27.8 C
Mamoudzou
jeudi 29 février 2024
AccueilEconomieLes outre-mer au cœur de la stratégie maritime de la France : un...

Les outre-mer au cœur de la stratégie maritime de la France : un vœu de sénateurs

Ils contribuent à faire de la France le 2ème espace maritime mondial, mais sont surtout connus pour leur vanille ou leurs cocotiers : les apports maritimes des territoires ultramarins sont sous-estimés. C’est le constat dressé par un rapport de la Délégation sénatoriale aux outre-mer qui veut à la fois y renforcer la présence stratégique de la France et doter ces territoires d’un « moteur d’insertion dans l’économie mondiale ».

La Délégation sénatoriale aux outre-mer a multiplié les auditions le mois dernier, dont celle de la ministre de la Mer Annick Girardin, avant de conclure sur un paradoxe : la France se targue d’être le 2ème espace maritime mondial, notamment grâce à ses outre-mer, mais elle les laisse en marge des décisions maritimes. A travers le terme « ambition maritime », les sénateurs ne voient pas seulement la « puissance maritime française », mais aussi les enjeux commerciaux ou d’éducation. Leur réflexion se traduisent en 40 préconisations, et on peut faire confiance au sénateur du Tarn Philippe Folliot, membre de la Délégation, et auteur de « 2058 France-sur-mer, un empire oublié », pour garder un œil rivé sur leur mise en place. Il était d’ailleurs venu à Mayotte.

Les sénateurs dressent un bilan critique des actions menées depuis 5 ans, alors qu’ils relèvent que « les enjeux dans ce domaine n’ont jamais été aussi cruciaux. » Et appellent donc à « replacer vraiment les outre-mer au cœur de la stratégie maritime nationale. »

Constat est fait d’un « décalage » entre les menaces croissantes dans les espaces ultramarins, « pêche illégale de plus en plus violente, narcotrafics, réarmement naval dans l’Indopacifique, développement du cyberwarfare (guerre numérique) à proximité des câbles sous-marins par lesquels transitent 95 % des données mondiales », et le rythme de renouvellement des moyens, aboutissant à un « sous-dimensionnement des forces de souveraineté », « le nombre de patrouilleurs destinés à la surveillance de la ZEE française est équivalent à deux voitures de police pour surveiller le territoire hexagonal ». Conclusion : « les outre-mer doivent être la priorité de la future loi de programmation militaire ».

Mieux doter les outre-mer sur le plan maritime. Ici, la VCSM Verdon de la gendarmerie maritime

La stratégie de l’Indopacifique centralisée à Paris

Nous avions évoqué en 2020, l’ambition de la France dans la zone Indopacifique, dont Mayotte pourrait tirer quelques billes, et au-delà du projet gazier au Mozambique, et rapporté les ambitions grandissantes de la Chine dans la zone qui provoquait quelques crispations du côté français qui cherche à y renforcer sa présence. Mais de manière trop « Etato-centrée », selon les sénateurs : « Pourtant, les territoires français de l’océan Indien et du Pacifique (Mayotte, La Réunion, les Terres australes et antarctiques françaises, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, Wallis-et-Futuna, La Passion-Clipperton) peuvent en devenir des ambassadeurs, via leur présence dans les organisations de coopération régionale ». Peut-être une chance pour Mayotte d’être reconnue comme représentante de la France à la Commission de l’Océan Indien au même titre que La Réunion ?…

Les rapporteurs formulent 40 propositions dans la perspective de la prochaine stratégie maritime 2023-2029, « afin de préparer l’avenir océanique de la France et relever les défis d’un XXIe siècle assurément maritime. » (Consulter la Liste des recommandations)

Patrouilleurs, drones et hydroglisseurs pour les DROM

Mieux doter les outre-mer en moyens maritime, aériens, etc.

L’une d’entre elles, est déjà actée, « la livraison d’un patrouilleur supplémentaire pour chacune des forces outre-mer lors de la prochaine loi de programmation militaire », qui prend chez nous les noms d’Auguste Techer et de Félix Eboué, ceux des deux patrouilleurs bientôt livrés à La Réunion, sur les 6 prévus. L’un d’eux sera-t-il basé en permanence à Mayotte ?

Les sénateurs préconisent de coupler cette livraison navale avec celle de drones de surface « pour sillonner la ZEE », la Zone Economique Exclusive, et de celles d’hydroglisseurs, de type japonais. Et de doter chaque collectivité d’outre-mer, d’une commission maritime compétente en matière de gestion de l’espace du secteur mer et du littoral, de l’aménagement du territoire et de la formation.

Pour ne pas limiter la stratégie indopacifique de notre région à la dimension militaire, les collectivités doivent être incitées à y développer des initiatives économiques et environnementales.

Trop peu de jeunes se lancent dans la pêche à Mayotte contrairement à la métropole

Mayotte y est explicitement mentionnée, avec « l’évolution du Port de Longoni en Grand Port maritime », et le renforcement de la coopération interportuaire avec La Réunion. On y trouve aussi le nécessaire renouvellement du câble SAFE.

Sensibiliser les plus jeunes pour qu’ils acquièrent une « conscience bleue », est une tâche confiée à l’Education nationale qui devra aussi promouvoir le Brevet d’Initiation à la Mer (BIMer) dans les collèges et lycées, développer des classes « enjeux maritimes »par des partenariats avec des fondations ou des personnalités du monde maritime, orienter enfin les jeunes vers les métiers de la mer.

A Mayotte, l’économie a du mal à se teinter de bleu, malgré les discours et forum qui lui sont dédiés. Les sénateurs sauront-ils apporter la bonne touche ?

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Sénat, insalubre, Mayotte, Guyane

Le Sénat allonge le délai de démolition d’une case informelle à 4 jours après...

0
Un texte facilitant les démolitions d’habitats insalubres à Mayotte et en Guyane a été adopté ce jeudi par les sénateurs. Avec comme objectif, « rendre moins attractif le territoire », défendait Thani Mohamed Soilihi
Mayotte, délinquance, Gérald Darmanin, Marie Guévenoux, Vigipirate, place nette

Point post-visite ministérielle sur les outils de lutte contre la délinquance à grande échelle

0
Avant même de se lancer dans un Wuambushu II, un bilan du premier n’est pas inutile et permet de repositionner le curseur sur les besoins. Sur son volet délinquance, le dispositif « place nette » a été rajouté par Marie Guévenoux. Et faute d’état d’urgence sanitaire, utilisons "place nette" et pourquoi ne pas décliner Vigipirate actuellement en vigueur en France ?

Salon international de l’Agriculture : les confidences des médaillés d’argent en vanille et miel

0
Alors que les portes du Salon international de l’Agriculture doivent se refermer ce week-end, nos représentants mahorais, bien que très peu nombreux, ont brillé dans leur domaine. La quantité ne faisant pas la qualité, nos agriculteurs ont valorisé notre territoire puisqu’ils repartent chacun avec une médaille d’argent au concours général agricole, à savoir la culture de la vanille mais aussi, et cela est nouveau, dans la production de miel.

Redécouvrir Mamoudzou de nuit : Mamoudzou by night !

0
Arpentez le centre-ville de Mamoudzou la nuit à travers une marche nocturne de 7,1km. Mamoudzou by night se déroulera le vendredi 08 mars 2024 à partir de 17h30 au départ de l’Hôtel de Ville...

Appel aux exposants pour le marché paysan de la foire ramadan

0
A l’occasion du ramadan, la Ville de Mamoudzou organise un marché paysan afin de promouvoir les activités économiques du territoire, de permettre aux producteurs locaux de valoriser et vendre leurs produits. Il se tiendra les mercredis et les samedis de 8h à 16h du 13 mars au 10 avril 2024.

Recent Comments