26.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilEnvironnementSusciter le débat et l’échange, le pari réussi du premier festival durable...

Susciter le débat et l’échange, le pari réussi du premier festival durable de Mayotte

« Le festival est gratuit, votre contribution unique c’est d’écrire une question en lien avec l’écologie », informe une des bénévoles à l’entrée du festival. Ouvrir des espaces de réflexion, susciter le débat et nourrir les échanges et ce, dans une ambiance familiale et chaleureuse, le pari du festival Yes Ko Green semble avoir été gagné. En questionnant Gilles Chouvanaud, président de l’association Yes We Can Nette, sur l’origine de cet événement sa réponse se fait sans attendre : « Et pourquoi pas ? Il s’agit de montrer que le développement durable peut-être ludique, festif et familial et qu’il ne faut pas le considérer comme un retour à l’âge de pierre ».

Un festival novateur

La scène de musique

« Nous souhaitions que les gens se posent des questions et la plus récurrente qui nous est parvenue est celle des déchets », précise Gilles Chouvanaud. Un constat lucide au regard de la situation de l’île mais aussi dans les autres territoires ultra-marin. A ce titre, la délégation sénatoriale aux outre-mer entend consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. Si la veille, les sénatrices et co-rapporteuses Gisèle Jourda (Aude) et Viviane Malet (La Réunion) étaient présentes à Majicavo, l’annulation de leur venue au festival laisse un petit goût d’inachevé.

« C’est dommage, car la délégation ne va pas aller au contact de la population », concède Ali Madi, président de Fédération Mahoraise des Associations Environnementales. Population souvent considérée comme « le coupable simple aux yeux des pouvoirs publics, des élus qui disent qu’elle n’est pas éduquée. Or, nous sommes tous des acteurs de la production de déchets, tout le monde est concerné ».

Résoudre la quadrature du cercle

Néanmoins, une évolution des mentalités s’opèrent peu à peu sur les conséquences et notamment les origines des déchets : « au départ quand je suis arrivé sur l’île, la pollution des plages et du lagon était perçue comme étant une pollution extérieure, or aujourd’hui les personnes ont conscience que c’est leur propre pollution », témoigne Gilles Chouvanaud. Une pollution qui ne cesse de prendre de l’ampleur, véritable casse-tête pour la traiter. « Tous les déchets ne sont pas traités à Mayotte, une partie est envoyée

Derrière la pollution souvent les incivilités

en métropole ou en Inde mais avec l’augmentation du coût du transport maritime la situation est plus compliquée maintenant », informe le sénateur Abdallah Hassani. A cette situation s’ajoute la quasi saturation du site de Dzoumogné dans les prochaines années qui s’explique selon le sénateur par le fait que Mayotte est « dans le jeter pas encore dans le tri ».

Des associations pour pallier aux insuffisances des décideurs politiques

Alors pour tenter de sensibiliser le plus large public possible, les associations agissent. « Les associations sont là pour combler les déficits de la puissance publique. On ne devrait pas exister là », indique le président de Yes We Can Nette. Un constat partagé par Ali Madi « les solutions existent en termes de réutilisation, de valorisation des déchets mais il nous manque une organisation pour déployer les solutions issues d’un dialogue commun ». Un dialogue local mais aussi national à l’instar du sénateur Abdallah Hassani, « il faut sensibiliser au niveau national. On est un petit espace, on ne sait pas quoi faire ». La tâche est immense mais pas impossible. Une chose est sûre pour le sénateur « le lagon se meurt ».

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139533
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com