Koungou a un incroyable talent

Le comité des jeunes de Koungou organise pour la 1ère fois son concours de talents en collaboration avec le service politique de la ville. Derniers préparatifs avant la grande finale samedi 15 décembre.

0
367

Inspiré du concept « La France a un incroyable talent », (télécrochet adapté du programme d’Outre-Manche), les jeunes talents de la commune ont répondu à l’appel et ont passé les casting de pré-sélection lancés par le comité jeune de la commune pour ce premier grand événement.

« C’est notre façon de mettre en valeur notre jeunesse et surtout de mettre en évidence les talents. », explique Djamael du Comité jeune. «On veut surtout vendre une image positive de notre commune. Nous sommes en vacances et participer à ce projet nous permet de lutter contre toute forme d’exclusion et d’éviter les conflits inter-villages.»

Ce jeune chargé de projet et secrétaire adjoint au sein du comité est sur tous les fronts. C’est dans l’enceinte du foyer des jeunes de Majicavo Lamir qu’il reçoit une dizaine de participants pour une dernière séance de coaching.

« On les prépare pour que leur prestation soit bien sur le fond comme sur la forme : comment vont-ils s’habiller, quel est leur besoin en matériel sur scène ou prévoir les commodités tels que les repas et le transport. Il faut qu’ils arrivent à convaincre le jury, alors attention aux paroles vulgaires pour les chanteurs !»

Ce sont 23 inscrits venant de Majicavo, Koungou, Trévani et Longoni qui vont danser, chanter, coiffer ou encore maquiller sur scène pour tenter de remporter ce 1er trophée, ce samedi 15 décembre à partir de 17h30 sur le parking en face de la Poste de Koungou.

Un événement gratuit et ouvert à tous.

Côté candidats, nous avons rencontré Norah, 11ans : « Ma passion c’est la danse. J’habite à Trévani, c’est ma maman qui a vu le casting sur Facebook. Au début je ne voulais pas le faire car j’étais intimidée mais j’ai envie de montrer mon talent. C’est ma tatie qui a préparé ma tenue et mon tonton qui m’a emmené à la séance de coaching. Ils seront là samedi. Etre la seule fille et la plus jeune ne me fait pas peur, je montre que les filles ne doivent pas baisser les bras. J’aimerai qu’il y aient des écoles de danse pour que les jeunes comme moi dansent ensemble et pas tout seul à la maison. »

Romain, 18 ans : «  Je viens de Koungou, quartier Tanaraki. Moi je suis une star ! Même à Mamoudzou on me connait. Je chante depuis 1 an, du RAP en français, shimaore et créole. Ce sont mes amis qui m’ont conseillé de venir participer pour être plus connu sur les réseaux sociaux. Et ça m’occupe pendant les vacances. Je vais monter en solo au concours, mais j’ai un groupe « La clinik gang » qui va aussi concourir samedi. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here