Le président Soibahadine échange avec Emmanuel Macron sur la crise à Mayotte, dont sa commande de masques

Le président du Département est toujours bien aux commandes. C’est en tout cas ce que traduit le communiqué sur l’entretien en visioconférence de Soibahadine Ibrahim Ramadani avec le président Emmanuel Macron, en présence du préfet de Mayotte et du président de l’association des maires.

3
1966
Emmanuel Macron lors de sa rencontre en septembre dernier avec les élus de Mayotte (Photo CD976)

Il a notamment demandé l’appui du chef de l’Etat sur l’acheminement rapide des 850.000 masques commandés par le Département, « car ils vont jouer un rôle essentiel dans les semaines à venir », a mentionné Soibahadine Ramadani.

Il fut évidemment question de l’effort du Département en distribution alimentaire ou auprès des très petites entreprises, ou encore sur l’allègement des taxes d’octroi de mer sur les produits de lutte contre les deux épidémies, de dengue et de Covid.

Mais il s’agissait surtout de rappeler « la situation sanitaire préoccupante de Mayotte », en stade 3 de l’épidémie, « avec une progression rapide et désormais locale du nombre de cas ». Sur la question de l’immigration clandestine des Comores et les craintes d’une circulation renforcée du virus, le président a demandé « une vigilance accrue dans cette période très sensible ».

Enfin, a été demandé « une mobilisation des fonds du Contrat de Convergence et de transformation pour que les grands investissements (piste longue, port…) puissent se traduire dans des délais qui ne s’alourdissent pas encore ».

3 Commentaires

  1. L’ÉTAT D’URGENCE PEUT… DOIT-ÊTRE DÉCLARÉ ET ON L’EXIGE !!!
    ÉTAT D’URGENCE : DANS QUELS CAS ?
    L’état d’urgence est régi par la loi n° 55-385 du 03 avril 1955.
    • soit en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public ;
    • soit en cas d’événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique.
    L’état d’urgence est décrété en Conseil des ministres.
    Sa prolongation au-delà de douze jours doit être autorisée par une loi. La loi doit fixer la durée définitive de l’état d’urgence.
    L’état d’urgence peut ne concerner que certaines parties du territoire. Le décret instituant l’état d’urgence doit préciser quelles zones territoriales sont concernées.
    État d’urgence : quels effets ?
    En vertu de l’état d’urgence, les autorités peuvent prendre notamment les mesures suivantes :
    • le ministre de l’intérieur peut assigner certaines personnes à résidence ;
    • le ministre de l’intérieur ou le préfet peuvent ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacle, des débits de boissons, des lieux de réunion ;
    • les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre, peuvent être interdites ;
    • les associations portant atteinte à l’ordre public, peuvent être dissoutes ;
    • des perquisitions peuvent être effectuées en tout lieu où se trouve une personne constituant une menace, de jour comme de nuit ;
    • le préfet de département peut interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;
    • le préfet de département peut instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ;
    • le préfet de département peut interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics (cette mesure doit être motivée, limitée dans le temps et dans l’espace, et ne peut inclure le domicile de la personne intéressée).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here