25.9 C
Dzaoudzi
lundi 29 novembre 2021
AccueilorangeTrafic de chimique: 7 personnes en détention provisoire

Trafic de chimique: 7 personnes en détention provisoire

Le procureur Joël Garrigue mettait en avant le travail d'enquête de la gendarmerie
Le procureur Joël Garrigue mettait en avant le travail d’enquête de la gendarmerie

Pour comprendre le démantèlement du réseau de « chimique », ce cannabinoïde de synthèse qui fait des ravages chez les adolescents, il faut remonter en juin 2014. Plusieurs personnes sont alors interpellées, dont un agent du conseil général, il s’agit déjà d’un trafic de chimique. Peu de suite ont été données, « liées aux péripéties du changement brutal de juge d’instruction à l’époque. La plupart ont été remis en liberté », confie Joël Garrigue.

Si les têtes ne sont plus les mêmes, les seconds rôles aspirent à tenir la première place, et se lancent sur le marché. Un marché lucratif tel que le décrit le procureur : « Acheté 2.000 à 4.000 euros le kilo, reconditionné par dissolution d’alcool avec du tabac, le produit est revendu 150.000 à 300.000 euros. » A 150 euros le paquet de tabac, de nombreuses cigarettes seront fumées, un produit accessible à beaucoup de bourses.

Un cheptel de zébus

Face à ce nouveau danger, la gendarmerie s'organise selon le colonel Jean Gouvart
Face à ce nouveau danger, la gendarmerie s’organise selon le colonel Jean Gouvart

Si l’affaire de 2014 se termine en eau de boudin, les investigations continuent, des écoutes enregistrées, et une protagoniste ressort, désormais à la tête du réseau : « Née en 1968 et d’origine portugaise, elle s’approvisionnait en Europe et en Chine », comme plusieurs autres revendeurs qui avaient décidé de voler de leur propres ailes. Les prévenus de 2014 n’ayant pas encore été jugés, il n’y aura donc pas de récidive, « elle ne s’en tirera pas pour autant à bon compte ! », lance Joël Garrigue.

Des perquisitions il n’en ressortira presque rien, en tout cas pas à la hauteur de ce que révèlent les écoutes et l’investigation, « seuls 250 g ont été saisis », révèle le procureur qui détaille par ailleurs les biens acquis, « des téléviseurs grand écran, et pour l’un d’entre eux, un considérable cheptel de zébus. »

Hier mardi, les protagonistes sont passés devant le juge d’instruction, « 7 sont en détention provisoire, 2 placés sous-contrôle judiciaire », quant aux autres si la détention provisoire est demandée, la réponse viendra du juge des libertés et de la détention dans la soirée. Une autre femme figure parmi les personnes interpellées, les autres sont à la fois mahorais et métropolitains, tous âgés de 23 à 47 ans.

Molécules en cours d’analyses

Tabac et chimique saisis par la gendarmerie en 2015 à Mayotte
Tabac et chimique saisis par la gendarmerie en 2015 à Mayotte

Malgré les effets dévastateurs du chimique, décrits par le centre d’addictologie de l’hôpital, et rapportés par Joël Garrigue, « délires, tachycardie, comportements violents, et possibles cas de décès dans d’autres pays », le produit n’est pas considéré comme une drogue. La législation sur les stupéfiants ne s’applique donc pas, et les accusés peuvent tomber pour contrebande de marchandises dangereuses pour la santé publique, pour commercialisation de médicaments pharmaceutiques sans autorisation et pour exercice illégal de la pharmacie.

Mais l’analyse des composants du cannabinoïde par l’Institut de recherche criminelle de la police nationale peut aussi déboucher sur sa requalification partielle en stupéfiant, « dans ce cas, les coupables risquent 10 ans d’emprisonnement », annonce le procureur. Les analyses d’autres produits locaux aux effets similaires aux stupéfiants, comme la « mangrove », font apparaître une molécule entrant dans la composition des insecticides « et provoquant la maladie de Parkison. »

Les chiens sur le coup

Chien policier caméras et micro explosifs
Chien policier anti-drogue

Le procureur ne cesse de le marteler, le « chimique » est l’accusé principal, « le best seller » des agressions et de leur intensité de violence. Les forces de police et de gendarmerie vont donc concentrer leurs actions sur le démantèlement de ces réseaux, si tant est que leurs effectifs le leur permettent : « Un sous-officier est parti se former en métropole et un nouveau formateur-relai anti-drogue est opérationnel chez nous », indique le colonel de gendarmerie Jean Gouvart.

Les 250 petits grammes saisis sur cette affaire vont avoir au moins un mérite : « Celui de former les chiens sur ces produits encore importés par voie postale ou parmi les effets personnels dans des valises. »

Si ce produit était encore inconnu en France, un démantèlement a eu lieu récemment dans la région savoyarde, « il est également en circulation en Belgique et en Amérique du nord. » Si le procureur est satisfait de cette opération, il ne se fait pas trop d’illusions : « quand un réseau est démantelé, quelqu’un est toujours prêt à reprendre le flambeau. »

Là, ce sont les enquêteurs qui ont le flambeau, et d’autres têtes pourraient tomber.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

MAIRIE DE BANDRABOUA

0
Directive 2014/25/UE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM ET ADRESSES Mairie de Bandraboua, BP48 - 238, rue de l’Hôtel de Ville , 97650, Bandraboua, Courriel : soibirdine.hachime@mairie-bandraboua.fr,...

VILLE DE MAMOUDZOU (976)

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan