26.8 C
Mamoudzou
lundi 28 novembre 2022
AccueilcinemaCoup de projecteur sur « Lingui, les liens sacrés », une ode au choix...

Coup de projecteur sur « Lingui, les liens sacrés », une ode au choix des femmes

La semaine passée, nous pouvions découvrir sur notre île, en présence de son réalisateur : Lingui, les liens sacrés. Ce portrait de femmes Tchadiennes n’est pas sans rappeler universellement, le combat permanent de femmes d’ici ou d’ailleurs. Un film majeur pour le cinéma africain, à découvrir et redécouvrir.

Le dernier film de Mahamat Saleh Haroun, passé par le Festival de Cannes en 2021, nous plonge dans le quotidien de femmes, dans les faubourgs de N’djaména au Tchad, où le patriarcat religieux règne au-dessus de tout.

Regard vers l’horizon, une mère héroïne © Pili Films -Mathieu-Giombini- Ad Vitam

Lingui, les liens sacrés, c’est le portrait d’une femme et de sa fille, qui malencontreusement tombe enceinte. Mais la jeune fille, à peine âgée de quinze ans, décide de pas garder l’enfant. Le secret qui lie ces deux femmes les met au péril d’une vie dangereuse, où leurs choix seront décisifs. Dans une grande sobriété, le cinéaste installe un contexte modeste dans un quartier très religieux, où une mère fabrique des paniers à partir des câbles de gros pneus. En parallèle, son enfant étudie dans la prestigieuse école de filles. C’est ici que tout s’installe. Mais tout bascule, jusqu’à l’annonce fatidique. Très rapidement, Haroun nous amène au vif du sujet : le long cheminement de femmes, mère et fille, faisant le choix de l’avortement. Une décision qui évidemment va en contradiction totale avec la loi du pays et les mœurs religieuses. Commence alors une forme de course contre la montre.

Le cinéma de sobriété

Mahamat-Saleh Haroun est un cinéaste croyant, en phase avec son époque. On ne peut que remarquer qu’il porte un regard sur le monde, vu la délicatesse qu’il a à exploiter certain de ses sujets très actuels. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il est régulièrement sélectionné au festival de Cannes, dans la compétition officielle. Il est un des dignes représentants des récits de l’Afrique d’aujourd’hui. Il est aussi un des rares cinéastes africains, à conserver un style très sobre, un découpage peu clivant, des plans fixes longs, mais dynamisé par l’action des personnages. Il n’est pas dans le démonstratif. Il raconte des histoires de son temps, avec une certaine mesure. L’ensemble de son œuvre est assez admirable. C’est un peu comme si à chaque film, il faisait le premier.

Mère et fille, duo de force © Pili Films -Mathieu-Giombini- Ad Vitam

Lingui, les liens sacrés, propose malgré tout, une esthétique un peu plus léchée que son précédent film. Cela se remarque par le travail naturel de la lumière solaire, le choix de certains cadres, mais aussi la manière dont il utilise l’environnement avec une certaine hostilité. C’est fascinant d’observer une telle maîtrise. Surtout dans un film comme celui-ci, qui nous tient en haleine. Le cinéaste sait tenir en tension à travers sa mise en scène et son montage. Il fait le choix de la simplicité et du concret. En à peine 1h25 de film, Haroun nous raconte une histoire qui raisonne avec l’actualité. Il faut voir avec ce film comme un message essentiel au combat que mènent les femmes dans le monde, pour leurs corps et leurs choix. Un film ne peut pas faire tout changer, comme aime à le dire Haroun. Mais s’il peut amener à participer à une réflexion plus forte, cela sera déjà beaucoup. Sans même prendre en compte le discours de son créateur, Lingui, les liens sacrés, convainc par les choix narratifs qu’il entreprend et le cheminement personnel qu’il peut éveiller chez chacun d’entre nous. Le film devrait être rediffusé prochainement dans notre salle du Pôle culturel de Chirongui. Mais pour les plus curieux, il est disponible en streaming avec l’abonnement Canal + et en vidéo à la demande sur Universciné, Orange, Arte, et Canal VOD.
Ritsowonana

Germain Le Carpentier

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Le Pôle culturel de Chirongui dévoile sa programmation culturelle

0
Le Pôle culturel de Chirongui accueille le mardi 29 décembre à 18h30 une représentation de la compagnie Stratagème. « Banawassi la Malice », spectacle de théâtre et de marionnettes, donne vie au personnage Banawassi le malin....

Une projection inédite du film « Allons Enfants » en présence du réalisateur ce mercredi

0
Ce mercredi 26 octobre à 17h au Pôle Culturel de Chirongui aura lieu la projection inédite du film "ALLONS ENFANTS" en présence du réalisateur. Venez découvrir ce film-documentaire autour de la danse Hip-Hop ! "Au...

La grande master-class du cinéaste Mahamat-Saleh Haroun à Mayotte

0
Vendredi 7 octobre, au Lycée des Lumières, se tenait une rencontre entre l’unique grand cinéaste tchadien et le jeune public mahorais. La conférence, très appréciée par l’audience, s’est vue être un moment à la fois instructif, convivial et jalonné de questions-réponses, le tout supervisé par Gilles Collin, enseignant et référent de la section cinéma.
Cavani, cinéma, stade, Mayotte

Stade de Cavani, cinéma… ou comment redresser de grands projets bancals

0
Se faire une toile ou un jogging, c’est la même punition, « en travaux » ! On comprend l’agacement du commun des usagers à Mayotte, qui tournent leur regard vers la grande maison marron sur les hauteurs de Mamoudzou. Si le conseil départemental a redressé ses finances lors de la précédente mandature, celle-ci laisse des chantiers en cours, un fort arrière-goût d’inachevé que le vice-président Salime Mdere récupère en se retroussant les manches. La méthode est à revoir, selon lui

 La programmation du cinéma de Chirongui est en ligne

0
Le cinéma de Chirongui continue ses programmations éclectiques avec un nouveau programme pour la semaine du 27 avril au 08 mai.

Recent Comments