26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 10 août 2022
AccueilEconomieSe préparer à la norme RGE obligatoire au 1er octobre 2015

Se préparer à la norme RGE obligatoire au 1er octobre 2015

A partir du 1er octobre 2015 à Mayotte, les principales aides publiques pour le solaire thermique seront réservées aux particuliers faisant appel à une entreprise RGE. Ces dernières doivent s’organiser.

Chauffe eau solaireLa société EDM (Electricité de Mayotte) avait dès le mois de février, mis en place un comité destiné à aider les entreprises à être labellisées RGE , pour « Reconnu Garant de l’Environnement ».

Les constructions devront être économes en énergie, et les particuliers qui font appel à ces entreprises pourront de leur côté bénéficier de subventions.

Car, comme le rappelle Qualit’EnR, association spécialisée dans la qualification des entreprises d’installation de systèmes Energies Renouvelables pour profiter d’une installation fiable et performante, il faut faire appel à un professionnel…
Lancé par les pouvoirs publics depuis plusieurs années, le label RGE (« Reconnu Garant de l’Environnement ») permet d’identifier facilement les professionnels qualifiés en matière de rénovation énergétique et d’équipements utilisant les énergies renouvelables.

Cette mention atteste du respect de critères objectifs et transparents par l’entreprise, dans une démarche de renforcement de la qualité de ses compétences et de ses prestations. Pour les particuliers, c’est l’assurance d’un professionnel formé qui dispose de tous les moyens nécessaires à une installation de qualité.

A partir du 1er octobre 2015 à Mayotte, faire appel à une entreprise RGE permettra également de continuer à bénéficier des principales aides de l’Etat et d’EDM (matériaux et équipements éligibles, fournis et posés par une entreprise qualifiée RGE). Cette mesure d’éco-conditionnalité est déjà appliquée en métropole depuis le 1er janvier 2015.

Primes pour les chauffe-eaux solairesPhotovoltaique

Les trois aides liées au RGE sont : le Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) (déduction d’impôt jusqu’à 30% des dépenses réalisées pour l’équipement), l’Eco-prêt à taux zéro (avance remboursable sans intérêt de 30 000€ maximum pour financer des travaux d’éco-rénovation), l’Aide d’Electricité De Mayotte (EDM) avec une prime de 500 € pour un chauffe-eau solaires d’une capacité de 160L, de 650 € pour 200L, et de 1 000 € pour 300L.

Mayotte est engagée dans la promotion active des énergies renouvelables depuis 2007 et son développement a aujourd’hui atteint 5,8% dans le mix électrique grâce au photovoltaïque. L’objectif ambitieux fixé par la loi de transition énergétique pour les DOM est de 50% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique à horizon 2020. Ambitieux en effet à Mayotte où les chauffe-eau solaire ne sont pas généralisés, où les douches à l’eau chaude restent marginales au regard de la température extérieure.

En novembre 2014, sous l’impulsion de l’ADEME, la démarche RGE est engagée localement avec la signature de la charte d’engagement RGE Mayotte par tous les acteurs impliqués dans la démarche (Etat, ADEME, EDM Electricité de Mayotte, Qualit’EnR, Qualibat…)

Être formé et équipé

Pour devenir RGE, une entreprise travaillant dans les énergies renouvelables doit former un ou plusieurs référents techniques avant de faire sa demande de qualification. Cette formation du personnel est une étape indispensable mais ne suffit pas, d’autres critères indispensables sont vérifiés : moyens matériels et financiers de l’entreprise, assurances…
Il existe des formations spécifiques agréées par les pouvoirs publics. Pour les chauffe-eau solaires, les professionnels doivent suivre une formation de plusieurs jours alliant théorie et pratique dans un centre de formation agréé. La formation est validée par une évaluation finale. Le référentiel a été adapté aux spécificités de Mayotte.

Pour former les professionnels locaux, l’ADEME, en partenariat avec la CMA Mayotte et la DIECCTE/OPCALIA, a conclu un partenariat avec le CFA de Saint André de la Réunion, un centre de formation agréé par Qualit’EnR conformément au récent arrêté ministériel qui encadre les formations dans le domaine des énergies renouvelables.

Une session de formation a d’ailleurs eu lieu le 16 avril avec 5 entreprises mahoraises engagées dans la démarche de qualification RGE.

Qualisol est la qualification RGE qui s’adresse aux installateurs de systèmes solaires thermiques. Une démarche historique initiée par l’ADEME et reprise par l’association Qualit’EnR en 2006, pour devenir l’une des qualifications porteuses de la mention RGE.
Le coût d’une qualification est de 118€ HT / an pour une qualification (Qualisol ou autre). Un audit est à prévoir dans les deux premières années (250€ HT).

Des services sont mis à disposition par Qualit’EnR aux entreprises qualifiées : un site web personnalisable, une assistance technique et une communication clé en main.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupures d’électricité à Hagnoudrou ce jeudi 11 août de 8 h...

139533
Dans le cadre de travaux d'entretien, Electricité de Mayotte (EDM) fait savoir dans un communiqué que des coupures sont prévues le jeudi 11 août...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com