Habitat illégal : deux opérations de démolition dans l’est et le sud de l’île

La loi ELAN ayant renforcé les prérogatives du préfet en matière de démolition d’habitat informel, une opération a été menée contre 9 bangas sur la mangrove d’Iloni. Avec possibilité de relogement à la clef selon certaines conditions.

3
385
Banga en construction à Mtsamoudou

Lundi matin, une opération de démolition de zone d’habitat informel a eu lieu à Iloni, commune de Dembéni. « Cette opération a été menée dans le cadre de la loi ELAN et du partenariat conclu à travers une convention spécifique avec la commune de Dembéni », explique la préfecture de Mayotte.

Pour rappel, la loi ELAN donne au préfet de Mayotte la possibilité d’engager des procédures administratives dans le but d’obtenir selon certaines modalités, la démolition d’habitat informel.

Les services de l’État accompagnés des forces de l’ordre, pour sécuriser la zone ont ainsi procédé à la démolition de 9 habitats précaires construits illégalement dans la mangrove.
« La démolition s’est déroulée sans incident et le site a ainsi pu être remis en état. À noter qu’une famille présente sur la zone a été prise en charge par les services sociaux afin de se voir proposer une solution d’hébergement, les autres familles avaient déjà quitté les lieux. »

Les tractopelles en action à Iloni

Les services de l’État indiquent vouloir poursuivre leurs actions dans le cadre de la loi ELAN sur l’ensemble du département, en particulier sur la mangrove d’Iloni.

Et plus au sud, dans la commune de Bandrélé à Mtsamoudou, c’est dans le cadre d’un délai de flagrance que le préfet de Mayotte a donné le concours de la force publique jeudi dernier pour permettre la sécurisation d’une opération de démolition de banga. Il s’agit d’une demande d’un particulier relayée par le maire de la commune de Bandrélé.

La préfecture rappelle d’ailleurs que « tout particulier qui viendrait à constater la construction de bangas en cours sur sa parcelle peut se rapprocher de sa mairie ou des services de la police municipale afin d’envisager les modalités de démolition de ces constructions illégales dans le cadre de la flagrance. »

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here