part du prévenu. Ce dernier « n’avait pas l’air conscient de son acte. Il avait parfois un petit sourire comme s’il était satisfait de ce qu’il avait fait ». Un sourire qui, selon l’avocat de la défense, n’était guère présent lorsque son client s’est retrouvé face à lui pour la première fois. Le tribunal a jusqu’à ce mardi pour faire la lumière sur toute cette affaire.

Pierre Mouysset

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Chimique, Mayotte

Assises : 25 ans de prison pour le meurtrier au parpaing

0
Après deux jours de procès dans la salle d'audience de la Chambre d'appel, le tribunal judiciaire de Mamoudzou a reconnu coupable le prévenu pour le fait de meurtre pour lequel il était accusé. En...

Assises : « On a des lâches devant vous, incapables d’assumer les faits »

0
Vendredi s’est ouvert le troisième et dernier jour du procès impliquant 5 individus pour une succession de faits de vol avec arme, enlèvement, détention, séquestration, arrestation sans libération volontaire survenus à Dembéni et Kani-Kéli en 2018. Les peines prononcées vont de huit à treize années de prison.

Assises : « Ils ont récupéré mes lacets des chaussures pour m’attacher les mains...

0
Mercredi s’est ouvert le procès, pour trois jours, de six prévenus jugés pour une succession de faits de vol en bande organisée avec arme, enlèvement, détention, séquestration, arrestation sans libération volontaire à Dembéni et Kani-Kéli survenus en 2018.
Conciliateur, Mayotte

Assises : Une affaire de meurtre au pied de biche jugée jusqu’à mardi

0
Ce lundi s’est ouvert le premier du jour procès concernant le meurtre d’un gardien de la PMI de Bandrélé survenu en novembre 2019. Sur le banc des accusés, l’unique prévenu, alors âgé de 20 ans au moment des faits, est également mis en examen pour tentative de vol avec arme. 
SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Chiconi lundi 17 octobre de 9h à 13h

0
La Mahoraise des Eaux informe, dans un communiqué, les usagers de Chiconi qu'une coupure d'eau est prévue de 9h à 13h le lundi 17 octobre dans les quartiers de la Mairie et Bilambo. Selon la...

Recent Comments