Les ceméa à Mayotte: 25 ans au service de l’éducation

0
153

Ceméa 25 ansLeur philosophie est simple: l’éducation et les chemins de la réussite ne sont pas seulement l’affaire de l’école. Depuis 25 ans, les Ceméa mettent en œuvre de nombreuses actions de qualité en direction de la population de Mayotte. «Si dans nos territoires, la violence prend ses sources dans l’ignorance, dans la peur puis dans la haine, l’éducation demeure le meilleur antidote», souligne Archimède Saïd Ravoay, le directeur des Ceméa Mayotte.

Depuis un quart de siècle, c’est donc une multitude d’initiatives que porte l’association dans notre département. Tout d’abord, elle assure des formations. Avec le Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur (BAFA) et le Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur (BAFD) en accueil collectif de mineurs, l’objectif est de permettre à des Mahorais d’encadrer des mineurs à titre non professionnel. Les Ceméa de Mayotte organisent ces stages en internat, un parti pris pédagogique pour une formation à plein temps.

Le tournage des courts métrages des Ceméa à Dembéni
Un tournage de courts métrages des Ceméa à Dembéni en 2014

Avec le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et des Sports (BPJEPS) et bientôt le Diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et des Sports (DEJEPS), les Ceméa offrent aux associations et collectivités la possibilité de disposer de professionnels en capacité de piloter des projets éducatifs locaux et des animations. Le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) Animateur Périscolaire a également été mis en place pour répondre aux besoins de formation des professionnels travaillant dans les accueils périscolaires qui n’avaient pas de qualification professionnelle.

Les jeunes et les parents

Les Ceméa sont aussi investies du côté des parents, avec des animations sur la parentalité grâce à une équipe d’animateurs et des «écoles de parents» pour faciliter l’accès des adultes aux codes de la langue française, des institutions et de l’école que fréquentent leurs enfants. Il s’agit aussi de (re)donner confiance aux adultes sur leurs capacités d’exercer leurs droits, les liens avec l’école et l’autorité auprès de leurs enfants.

Ceméa 25 ans bougiesLes opérations auprès des jeunes constituent évidemment le gros des actions, avec un point accueil et écoute pour les 12-25 ans, un foyer d’accueil de 12 places pour des jeunes en insertion et formation professionnelle (fajifp) ou encore un accompagnement des projets de jeunes et d’associations.

Des ambassadeurs

Ce sont aussi les Ceméa qui ont créé les JADE, les jeunes ambassadeurs des droits auprès des enfants, qui mènent depuis 4 ans, en coopération avec le Défenseur Des Droits, un programme pour faire connaître la Convention Internationale des droits de l’Enfant. Six jeunes volontaires formés interviennent dans les classes pour faire découvrir les 12 droits fondamentaux des enfants.

Animations périscolaires, projets de réussite éducative, classes de découverte mais aussi festivals de contes, de jeux, de films… Les Ceméa font feu de tout bois pour mener à bien leurs objectifs éducatifs. Elles ont même créé un prix littéraire des enfants de Mayotte «Msomo na dangadzo» (tu apprends en jouant) qui mobilise les enfants qui fréquentent les structures de loisirs.

Le programme de l’anniversaire

Jusqu’à la fin du mois, c’est donc un bel anniversaire que fête l’association. Même si la météo a un peu perturbé le programme ce mercredi, les rendez-vous sont encore nombreux. Ce samedi 11 mars, la Maison pour tous de Dembéni accueille toute l’après-midi des discussions sur la coéducation avec des parents, des jeunes, des enseignants, des cadis, des élus… Une rencontre où tous les acteurs de l’éducation auront la parole pour nous permettre d’avancer ensemble. La journée se terminera par un concert de Nawal à 17h30.

Ceméa 25 ans Le programmeLa semaine prochaine, le jeudi 16 mars, une soirée films est prévue à Labattoir, autour des réalisations des ateliers à Mayotte et des films de l’océan indien, dont «Nawal et les femmes de la lune» et d’autres films d’atelier réalisés à Mayotte, Madagascar et la Réunion.

Une journée d’activités et d’échanges est aussi prévue le samedi 18 mars à Coconi, suivie les jeudi 23, vendredi 24 et samedi 25 mars d’un festival de jeux à Dembéni marqué par des rencontres et confrontations des générations autour des jeux d’ici et d’ailleurs.

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here