26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 10 août 2022
AccueilEconomieLe transport scolaire divisé en quatre lots s’ouvre aux petits transporteurs

Le transport scolaire divisé en quatre lots s’ouvre aux petits transporteurs

Cela ne va pas être facile de répondre à un tel appel d’offre : deux mois pour présenter un dossier ficelé et pour trois ans d’activité… La majorité des petits transporteurs devrait donc répondre avec Matis, la société actuellement détentrice du marché.

Matis éducation citoyenneté busLa nouvelle avait fait l’effet d’une bombe chez Matis : alors que la société réunionnaise avait remporté le marché du transport scolaire deux ans auparavant, le tribunal administratif avait choisi ce 26 février 2014 de casser cette attribution. « Pas assez allotie », avait tranché le juge.

Pour éviter que seules les grosses entreprises soient retenues aux appels d’offre pour leur capacité financière, les marché doivent en effet être divisés pour permettre au plus grand nombre de répondre. C’est ainsi que la Coopérative des taxis verts de Mayotte et la société Kamardine avaient déposé plainte en faisant remarquer que l’allotissement en deux zones, Petite et Grande Terre était disproportionnée, ce dernier représentant 97% des besoins.

Un défi difficile à relever

Le Conseil départemental qui délègue dans ce domaine, a donc relancé rapidement un appel d’offre, le marché étant cassé à la fin des vacances scolaires, ce qui implique une mobilisation générale pour être opérationnel à la rentrée le 25 août.

Un délai très court donc pour ces petites entreprises, voire des artisans à Mayotte. Ils sont quatre prétendants : le STIM, la CSTT976, le STVTM et le SYDETRAMA. Les trois derniers auraient décidé de répondre avec Matis, mais la direction de STIM (Syndicat des transporteurs indépendants de Mayotte), envisage de se démarquer.

Selon nos informations, il aurait choisi de répondre avec la société Kamardine, qui avait pourtant été exclue du marché actuel, comme cela avait souligné par à l’audience du tribunal administratif par l’avocat du conseil général, et la Coopérative des taxis verts de Madi Baco serait hors course car non-transporteur.

Les reins solides

La décision du Tribunal administratif implique une réorganisation rapide du marché. Me Hourcabie défendait les petits transporteurs
La décision du tribunal administratif implique une réorganisation rapide du marché. Me Hourcabie défendait les petits transporteurs

D’autre part, ils ont deux mois pour répondre à l’appel d’offre et, devront de plus prouver qu’ils ont la trésorerie suffisante pour se lancer sur ce marché. Il faut en effet avoir les reins solides en cas de délais de paiement trop importants du conseil départemental.

Autre difficulté, ils sont condamnés à s’entendre, ce qui n’est pas un sport facile à Mayotte, on l’a vu lors des nombreuses tentatives d’organisation de centrale d’achat.

De plus, le marché n’est lancé que pour trois ans. L’offre initiale étant programmée sur cinq ans, et Petite Terre n’étant pas touchée par la remise en cause de l’allotissement, il ne reste que trois années, un temps très court pour commencer à amortir le matériel.

Enfin, il leur faudra toute la rigueur d’un grand pour exiger un service exemplaire. Matis avait mis en place des mesures de contrôle, prévues dans le cahier des charges, pour vérifier l’état général des véhicules, et la régularité des permis en cours.

On sait que le ramassage scolaire est un service sensible à Mayotte, toute faille incitant les élèves à manifester bruyamment, au besoin à coup de barrages. Les petits transporteurs devront donc avoir un dossier exemplaire, avec une réponse dans deux mois du département.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupures d’électricité à Hagnoudrou ce jeudi 11 août de 8 h...

139519
Dans le cadre de travaux d'entretien, Electricité de Mayotte (EDM) fait savoir dans un communiqué que des coupures sont prévues le jeudi 11 août...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139519
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139519
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139519
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139519
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139519
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com