L'ARS dresse un bilan 2018 "positif" des eaux de baignade à Mayotte

Elle est la bienvenue au début des vacances scolaires la carte aux couleurs de la qualité de l’eau : 9 plages sont au top, alors que 11 restent toujours interdites. Sur un territoire où l'assainissement fait défaut, c'est plutôt pas mal.

0
944

Avec un soleil continu et des températures qui restent au dessus- des 25° quasiment toute l’année, les plages de Mayotte sont abondamment fréquentées. Tout au long de l’année, l’ARS effectue des contrôles sanitaires sur les plages déclarées par les mairies comme zone de baignade, conformément aux directives européennes.

Le bilan de la saison 2017-2018 montre que 9 plages présentent une qualité de l’eau qualifiée d’«excellente », 7 sites présentent une qualité de l’eau insuffisante et depuis la saison précédente, 11 sites sont toujours définitivement fermés à la baignade en raison de leur mauvaise qualité. « Un bilan positif des eaux de baignades, qui se maintient à Mayotte », constate l’ARS.

En 2018, 43 sites de baignade ont fait l’objet d’un contrôle sanitaire organisé par l’ARS Océan Indien, par le biais de prélèvements d’eau réalisés sur chaque site tous les mois. Ces prélèvements sont analysés par le laboratoire départemental afin de rechercher des indicateurs bactériologiques de contamination fécale, en vérifiant que la quantité de bactéries ne dépasse pas les limites de qualité fixées par la réglementation.

Le nombre de sites de baignade contrôlés est passé de 44 à 43 au cours de la saison 2018, en raison des difficultés d’accès à la plage de Domonyombé. Les 587 analyses bactériologiques effectuées dans l’année, sont qualifiées de bons à 81%, de moyens à 13 % et de mauvais à 6 %.

Les résultats 2018 des 4 dernières années permettent en fin de saison balnéaire 2017-2018, de classer les eaux de baignade en quatre niveaux de qualité : Excellente pour 9 sites, Bonne pour 21 sites, Suffisantes pour 6 sites, Insuffisante pour 7 sites.

Parmi les 43 sites de baignade contrôlés pendant la saison balnéaire 2017-2018, l’ARS OI a demandé au maire, responsable des eaux de baignades, la fermeture temporaire des sites suivants, en raison de dépassements ponctuels des limites de qualité, ils ont été ensuite rouverts : Plage des 3 Baobabs à Bouéni, Plages de Sakouli à Bandrélé, Plages du Faré et Moya à Dzaoudzi, Plage de Mbouini et Mronabeja à Kani-Kéli, Plages de Longoni, Mgombani, Trevani Hotel, Trevani village et Koungou Village à Koungou, Plage du Pendu et de Dinga Dingani à Mamoudzou, Plage de Foumbouni à Mtsamboro, Plage de Iloni à Dembeni, Plage des Badamiers à Pamandzi, Plage de Mliha et Ambato à Mtsangamoudji, Plages de Sandravoingi et Vantail à Pamandzi, Plage de Mtsangabeach à Sada, Plage de Soulou à Tsingoni.

Les communes qui ne procèdent pas à l’affichage de cette interdiction de baignade ont été mises en demeure de le faire. (Voir la carte ARS-Baignade-2018)

A savoir, 91% des mauvais résultats sont compris entre octobre et février. En effet les pluies ont tendance à lessiver les ravines et les canaux d’eaux pluviales accueillants déchets et rejets d’assainissement. De plus, les rivières sont chargées en matières organiques donnant une couleur marron au lagon. Il est donc recommandé d’éviter la baignade 72h après un épisode pluvieux.

La pluie emporte la terre jusque dans le lagon pendant la saison des pluies

Il appartient aux communes d’informer le public tout au long de l’année sur la qualité des eaux de baignade, afin de transmettre suffisamment d’informations pour permettre aux usagers de « s’auto-protéger ». Les bulletins d’analyses sont affichés en Mairie.

Les résultats des 26 plages déclarées à l’Union Européenne peuvent être consultés en direct sur le site : baignades.sante.gouv.fr

Les résultats du bilan annuel sont présentés dans un dépliant destiné à l’ensemble des usagers. Il sera mis à disposition du public dans les mairies, et au niveau des présentoirs touristiques. Ce document rappelle la définition du contrôle sanitaire, une cartographie du classement et des plages interdites à la baignade, ainsi que le rappel des risques liés à une mauvaise qualité de l’eau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here