28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilEducationLe shimaoré, au pied de la lettre

Le shimaoré, au pied de la lettre

On est encore loin d'une langue écrite normée et stabilisée, comme annoncé vendredi, mais un premier pas est franchi. Après trois jours d'ateliers, les tables rondes du Conseil Départemental ont permis de se mettre d'accord sur un alphabet (presque) consensuel. Du chemin reste à faire.

Il suffit de parcourir les réseaux sociaux, ou les écrits officiels pour constater qu’il existe pléthore d’écritures différentes pour le shimaoré. Après trois jours de travaux, des linguistes se sont accordés sur une graphie unique en alphabet arabe, et un en caractères latins. Le gros enjeu de ces trois jours était de fixer une écriture unique pour chaque son. C’est chose faite. Pour l’alphabet latin,  on peut noter par exemple un consensus autour de l’utilisation de l’accent circonflexe pour identifier les voyelles nasales. Ainsi dans un mot en shimaoré, le son “on” s’écrira “ô”, le son “in”, “î” et le son “an”, s’écrira “ê”. Ce choix a été préféré à la proposition des phonéticiens qui lui préféraient le tilde “~”, pour des raisons pratiques. L’accent circonflexe est plus facile à dénicher sur un clavier d’ordinateur, et encore plus sur un téléphone portable ou une tablette.
Cet aspect pratique lié aux nouvelles technologies a été au cœur d’un certain nombre de débats, dont ceux qui ne sont pas encore tranchés. Signe que le le shimaoré est plus que jamais une langue 2.0, pensée par, et pour des utilisateurs de moyens numériques.
Ainsi subsiste-t-il un débat sur certaines consonnes. Fallait-il utiliser une lettre crossée (caractères spéciaux peu disponibles sur les claviers et téléphones) ou doubler la lettre ? Un choix indispensable pour ne pas confondre “madame” et “insecte” en lisant simplement “bibi”, par exemple.
Dans l’état actuel des choses, il a donc été décidé d’autoriser les deux graphies : “bbibbi”, ou “ƀiƀi”.

“Les deux systèmes ne sont ni parfaits, ni totalement cohérents” assume un des linguistes qui rendait compte des travaux, mais qui assumait un choix de simplicité. Simplicité ? Pas tant que cela. Essai fait sur un téléphone Androïd, la lettre “ƀ” n’existe simplement pas dans l’alphabet proposé par le smartphone, et il nous a fallu fouiller dans les paramètres d’Open-Office pour en trouver l’équivalent et le copier-coller ici. Un souci de taille quand on sait que ce choix a été fait en “considérant que le numérique est une chance pour la diffusion des langues”.

Quelques exemples de sons et leur graphie bientôt officielle

La principale chance qu’aurait le Département d’imposer ces caractères spéciaux, qu’une scientifique déconseillait vendredi encore, serait de convaincre les éditeurs de logiciel et les fabricants d’ordinateurs d’intégrer ces caractères aux claviers physiques et numériques. Pas gagné.
Les ateliers sont toutefois arrivés aussi à la conclusion qu’il serait utile de créer de concert un site Web pour faire connaître ce nouvel “alphabet” mais aussi un observatoire numérique qui surveillerait l’utilisation qu’en feraient les usagers sur Internet. En bonne langue vivante qu’il est, le shimaoré pourrait ainsi imposer ses propres règles, selon ce que décideront les locuteurs connectés.
Les conclusions des ateliers doivent encore être validés par un vote du Conseil départemental. Le kibushi fera l’objet des mêmes recherches dès le mois de février.

Une fois les alphabets validés, il restera le gros du chemin à parcourir : se mettre d’accord sur l’orthographe des mots, et la grammaire, étapes indispensables pour espérer voir, un jour, les langues de Mayotte enseignées à l’école.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Attractivité médicale de Mayotte : « la terre promise est toujours...

139520
Une enquête menée par l’Agence Régionale de Santé et récemment publiée fait le point sur l’attractivité et les mesures de pérennisation des professionnels de santé à Mayotte. Un état des lieux aux airs de guidance, pour renforcer les mesures d’attractivité médicale du département.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139520
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139520
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139520
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139520
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139520
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com