25.9 C
Dzaoudzi
dimanche 2 octobre 2022
AccueiljusticeTravail dissimulé : "chacun est bien content d'avoir son Comorien"

Travail dissimulé : “chacun est bien content d’avoir son Comorien”

Phrase choc après phrase choc, un procès de travail dissimulé a cristallisé les problématiques liées à l'immigration clandestine ce mercredi au tribunal de Mamoudzou. Trois Comoriens sur un chantier n'étaient pas déclarés, et l'un d'eux, même pas payé.

Il y a les faits, et il y a le contexte. Les faits, c’est un contrôle mené sur Petite Terre, à Pamandzi, le 25 juin 2018. Trois ouvriers s’affèrent sur un mur d’enceinte. Deux sont en situation régulière, le troisième, non. Deux sont payés, 1500€ pour deux semaines de travail. Le troisième affirme n’avoir en rétribution que le gîte et le couvert. Deux promettent qu’ils ont des fiches de paye mais chez eux. Aucun n’a été en mesure de les présenter jusqu’au procès un an après.
Le contexte, c’est celui d’un mois de juin qui succède à une longue crise sociale, aux barrages, aux manifs, et qui coïncide avec le blocage de la préfecture pour dénoncer l’immigration clandestine.
La propriétaire des lieux, présentée par son avocat Delamour Maba Dali comme “une illettrée” qui n’est jamais allée à l’école républicaine mais officie comme enseignante à l’école coranique, plaide la bonne foi. “C’est mon fils qui devait se charger des déclarations” affirme-t-elle. Pour les deux premiers ouvriers du moins. Pour le troisième, “il habite dans la même cour, et ne faisait qu’observer pour apprendre le métier de maçon” affirme l’avocat de la défense. Une position qui contraste avec la déposition du clandestin qui dit avoir été “nourri et logé en échange” du chantier.

“Une ambiguïté mortifère” pour Mayotte

Le procureur de la République Camille Miansoni

Pour le procureur Camille Miansoni, “c’est le drame. Tout le monde interpelle la justice, même le procureur, pour dire : ‘Cette immigration, on n’en peut plus. Faîtes quelque chose !’ Et pourtant chacun est bien content d’avoir son Comorien pour faire ses travaux. Il est temps que la société mahoraise sorte de cette ambiguïté mortifère”.
Selon le représentant du ministère public, il en va de l’avenir de Mayotte. “On ne pourra pas avancer sur le chemin d’une société fondée sur le droit si on ne respecte pas les règles élémentaires et si on manifeste contre un système qu’on nourrit !”

Le procureur réclamait 5000€ d’amende dont 1000 ferme, fidèle à sa doctrine visant à frapper au portefeuille ceux qui profitent de l’immigration clandestine. Le tribunal a été à peine plus clément : 4000€ avec sursis simple, qui seront révoqués en cas de récidive dans les cinq ans.

Y.D.

7 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

3e édition de la fête du sel à Bandrélé du 7...

139527
La 3e édition de la Fête du sel, organisée par la mairie de Bandrélé, aura lieu du 7 au 9 octobre prochains. De nombreux...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139527
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139527
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139527
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139527
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139527
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com