20.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilorangeBilan de l’opération Shikandra : au 1er semestre 2022, 81 % des...

Bilan de l’opération Shikandra : au 1er semestre 2022, 81 % des tentatives d’entrée sur l’île empêchées

Ce mardi, la préfecture de Mayotte a annoncé le bilan de l’opération Shikandra au 1er semestre 2022. Au total ce sont 359 kwassas détectés, 224 interpellés, 2999 étrangers en situation irrégulière interpellés en mer. Sur terre, 11 520 reconduites à la frontière ont été opérées. Un travail en profondeur est également mené pour tenter de démanteler les réseaux de passeurs.

Depuis le 1er janvier 2022, la préfecture a annoncé que l’opération Shikandra a permis de détecter 359 kwassas dont 94 détectés ou identifiés avec l’appui de la surveillance aérienne. Sur le total de ces embarcations 224 ont pu être interceptées et 67 demi-tours enregistrés. La préfecture rapporte que les unités nautiques sont confrontées à une agressivité croissante des passeurs.

Des interceptions ayant permis de saisir de la marchandise de contrebandes

Saisie de cigarettes et de tabac de contrebande (Photo P.N.)

Les chiffres de détections et d’interpellations sont toutefois en recul par rapport au premier semestre 2021 avec respectivement 542 embarcations détectées et 260 interceptées. A titre de comparaison, pour la période janvier-juin 2020, le nombre de kwassas détecté était de 300 contre 370 sur la même période en 2019. Concernant le nombre d’embarcations interceptées, le premier semestre 2019 a été plus profitable que celui de 2020, avec 137 interceptions contre 103. En outre, les interceptions ont permis entre janvier et juin 2022 de saisir et détruire 19 820 cartouches de cigarettes de contrebande ce qui représente un total de 693 700 euros.

Toutefois, au cours du premier semestre 2022, le pourcentage des tentatives d’entrées empêchées est le plus fort au regard des trois dernières années, 81 % contre respectivement 78 % entre janvier et juin 2021, 58 % et 55 % pour les mêmes périodes en 2020 et 2021. Les interceptions de kwassas ont permis d’interpeller en mer 2 999 étrangers en situation irrégulière. C’est moins que le premier semestre 2021 (3 439) mais supérieur à ceux de 2020 (1°019) et 2019 (1 851). La préfecture a également fait savoir que 224 barques et 280 moteurs ont été détruits. A ce titre, il a été constaté que la motorisation des kwassas est actuellement en baisse puisque 21 % des moteurs dépassaient les 40 CH au 1er semestre 2021 contre seulement 13 % en 2022.

Un travail en profondeur mené contre les réseaux de passeurs

Depuis le 1er janvier 2022, 162 passeurs ont été présentés à la justice. Entre mai et juin de cette année, 3 mis en cause ont été condamnés dans le cadre d’une filière malgache annonce la préfecture, dont 2 ont été incarcérés. Un autre mis en cause a également été présenté à la justice et incarcéré dans le cadre d’une filière comorienne. En outre, un travail en profondeur est mené sur l’îlot de Mtsamboro afin

La lutte contre l’immigration clandestine sur terre comme sur mer

d’intensifier la lutte contre l’immigration clandestine.

Une lutte qui se poursuit également sur terre

La lutte contre l’immigration clandestine sur terre a permis l’interpellation de 10 532 individus au cours de ce premier semestre. C’est moins qu’en 2021 (12 329) et 2019 (12 975) sur la même période mais supérieur au chiffre de 2020 (6 515). La préfecture fait aussi savoir que 11 520 reconduites à la frontières ont eu lieu dans le cadre de 167 opérations de reconduites vers les Comores. En outre, 245 Malgaches en situation irrégulière ont été reconduits par voie aérienne. Le total de ces reconduites reste inférieur à la période janvier-juin 2021 et 2019, avec respectivement 12 689 et 14 264 reconduites. En 2020, elles s’élevaient à 7 038. Un bilan à mi-année qui témoigne des moyens mis en œuvre pour lutter contre l’immigration clandestine à Mayotte.

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139533
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com