24.9 C
Dzaoudzi
mardi 30 novembre 2021
AccueilorangeL’incompréhension et les inquiétudes des relogés du Bengali

L’incompréhension et les inquiétudes des relogés du Bengali

Une bâche provisoire a été tendue pour protéger des décasés du solei, le 10 mai dernier dans le sud de Mayotte
Une bâche provisoire, tendue pour protéger des décasés du soleil, le 10 mai dernier dans le sud de Mayotte

«Voilà comment je vois les choses: Les Mahorais sont devenus les anges de la mort, le comité du tourisme c’est le jugement dernier, l’Etat français c’est Dieu qui juge… Et ils nous ont envoyé en enfer». L’homme sait qu’il va faire mouche avec une formule qui résume sa vision des derniers mois durant lesquels toute sa vie a été emportée.

Comme 164 autres personnes (selon un recensement mené par les relogés eux-mêmes ce weekend), ce Grand-Comorien est logé au gîte Bengali depuis un mois. Et comme nous l’annoncions mercredi dernier, les choses ne se passent pas bien. Manque d’eau, repas peu équilibrés, conditions d’hébergement contestables, accès aux toilettes difficiles… la vie est loin d’y être simple, d’autant que ces personnes n’ont pas choisi de vivre là-bas.

«Le 22 juin, nous avons été surpris. Sans aucune alerte, on nous a amené dans un gîte. Enfin, ils appellent ça un gîte, nous on dit que c’est une prison. On ne peut pas y vivre la vie digne que nous espérons», poursuit l’homme.

Des décasages brutaux

Lui a été «expulsé» du sud de Mayotte où il vivait depuis plus de 2 ans. «Ils ont fait 3 réunions différentes pour dire qu’ils allaient expulser les clandestins. Je n’y suis pas allé, j’ai un titre de séjour, je ne suis pas clandestin. Et puis je payais un loyer. Mais j’ai quand même préféré partir quand j’ai compris qu’ils allaient chasser tous les Comoriens».

Il s’installe alors chez sa sœur, mais pas pour longtemps. Deux jours après, l’expulsion est «brutale» et «violente». Le propriétaire, qui encaisse depuis des années des loyers non déclarés, demande à la foule d’enlever les portes de tous les logements. «On nous a dit: ‘On vous laisse jusqu’à 3 heures. Vous quittez les lieux ou on va tout casser».

Les familles qui dorment depuis deux semaines place de la République à Mamoudzou
Les familles qui dormaient depuis un mois place de la République à Mamoudzou ont été relogés au gîte Bengali

Selon lui, les gendarmes sont venus le voir pour lui dire de partir, lui expliquant qu’ils n’avez pas les moyens de le protéger. «On est partis pour la place de la République.»

La même histoire pour chacun

Cette histoire, ils l’ont tous vécu. Comme cette jeune maman qui vivait dans le nord de Grande Terre depuis toute petite… qui a vu ses voisines la désigner à la foule et lui demander de quitter les lieux. Elle a pris ses 4 enfants avant de monter dans un taxi. «Quand je suis revenue, quelques jours après, ils avaient pris tous mes biens. Mes draps, mes affaires, ils avaient tout mis dehors…»

Ou cet homme, désigné à la vindicte de quelques jeunes puis d’une foule qui avançait de village en village sur la petite presqu’île de Bouéni, chassant tous les étrangers qui se trouvaient sur sa route. «Six hommes et deux femmes entrent chez moi, avec un morceau de fer et des bâtons. Ils me disent, ‘tu pars’. Je leur explique que c’est chez moi, que je loue et je paie pour être ici.» Là encore, il affirme que les gendarmes lui ont demandé de partir, faute de pouvoir garantir sa sécurité.

Cet homme, avec des papiers en règle, habite pourtant à Mayotte depuis 20 ans. «J’ai connu le Mayotte d’hier et je connais le Mayotte d’aujourd’hui… J’en est marre. Je ne croyais pas que ça deviendrait comme ça.»

Le mal-être dans le gîte

Tous sont donc confrontés au quotidien du bengali, un lieu d’accueil bien compliqué dans lequel ils vivent tous difficilement les conditions matérielles précaires mais aussi, ce qu’ils présentent comme des privations de liberté où toute parole publique, particulièrement aux journalistes, semble strictement contrôlée voire «interdite».
Ces entretiens se sont donc réalisés dans la plus grande discrétion. «Il y a des choses qu’on veut dénoncer mais on nous fait peur», expliquent les relogés.

.
Un mois après, les personnes décasées ne comprennent pas les violences qu’ils ont subies

Ils reconnaissent tous, dans le même temps, que les personnes du gîte ont transporté des malades vers le CHM… Tous affirment que les pompiers ont refusé de se déplacer au Bengali, malgré des signes inquiétants liés à la consommation d’une eau impropre, montrés par plusieurs personnes dont des enfants et une femme enceinte. L’ambivalence de ce moment…

Bloqués

La situation est censée être temporaire, mais ces relogés ne peuvent pas revenir dans leur village de départ et n’ont souvent plus que de liens lointains avec les Comores.

«Je vais essayer d’aller en métropole. Ma femme est là-bas, mon enfant aussi. Si la chance me sourit, je vais les rejoindre», explique un des relogés.
Problème : sa carte de séjour arrive à expiration et son attestation d’hébergement chez sa sœur n’est plus valable… suite au décasage. «Je ne sais pas quoi faire… Le préfet refuse que le gîte nous fasse des attestations d’hébergement…»

L’hypocrisie

Du petit groupe de personnes qui a souhaité nous raconter les semaines insupportables qu’ils viennent de vivre, il est le seul à réussir envisager une perspective. Et il porte un regard cruel sur les habitants de cette île où il était venu chercher une vie meilleure.
«Je trouve les Mahorais hypocrites… mais avant, c’était pire. Tu trouvais quelqu’un qui t’embauchait, et quand le boulot était fini, il appelait directement la police. J’invente pas, ça s’est vraiment passé beaucoup de fois!»

Un avenir en pointillé, et pas de réponse non plus pour la scolarisation de leurs enfants à la rentrée. Certains évoquent la possibilité d’organiser des cours dans le gîte. «Je suis inquiète pour mes enfants», nous dit une mère de famille. «Je veux qu’ils aillent à l’école pour ne pas en faire des vagabonds. Et même si c’est au Bengali…»

Une nouvelle réunion doit rassembler les responsables du gîte et la préfecture en ce début de semaine. Ils y décideront probablement du sort de ces décasés-relogés de force dans un endroit qui semble accepter de moins en moins leur présence.

RR
www.jdm2021.alter6.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

COVID, ARS, MAYOTTE, OMICRON

Covid : baisse des indicateurs à Mayotte, des nouveaux Omicron suspectés...

0
Le territoire continue à être épargné par l'épidémie qui affole la métropole et les autres DOM. Le taux d'incidence descend à 21,8 cas pour...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan