Exonération de cotisations sociales et chômage partiel au secours des acteurs du tourisme

Leur boutique est fermée depuis le 17 mars. Envolées les excursions sur le lagon, terminées les soirées restau, enterrée l’idée d’applaudir son groupe préféré au bar ou dans les MJC : c’est un manque à gagner sec pour les filières touristique et culturelle. Le 1er ministre a annoncé la prolongation de dispositifs.

8
485
Fini les sorties sur les îlots de sable blanc

Des mesures ont été prises rappellent la ministre des outre-mer Annick Girardin et Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Sous forme d’avances, c’est le cas du prêt garanti par l’Etat, ou d’une enveloppe de 500 millions d’euros pour ceux qui ne l’auraient pas obtenu, et sous forme d’exonération de cotisations sociales pour les Très petites et les moyennes entreprises « des secteurs des restaurants, cafés, hôtels, entreprises du tourisme, de l’évènementiel, du sport et de la culture sur la période de mars à juin ».

Le dispositif d’activité partielle a été évoqué par le premier ministre lors de son discours à l’Assemble ce mardi : « Le dispositif d’activité partielle, qui est un des plus généreux d’Europe, restera en place jusqu’au 1er juin. Il nous faudra ensuite l’adapter progressivement afin d’accompagner la reprise d’activité si l’épidémie est maîtrisée ».

Le Gouvernement a décidé l’intensification, l’élargissement et la prolongation du Fonds de solidarité pour les entreprises du secteur du tourisme : des subventions pouvant atteindre 10.000 euros, ouvertes aux entreprises jusqu’à 20 salariés, entrent dans le cadre d’un dispositif prolongé jusqu’à fin mai.

Enfin, BPI France propose aux TPE et PME du secteur le prêt tourisme, remboursable sur une durée de 10 ans maximum avec un différé de remboursement pouvant atteindre 24 mois, et d’un montant compris entre 30.000 euros et 1 million d’euro.

8 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here