27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 décembre 2021
AccueiljusticeBrigadier dans l'administration pénitentiaire, il n'était pas français et vivait sous une...

Brigadier dans l'administration pénitentiaire, il n'était pas français et vivait sous une fausse identité

Incroyable histoire que celle jugée ce mercredi au tribunal de Mamoudzou. Un agent pénitentiaire a été mis en cause pour une usurpation d'identité remontant à son adolescence. Il avait construit toute sa vie et obtenu la nationalité sur un mensonge.

Pendant des années, il était passé à travers toutes les mailles du filet administratif.
Un brigadier “bien noté” de l’administration pénitentiaire, installé à Mayotte, vivait en fait sous une fausse identité.
C’est une fiche de recherche émise par le parquet de Nantes qui a révélé l’affaire alors que l’homme était en déplacement. Une longue enquête a permis de dévoiler qu’il vivait depuis des années avec l’identité d’un cousin malgache.
Tout commence quand l’homme, de nationalité comorienne, est encore adolescent. Son oncle, un Malgache ayant combattu pour la France et obtenu la nationalité, lui confie le certificat de naissance de son fils, vivant lui en métropole. Le but, permettre à ce neveu d’aller étudier à Madagascar. Mais la combine a duré bien au delà des études. Après ses études, le jeune homme s’installe à Mayotte où il conserve l’identité frauduleuse de son cousin. Il y demande la nationalité française et l’obtient. Peu après, il passe les concours de l’administration pénitentiaire qu’il réussit, et grimpe les échelons. Bien noté par sa hiérarchie, il devient brigadier, jusqu’à ce que l’affaire soit révélée.
Pendant ces années, l’homme fait sa vie, il a sept enfants, dont l’état civil reprend la fausse identité adoptée par leur père.

Des conséquences pour les enfants

Après sa garde à vue, il n’a plus donné signe de vie à son employeur, qui a d’ailleurs craint pendant un moment qu’il se soit suicidé, rapporte le parquet. “Mais il était présent à l’audience et a expliqué qu’il avait effectivement continué d’utiliser l’identité du cousin, ne l’ayant jamais rencontré et ne sachant pas que cela pourrait lui causer du tort. Il disposait par ailleurs de documents d’identité comoriens à son nom” qu’il continuait à utiliser, selon l’endroit et les circonstances.
Mais avec ce procès, la double vie a pris fin et les conséquences seront notables. Pas tant pour le cousin, mais pour les enfants du condamné, qui devront recevoir un nouveau nom, et verront leur situation administrative compliquée.
Le procureur Rieu a requis 10 mois de prison avec sursis et l’interdiction d’exercer une fonction publique. Seule la peine de 10 mois de prison avec sursis a été retenue par le tribunal. La peine sera toutefois inscrite au casier judiciaire.

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Eric Dupond-Moretti, Justice, Thani MOhamed Soilihi, Mayotte

Annulation de la visite du ministre de la Justice à Mayotte

0
Le garde des Sceaux ayant été déclaré cas contact, a décliné sa venue à Mayotte. On espère que les annonces sont toujours valables et...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan