31.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilEconomieLe SAR commence, pour changer les études en projets concrets

Le SAR commence, pour changer les études en projets concrets

Ce jeudi, le Conseil départemental accueillait des "techniciens" des collectivités de l'île pour discuter du schéma d'aménagement régional. Un plan géant aux pieds d'argile, qui doit définir les orientations de développement de l'île pour les prochaines années malgré des précédents avortés.

Le schéma d’aménagement régional (SAR) définit les stratégies de développement d’un département, tous domaines confondus. Huit ans après la départementalisation, Mayotte tente de rattraper son retard en lançant le sien. “Aujourd’hui nous avons peut-être la chance de repartir sur d’autres ambitions, pour le développement du département”, plaide Salim Nahouda de la CGTMa. Il fait le vœu d’un “changement de mentalité sinon on continuera à faire des études et des études sans jamais en voir la concrétisation”.
Et c’est là toute la difficulté, faire que le programme devienne réel, au lieu de carboniser le budget de la collectivité en études qui restent dans les  tiroirs.
“Des schémas, il y en a eu plein, déplore Nomani Ousseni, conseiller départemental de Sada en charge du projet. Ils sont restés dans les tiroirs parcequ’on a fait venir des bureaux d’étude pour faire Mayotte par thématique. On a eu des tentatives, des discussions. Maintenant c’est le moment, l’occasion nous est donnée de faire notre île. On a choisi une nouvelle approche par rapport au SAR. Nous, élus, sommes là pour donner le cap et manager le travail qui sera fait avec comme porte-plume le bureau d’étude. Protéger les makis, ça ne nous empêche pas de faire le port, l’aéroport, des Ehpad, des ponts…”
L’élu rappelle que le précédent plan d’aménagement (PADD) est caduc depuis la départementalisation. “Depuis il y a eu des tentatives, des délibérations ont été prises, mais il manquait l’implication des acteurs, techniciens, élus et population. Si ce n’est pas partagé, c’est compliqué à mettre en oeuvre. La nouvelle méthodologie c’est de rassembler tout le monde au préalable. A chaque collectivité de remonter ses idées pour que le cabinet d’études les couche sur le papier.”
Sébastien Ramora travaille pour le cabinet Les Ateliers UP+, en partenariat avec le cabinet Harrapa. Il confirme cette approche censée changer la donne à Mayotte et… qui semble être une évidence.

Sébastien Ramora plaide pour la co construction

“Jusqu’à présent, les cabinets avaient une approche trop classique, trop scolaire, avec trop peu d’association avec les acteurs du territoire et, à la clé, une déconnexion entre le portage politique et le  document stratégique.”
Autrement dit, les élus ne s’impliquaient pas assez, le cabinet faisait tout le boulot, et le résultat ne répondait pas aux besoins de Mayotte.
“Aujourd’hui on prend le contre-pied total. On est les chefs d’orchestre, pas les concepteurs. Le but est de faire s’exprimer les différents acteurs pour mettre en musique ces intentions. C’est en co-construction qu’on aura un projet porteur, pour tous et ancré dans les besoins de l’île.”
Les élus, techniciens mais aussi la population ont désormais un an pour présenter leurs priorités et une autre année sera nécessaire pour les faire valider par le conseil d’Etat. Pour les recueillir, l’idée a été avancée de proposer… des cahiers de doléances.
Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.