27.8 C
Mamoudzou
jeudi 22 février 2024
AccueilorangeExpédition moralisatrice à M’tsangamboua

Expédition moralisatrice à M’tsangamboua

Le propriétaire du terrain (à droite) défend son locataire contre les habitants
Le propriétaire du terrain (à droite) défend son locataire contre les habitants

Leur courrier était éloquent : « une opération d’expulsion de personnes d’origine étrangère est prévue », l’une aurait insulté le village, et deux autres auraient volé des oranges dans un champ pour les revendre. Mais cette fois, le propriétaire du terrain où habite le premier avait bien l’intention de défendre son locataire, « il nous a affirmé que si nous tentons de déloger son protégé, ‘le sang coulera ce mercredi’ », informe l’association Malezi Mema.

Cela n’a heureusement pas été le cas. Avant de diriger les pas de la dizaine puis vingtaine de villageois qui l’entourent vers la case en question, Raba, le représentant de l’association Malezi Mema (« Bonne éducation ») s’explique : « Nous avons créé cette association pour lutter contre la délinquance dans le village de M’tsangamboua. Nous n’en voulons pas aux étrangers, mais après les cambriolages d’octobre 2015, nous avons expulsés des personnes en situation irrégulière qui avaient commis des vols, des cambriolages ou qui étaient passeurs de kwassas. Le calme était revenu. »

Une affaire de famille

Les cases en tôles dotée d'antenne parabolique, fleurissent sur le terrain
Les cases en tôles dotée d’antenne parabolique, fleurissent sur le terrain

Fort de leur succès, ils se sont promis de poursuivre cette action ce mercredi, et ont prévenu mairie, forces de l’ordre et médias. Ils rendent d’abord visite à Y., un père de famille. S’ils ne rentrent pas dans sa cour, ils lui font comprendre que ses insultes à l’endroit du village qui les a accueilli ne sont pas les bienvenus. Il les aurait proféré à la suite d’une altercation avec un autre automobiliste aux phares trop puissants, « on lui reproche aussi d’exercer la fonction de taxi clandestin. »

La case est sur les hauteurs, c’est là qu’arrive le propriétaire du terrain, un bacoco qui n’est autre qu’un membre très proche de la famille de Raba, « mon frère germain », l’appelle-t-il. C’est d’ailleurs ce lien qui finira par apaiser des discussions parfois tendues menées pendant plus d’une heure.

Sur ses hectares de terre, se multiplient les implantations de cases dont la plupart des habitants serait en situation irrégulière. Mais ce qui n’est plus le cas de Y. qui possède un titre de séjour, rendant l’action des villageois totalement illégale. La gendarmerie s’étouffera donc à moitié en découvrant la situation plus tard. Mais pour les villageois, ce n’est pas une affaire de papier, « nous ne voulons pas de délinquants. »

Présents depuis plus de 5 ans

Arrivée de la gendarmerie
Arrivée de la gendarmerie

C’est en entonnant des chants religieux que les villageois poursuivent leur démarche vers l’habitation des deux voleurs d’oranges, « ils en ont rempli deux sacs de riz. Une récolte sur laquelle comptait la propriétaire du terrain pour vivre », rapporte Raba, « on ne comprend pas, cela fait plus de 5 ans qu’ils sont dans le village. Ça ne nous amuse pas de faire ça ! ».

Mais arrivés prés de la pauvre case en tôle, ils ne purent que constater que ses occupants s’étaient enfuis. C’est le voisin et père de l’un d’eux, considéré comme le référent du quartier, qui sera l’interlocuteur : « Je leur dirai de partir », s’engage-t-il, « laissez leur le temps de s’organiser, mais il le faut, sinon, c’est vous qui partirez », répondent les villageois.

Discussions entre Raba et le représentant du quartier
Discussions entre Raba et le représentant du quartier

« Nous ne voulons pas que le non droit s’installe et que nous subissions des violences comme ce fut le cas à Doujani », expliquent-ils.

A plusieurs reprises dans les discussions, les mots « procureur » et « gendarmerie » ont été prononcés, sans que le recours à la justice n’ait été planifié, notamment contre les voleurs d’oranges.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Précisions de l’ARS au sujet du choléra

0
Dans un communiqué envoyé ce mardi 21 décembre, l'Agence Régionale de Santé livre des précisions supplémentaires par rapport à son "Plan de riposte au risque de l'introduction du choléra à Mayotte". Nous apprenons ainsi que...

L’académie de Mayotte recrute des contractuels dans le premier degré pour la rentrée de...

0
Pour répondre à l’évolution démographique le rectorat de mayotte recrute chaque année des enseignants du premier degré, entre 160 et 200 contractuels. Le recours aux candidatures locales est privilégié pour enseigner. Les professeurs des écoles contractuels sont recrutés au niveau académique sur classement, après des tests d’évaluation des connaissances, un stage et un entretien final.
SMAE, eau potable, Mayotte, Vinci

Coupure anticipée de la distribution d’eau à Passamainty et report à Vahibé

0
En raison du déséquilibre du bassin de distribution de Vahibé et Passamainty, SMAE – Mahoraise des Eaux – a décidé : - de procéder à une coupure anticipée de la distribution d’eau sur le secteur...
Mayotte, état d'urgence sécuritaire, Pascal Perri, Comores

Mayotte en vigilance Violette Forte délinquance

0
Appuyée par plusieurs grandes voix, la population voit dans l’état d’urgence sécuritaire la solution pour venir à bout de la délinquance. Il faut dire que ni en 2015 lors de l’état d’urgence sécuritaire pour terrorisme, ni en 2020 pour le Covid, la menace n’avait été aussi sérieuse qu’avec ces bandes cagoulées qui s’en prennent à nos vies

Blocage des routes : La filière avicole mahoraise en grande souffrance

0
Le salon international de l’Agriculture doit se tenir ce week-end à Paris dans un contexte où le monde agricole est en souffrance. Même s’il parait hasardeux de comparer l’agriculture mahoraise à celle de métropole, les éleveurs et les cultivateurs de l’île sont au bord de la rupture du fait des barrages routiers, car c’est toute une chaîne qui se trouve fragilisée et bientôt en péril si rien ne change.

Recent Comments