Commission permanente : Appui du président Macron au toilettage institutionnel et autres rapports

0
141
Le président Soibahadine évoque un "homme de la Terre"
La préfecture en appui de la réflexion sur le toilettage institutionnel
La préfecture avait appuyé la réflexion sur le toilettage institutionnel

L’information la plus importante de cette commission permanente est l’accueil favorable donné par le président Macron à la demande de toilettage institutionnel à un Département qui joue le rôle de région : « Lors de son discours à Cayenne le samedi 28 octobre 2018, le président de la République a annoncé qu’un véhicule législatif partira dès l’été 2018. Et nous devons être prêts », explique le président Soibahadine Ibrahim Ramadani.

Département et Région, un embrouillamini de compétences financières et budgétaires qui a été partiellement éclairci par un colloque organisé en janvier dernier à Mayotte par le président du CD, mais qui appelle à se doter de professionnels, comme ceux de l’Institut de Droit d’Outremer (IDOM). « L’ensemble des dépenses ne doit pas dépasser 25.000 euros », énonce le rapport.

En réponse à la crise de l’eau potable qui a affecté 8 communes du sud, les élus ont voté en faveur d’un reboisement des bassins versants et des lieux de captage en rivière. L’assèchement de ces dernières est imputable au manque de pluie, mais aussi au déboisement intempestif, favorisant l’évaporation de la ressource. Un budget de 2,6 millions d’euros doit être affecté au reboisement, à financement FEADER à 75%, le Département débloquant 654.438 euros.

Dix nouveaux bateaux de pêche à l’étudeTitres-somapresse

Plusieurs subventions ont été attribuées à des Association culturelle musulmanes, et clubs et associations sportives. On notera les 35.250 euros alloués à la COPEMAY pour financer les études sur la formation des pêcheurs, et la construction d’une dizaine de bateaux de pêche.

Egalement, l’octroi d’une subvention exceptionnelle de 100.000 euros à nos confrères de la Somapresse (Mayotte Hebdo, Flash Info), au titre des difficultés que traverse l’entreprise, « en période d’observation depuis le 13 mai 2016 suite en grande partie à une baisse de 57% du tarif des annonces légales ». Arguant que la société « participe depuis sa création à la valorisation du territoire et de ses acteurs », le conseil départemental a volé à son secours. On espère que les organes de presse du territoire qui poursuivent le même objectif désintéressé, recevront le même coup de pouce en cas de coups durs.

Beaucoup de rapports portent sur des accords de garanties de prêt de la Société Immobilière de Mayotte (SIM) auprès de la Caisse des Dépôts et Consignation, concernant divers programmes immobiliers de constructions de logements sociaux.

L’esprit de Noël souffle sur Mayotte

Daniel Zaïdani, "dubitatif" sur l'attitude de l'Etat
Daniel Zaïdani insistait sur une égalité de traitement avec la métropole (Image d’archives)

La « prime de Noël » attribuée aux bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) et de l’Allocation de Solidarité spécifique (ASS) a fait l’objet d’une demande par Daniel Zaïdani, conseil de Pamandzi, d’abrogation de la sous-évaluation à Mayotte de cette prime qui se monte à 76,22 euros contre 152, 45 euros en métropole. La majoration de 23 euros à partir du 4ème enfant, contre 60 euros en métropole. Une demande validée par les élus.

Une subvention de 15.700 euros a été attribuée à l’association Ankiba Na Maecha, pour financer l’achat d’ordinateurs afin de former les 24 salariés en contrats aidés dans le cadre de leurs projets de lutte contre l’exclusion sociale et la délinquance par le biais de la formation et de l’insertion socio-professionnelle des jeunes de moins de 26 ans.

Les rapports sont très nombreux et il serait fastidieux de les évoquer tous, un petit dernier pour la route, le seul à concerner la commission Education, formation et Insertion. En tant que membre de la Commission Départementale de l’Emploi et de l’Insertion de Mayotte présidée par le préfet, le Département participe à l’insertion par l’activité économique de personnes sans emploi, en voie d’exclusion sociale. Les élus ont voté le déblocage de 162.000 euros pour l’année 2016, au titre du conventionnement des structures qui y travaillent.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here