29.8 C
Mamoudzou
jeudi 1 décembre 2022
AccueilFil infoImmigration clandestine : une augmentation des résultats en mer ?

Immigration clandestine : une augmentation des résultats en mer ?

Le bilan de la Lutte contre l'immigration clandestine publié ce mercredi vient offrir des chiffres pour mettre en lumière les actions de l'Etat, révélant notamment une augmentation des résultats en mer.

Les chiffres de la lutte contre l’immigration clandestines sont parus. Offrant deux visions différentes, ceux-ci sont d’abord présentés pour le mois de septembre 2022 en comparaison avec le mois de septembre de l’année 2021, et la moyenne mensuelle de 2021. Enfin, dans une seconde partie, l’Etat dresse le bilan chiffré depuis le mois de janvier de l’année 2022 au mois de septembre, comparé à la même période les années précédentes. Ce mois de septembre 2022, 89 kwassas auront été détectés en mer, contre 74 en septembre 2021, et 79,3 en moyenne mensuelle en 2021. 72 kwassas interceptés ou ayant fait demi-tour, contre 46 en septembre 2021, et 47,41 en moyenne mensuelle en 2021.
L’on recense ainsi 81 % des tentatives d’entrées maritimes déjouées, contre 61 % en septembre 2021, et 67 % en moyenne mensuelle en 2021
Pas moins de 929 étrangers en situation irrégulière interpellés en mer ce mois de septembre, contre 646 en septembre 2021 et 529 en moyenne mensuelle en 2021
68 kwassas ont été détruits, contre 45 en septembre 2021, et 38 en moyenne mensuelle en 2021. Enfin, 85 moteurs ont été saisis et détruits.
Sur terre, les interpellations se chiffrent à 1763. Au total, 2172 reconduites ont été effectuées en septembre 2022, contre 1 826 en septembre 2021 et 1 977 en moyenne mensuelle en 2021.
Une augmentation sensible des chiffres de la lutte contre l’immigration clandestine comparée au mois de septembre 2021, ainsi que la moyenne mensuelle de l’année passée. Mais qu’en-est-il depuis le mois de janvier 2022 ? Et ce, comparé aux deux dernières années?

Gérald Darmanin visitant un intercepteur

En mer depuis le début de l’année, les détections (incluant les résultats de la surveillance aérienne mise en œuvre entre janvier et juin 2021), sont légèrement moindres : 505 kwassas détectés de janvier à septembre 2022, contre 617 de janvier à septembre 2021, et 440 de janvier à septembre 2020.
390 kwassas interceptés ou ayant fait demi-tour cette année, contre 437 de janvier à septembre 2021, et 280 de janvier au septembre 2020.
Paradoxalement, les interpellations de passeurs ont augmenté : 305 passeurs interpellés, contre 274 de janvier à septembre 2021, et contre 141 de janvier à septembre 2020. Une augmentation qui s’explique sans doute par le nombre de tentatives maritimes déjouées : 77% cette année, contre 70% de janvier à septembre 2021 et contre 64 % de janvier à septembre 2020. De la même façon, l’on recense 4897 étrangers en situation irrégulière interpellés en mer depuis janvier 2022 et jusqu’à septembre, contre 4622 de janvier à septembre 2021, contre 2121 de janvier à septembre 2020
De janvier à septembre 2022, 390 kwassas ont été détruits par les services de l’Etat.

Sur terre, les chiffres sont légèrement plus faibles cette année : 16 197 interpellations contre 17744 de janvier à septembre 2021, et contre 8115 de janvier à septembre 2020
En tout, la LIC a orchestré 17 379 reconduites de janvier à septembre 2022. C’est un peu moins qu’en 2021 sur la même période (17875), mais beaucoup plus qu’en 2020 (8127). A noter toutefois que la comparaison avec l’année 2020 est faussée par le Covid et ses affres, les différents confinements ayant eu leur impact sur les déplacements.

Ainsi, globalement, si les résultats obtenus sont plus intenses en septembre 2022 que le même mois de l’année précédente, les chiffres globaux de cette année sont plus faibles, à l’exception de la partie maritime de la LIC qui enregistre cette année une sensible amélioration.

Mathieu Janvier

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mansour Kamardine, Comores, mineurs, Mayotte

Rapprochement familial des mineurs isolés : un travail de longue haleine, répond la ministre...

0
Les avancées sur le retour des mineurs comoriens auprès de leurs parents se font au cas par cas, toujours faute d'entente sur la notion de nationalité
Comores, Ahmed Abdallah Sambi,

Comores : perpétuité pour Sambi et confiscation de tous ses biens

0
La cour de sûreté de l’Etat a suivi en partie les réquisitoires du ministère public. La justice a ordonné la saisie de tous les biens de l’ancien président, de son ancien vice-président Mohamed Ali Soilihi et de ceux de Bachar Kiwan condamné par contumace, car considéré comme le cerveau de l'opération
CRESS, Mozambique, Tanzanie, Kenya, Comores, Mayotte, INTERREG

Coopération – L’économie sociale et solidaire, « un outil de diplomatie économique »

0
Enfin une fenêtre s’ouvre sur la région qui va nous permettre de nous projeter depuis nos 374 km2. C’est l’économie sociale et solidaire qui donne le "la", et Mayotte y fait figure de chef de file des Outre-mer
CGT Educ'action, Comores, Mayotte

Violences : la CGT Educ’Action interpelle l’Etat sur ses manquements nationaux et internationaux à...

0
Dans un édito d'il y a deux mois, nous avions titré "Ecosystème de l’immigration à Mayotte : une fabrique à délinquants bien rodée". Un peu comme en écho, et en réponse à une situation...
Comores, Sambi, Programme de citoyenneté économique

Comores : le procès de l’ancien président Sambi s’ouvre sous haute surveillance

0
L’ancien chef de l’Etat sera jugé, entre autres, pour corruption et détournements de fonds publics requalifiés en haute trahison présumée. Pour le justifier, la justice comorienne a fait savoir que les faits reprochés ont été commis dans l’exercice de ses fonctions. Deux anciens vice-présidents ainsi que cinq étrangers dont l’homme d’affaires franco-syrien Bachar Kiwan sont convoqués à la barre. Ahmed Abdallah Mohamed Sambi est le premier chef d’Etat des Comores à être traduit en justice depuis l’indépendance du pays en 1975

Recent Comments