28.8 C
Mamoudzou
jeudi 18 avril 2024
AccueilEducationViolence importée à l’école : «75% des signalements sont des faits externes...

Violence importée à l’école : «75% des signalements sont des faits externes à l’établissement»

Nathalie Costantini évoque la capacité des élèves à s'adapter aux nouvelles langues à Mayotte
« Une violence importée », invoque Nathalie Costantini

Si elle dit comprendre la grogne des enseignants, la vice-recteur Nathalie Costantini n’entérine pas, on s’en doute, leur droit de retrait. C’est pour elle un échec « de voir les jeunes rester chez eux, alors qu’ils devraient être en train d’apprendre dans la perspective du Brevet. » De leur côté les enseignants le justifient par « l’agression physique de plusieurs personnels de l’établissement, dont un a déposé plainte », comme le précise un communiqué « Crise au collège de Passamainty » du FSU qui apporte ce jeudi son soutien au mouvement du personnel mené par la  CGT Educ’action.

Tout en convenant de la gravité de la situation, Nathalie Costantini rappelle que ce n’est pas la première fois que des rixes entre les deux villages de Passamainty et Vahibé empoisonnent la vie du collège. Mais elle refuse le terme de « violences scolaires » : « Nous sommes le révélateur des difficultés de la société mahoraise telles qu’elles se vivent dans toutes les communes. La paix dans les établissements scolaires, tout le monde en rêve, moi la première. Mais elle est conditionnée aux actions mises en œuvre en amont. Avant d’être des élèves, ce sont des enfants dont chaque commune doit accompagner les parents. »

Poursuite du droit de retrait

Réunion d'une partie des enseignants du collège de Pamandzi mercredi
Réunion d’une partie des enseignants du collège de Passamainty mercredi

Une violence extérieure qui s’importe donc selon elle et se cristallise au sein de l’école. Et pour le prouver, nous livre les statistiques de remontées de signalement au ministère : « 25% de ces signalements sont liés à des faits internes à l’établissement, et 75% à l’extérieur. Et sur 25%, beaucoup sont le fait d’une intrusion. C’est à dire que le personnel fait son travail, sans débordement. Il n’y a jamais eu par exemple, de mouvement de foule, c’est la preuve de l’efficacité du personnel administratif. »

Ceci en réponse à la demande du syndicat CGT Educ’action sur « 2 conseillers principaux d’éducation en plus, de 6 surveillants, 2 personnels de sécurité et 2 médiateurs supplémentaires. Faute de prise en compte de leurs propositions, ils continuent à exercer leur droit de retrait », explique la FSU qui demande la réunion d’une instance appelée Comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT), qu’elle considère comme adéquate dans ce genre de désaccord.

Gagnant-gagnant avec les parents

Une décision d'arrêt des cours prise dans l'urgence
Une décision d’arrêt des cours prise dans l’urgence

En matière de mesure justement, la vice-recteur précise que la présence d’une policière indiquée par les syndicat est en réalité le maintien de la référente sécurité actuelle, « qui se mettra en tenue pour une meilleure visibilité auprès des élèves », et qui a déjà proposé des formation des délégués en 6ème, « sans beaucoup de réponses positives. » Les PEPS ne devraient pas être supprimés, contrairement à ce qu’ont avancé les enseignants, « nous avons d’ailleurs proposé de travailler avec la préfecture et les communes pour parfaire leur formation aux abords des établissements. » Une cellule d’écoute des enseignants a été mise en place ce jeudi.

Nathalie Costantini n’a pas apprécié que ses collaborateurs qui se sont rendus sur place mercredi n’aient pas été « considérés, alors qu’ils me représentent ». Et se dit prête à rencontrer les enseignants « dès qu’ils en feront la demande ».

La représentante de l’Education Nationale explique que certains établissements ont su réagir face aux violences récurrentes, « comme à Dembéni, des actions ont été menées en parallèle de la sécurisation par un portail. » Le collège de Doujani s’est doté d’une école des parents, avec un accord : « Ils surveillent l’arrivée des enfants depuis le rond point, et en échange, des cours de Français-langue étrangère ou d’informatique leur sont dispensés. »

Quand aux horaires aménagés pour des sorties décalées des élèves des deux villages, elle explique que c’est un décision « prise dans l’urgence, qui ne peut perdurer, mais qui demande un travail en amont. »

En soirée, aucune embellie n’était signalée sur une reprise des cours.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Le Tournoi de Futsal Ramadan revient

0
Le Tournoi de Futsal Ramadan revient pour une nouvelle édition du 11 mars au 10 avril 2024.

Coupure d’eau à Passamainty et Vahibé

0
En raison des difficultés liées aux barrages pour accéder aux ouvrages et assurer les approvisionnements en réactifs nécessaires au traitement de l’eau, la production d’eau est arrêtée dans les secteurs de Passamainty et Vahibé...
Education nationale, FSU, Sgen, CFDT, Mayotte

Préavis de grève au collège de Doujani suite aux inondations de la semaine dernière

0
Ils ont transformé leur droit de retrait en un mouvement de grève : une intersyndicale FSU-CFDT s'est formée au collège Nelson Mandela de Doujani pour revendiquer plusieurs points, dont on ne peut qu'espérer la prompte résolution
Yaël Braun-Pivet

Passamaïnty : La présidente de l’Assemblée aux abords du bidonville de Gouloué  

0
En déplacement à Mayotte, la Présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet entamait son 3ème jour de visite, par le bidonville de la rivière Gouloué à Passamaïnty

Une soixantaine d’enseignants ont manifesté devant le rectorat

0
En ce mardi 12 décembre, jour de la grève nationale contre la réforme de la voie professionnelle, une soixantaine d’enseignants ont manifesté devant le rectorat, en profitant pour faire remonter leurs revendications locales. Insécurité, manque de moyens, classes surchargées, les enseignants tirent pour la énième fois la sonnette d’alarme.

Recent Comments