Bac : avec 42,2% de réussite, on atteint un des plus bas niveaux historiques

En juillet 2018, nous avions titré « Bac : le plus mauvais résultat depuis 2014 ». Nous réitérons donc, puisque le cru 2019 est encore en dessous.

54
3956
A l'heure des résultats ce mardi au lycée de Mamoudzou nord

« Les résultats au 1er groupe de la session 2019 sont en baisse par rapport à la session précédente », communique le vice-rectorat de Mayotte. A ce train là, avec 46,6% de réussite cette année dans la filière générale, donc moins de la moitié des candidats, contre 50,7% à la fin de la précédente année scolaire 2017-2018, les lauréats vont commencer à devenir une denrée rare. Ils ne sont que 42,2% à l’avoir obtenu toutes filières confondues.

Seul le Bac ES fait mieux que l’année précédente, avec 45,8% de réussite contre 44,5 % en 2018. Les littéraires chutent de 57,4% à 49,3% et les scientifiques, de 51,6% à 45,1% cette année.

Du côté du Bac Technologique, ce n’est pas mieux, puisqu’on passe de 38% à 31%, et le Bac Professionnel, de 66,5% à 51,4%.

Par ailleurs le nombre de mentions est également en baisse, « il est donc prudent d’attendre la fin des sessions de rattrapage pour analyser les résultats observés », avertit le vice-rectorat. Ils sont 125 candidats de la filière générale à avoir décroché la mention, contre 146 en 2018.

Le verre à moitié plein

Les résultats de la 1ère série

On ne sait pas trop s’il faut s’inquiéter ou non de ces résultats. D’un côté, on aurait pu s’attendre à mieux avec une année scolaire qui a été peu perturbée, contrairement à la précédente, touchée par les grèves de février 2018. D’autre part, on sait que le niveau même des bacheliers avait de quoi inquiéter, on peut donc espérer une convergence, bien qu’encore lointaine, avec un niveau réel du territoire national.

Au global, 42,2% des candidats scolaires ont été déclarés admis à l’issue du 1er groupe.
Parmi eux 177 ont obtenu une mention Bien voire Très Bien, sur les trois séries, Générale, Technologique et Professionnelle.

Près de 28,6% des candidats scolaires sont appelés au second groupe (épreuve de rattrapage) contre 29% à la session 2018.
On peut encore noter de fortes disparités entre les séries et les établissements.

A.P-L.

54 Commentaires

  1. Ce n’est pas que les élèves sont encore moins bons, c’est juste que les notes ont été moins relevées que d’habitude. C’est une bonne chose pour éviter de subventionner des cancres pour qu’ils aillent passer 1 an de vacances en métropole. Ceux qui obtiennent le bac sont un peu plus méritants.

  2. Le vrai taux de réussite se situe plutôt aux alentours de 10-15%. Encore un effort, nous auront un vrai bac et ne seront plus la risée de la France avec nos 95% d’échec en première année d’études supérieures…

  3. Il faut développer les filières d’apprentissage. Beaucoup sont “obligés” de suivre la voie générale par manque de choix et sont condamnés à l’échec alors qu’ils réussiraient mieux en suivant la voie d’apprentissage. C’est ce que font l’Allemagne et la Suisse et ça marche. En Suisse il y a même le PDG d’un grand groupe qui est passé par l’apprentissage avant de gravir les échelons.

  4. L’échec du bac est le résultat d’une politique d’éducation qui cherche à être alignée à celle des pays environnants!
    Lorsqu’on scolarise à tour de bras, des élèves qui n’ont jamais été scolarisés, des fois des pères et des mères d’un certain âge avec nos enfants, qu’attendons-nous comme résultat?
    Lorsqu’on embauche à tour de bras, des instits ou des profs avec des diplômes fantômes pour enseigner, qu’attendons-nous comme résultat?
    Lorsqu’un Vice-recteur prend ses valises et rentre à Paris, faute de piscine, vous pensez que l’éducation à Mayotte est prise au sérieux?
    Ce que nous appelons échec ne l’est peut-être pas aux yeux des gauchistes qui sont dans les administrations à Mayotte et dans les grandes instances à Paris!
    Combien de profs Wazungu voient d’un mauvais œil l’appartenance de Mayotte à la France? Vous pensez que cet état d’esprit n’impacte pas leur travail?
    Voilà le résultat!!!

  5. J’ai passé mon BAC il y a bientôt 4 ans et même si je sais pertinemment qu’à mon époque les notes étaient bien relever je ne peut que noter que le niveau baisse, la maîtrise du française est une catastrophe pour pas mal de terminale S ou L, plus le temps passe et moins les élèves maitrisent le français, on se demande bien pourquoi.

  6. Je comprends pas ? Nos chers enseignants métropolitains passent pourtant 6 mois par an de temps scolaire avec nos enfants dans divers PROJETS LAGON 🤔🤔 ah mince ce n’est pas cette pédagogie qui va permettre à nos enfants de réussir aux épreuves.

  7. Les enseignants du secondaire ne sont pas formés pour apprendre à lire et à écrire. Ils tentent vainement d’appliquer des programmes non adaptés à des élèves qui arrivent du primaire avec des lacunes énormes. La formation des “instits” de Dembeni est sérieuse, nous en récolterons les fruits dans quelques années, le temps de laisser partir ceux qui ont servi d’instits pendant des années, recrutés niveau CM2 et qui passent leurs journées à jouer avec leur téléphone portable.

    • Cette minorité d’élèves dont vous parlez sont responsables du niveau lamentable de la majorité en sortie de CM2 ? Je pencherai plutôt pour des lacunes sérieuses d’un grand nombre d’enseignant recrutés sans aucune formation.

    • Bwa Matso, qui a recruté les instits de niveau CM2?
      Et ces instits niveau CM2 ont commencé à travailler quand pour qu’on ait ces résultats catastrophiques cette année?
      Tu parles d’une minorité d’élèves qui ne sait pas lire, mais comment tu peux expliquer que ce soit la majorité des élèves qui ont échoué le bac cette année?

    • Pathétique hypocrite renseigne toi avant de vomir va prendre une de ce2 avec des nouveaux arrivants que tu appelles minoritaires viens assister un cours donné par ces enseignants de CM2 et un autre au secondaire puis tu fais la comparaison

    • Bwa Matso ceux qui sont recrutés par le niveau CM2 de l’époque c’est eux qui ont fait que nous sommes la a dire que le niveau est médiocre. Comment se fait-il qu’à l’époque nos instits qui maîtrisaient peu la pédagogie comme certains disent ici ont réussi à nous apprendre à lire, écrire s’exprimer en français, compter et autre, avoir réussi nos examens avec un taux de réussite pas loin de la métropole. Et qu’aujourd’hui des instituts formés avec tout les bagages nécessaires, les études qu’ils ont fait sont incapables d’apprendre à lire et à compter aux jeunes? Est ce le système? Est-ce les parents? Mettons la faute sur quelqu’un. L’immigration on en parle? Les parents? Les jeunes on en parle? La jeunesse actuelle a part la frime, beau téléphone, la gueule, senfout complètement de son avenir parce que papa et maman sera pr subvenir à leurs besoins, donc à quoi chercher à réussir à l’école alors que le compte de maman est blindée de thunes. Le gamin a sa propre chambre, n’ouvre jamais son sac pr faire le travail demandé. Les parents n’acceptent jamais les critiques des enseignants, ni leurs propositions… un élève qui n’a pas le niveau doit absolument passer en classe Supérieur pr compléter l’effectif. Comment avoir des bons résultats ? Méditons et trouvons la solution pr la situation scolaire de Mayotte s’améliore et que le niveau des élèves, des enseignants et mêmes aussi de certains parents s’améliorent et progresser dans le positif. Faut pas tout mettre sur le dos de l’immigration meme si ya une part de vérité 😎😎😁😁😁😁😁

  8. Nous sommes les seuls fautifs. Nous nous contentons de peu car on manque d’ambitions. On est bien d’accord que des gens malsains viennent pour profiter du système mais alors faisons en sorte de passer ces concours et les avoir. On a beaucoup de jeunes avec des master 2 qui ne passent pas le CAPES car ils se disent incapables de l’avoir . Pourquoi ne pas le préparer ? Pourquoi laisser l’opportunité à d’autres de s’emparer des postes des mahorais ? Je ne veux pas qu’on me traite de raciste mais franchement ça m’écoeure

  9. C’est peut-être la faute à la non attractivité du territoire! Il faut augmenter les primes d’éloignement, les primes fortes chaleurs, piqûres de moustiques, pour espérer de meilleurs résultats!

  10. On c’est tous au fond de nous, pourquoi les résultats sont si mauvais. Beaucoup de non francophone, pas beaucoup de ressources documentaires ceux qui ont la TV sont avachis devant les télénovelas. Ceux dont les parents sont étrangers, doivent aidés pour les bricoles ou n’ont pas de lieux adéquats pour aller au delà de ce qui est enseigné. Peut d’intérêt pour beaucoup de jeune pour la lecture de revue. Beaucoup n’ont pas leurs âges. Beaucoup sont sur évaluer par rapport à leur niveau réel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here