Jeunes et Jeux : des cultures qui se croisent

0
192

Les Jeux des jeunes de l’océan Indien, ce n’est pas que du sport ! Pour les 9es Jeux de la CJSOI, la culture avait une nouvelle fois toute sa place. Comédiens ou danseurs, les 17 jeunes qui ont représenté Mayotte se sont retrouvés dimanche à Mtsangabeach.

Une chorégraphie créée par Assez! qui travaillait avec ses danseurs ce dimanche
Une chorégraphie créée par Assez! qui travaillait avec ses danseurs ce dimanche

Ils sont 17 jeunes Mahorais à avoir fait le voyage pour Maurice. En décembre dernier, ils représentaient Mayotte dans le cadre des 9es Jeux décentralisés de la Commission Jeunesse et Sports de l’océan Indien (CJSOI). Quatre mois après, ils se sont retrouvés le temps d’un dimanche «jeunes et engagés» à Mtsangabeach* pour échanger et pour présenter leurs prestations.

«En danse, nous avons tous apportés des choses différentes», constate Assez, le chorégraphe qui a travaillé avec les 8 danseurs mahorais. Fort de ses trois titres obtenus avec à la Battle of the year, le jeune homme a créé une pièce qui raconte Mayotte. «Les différents groupes ont présenté des danses folkloriques alors que nous avions choisi quelque chose qui correspondait plus à ce que nous vivons, un mélange de tradition et de culture urbaine. Du coup, les Mauriciens ont parlé de ‘danse contemporaine’», constate Assez.

Le Hip Hop, une danse où on ne triche pas avec l'énergie
Le Hip Hop, une expression corporelle où on ne triche pas avec l’énergie

Différences culturelles

Dans certaines îles de l’océan Indien, le Hip Hop est en effet vécu comme l’expression de la culture de la violence et le cliché a la vie dure. C’est pourtant tout le contraire avec de belles énergies canalisées dans l’expression corporelle individuelle et collective, des jeux de scène maîtrisés et des performances personnelles qui n’ont de valeur que dans le groupe.

C’est aussi cette logique qui guide Sitty Maturas, auteure et metteure en scène de la création théâtrale présentée par les enfants mahorais. Le spectacle «Une ombre est tombée à Féeland» raconte l’histoire d’un petit village de fées caché au milieu de la Mangrove. Il doit affronter une ombre terrible, l’expression de la colère d’Ulanga, gardien de la Nature, furieux que les Hommes souillent l’environnement avec toutes sortes de déchets. «Si les Hommes ne réagissent pas, l’ombre grandira et s’abattra sur le monde entier»… Mais, comment faire réagir les Hommes ?

Avec "Une ombre est tombée à Féeland", Sitty a choisi de travailler sur l'environnement avec ses jeunes comédiens
Avec « Une ombre est tombée à Féeland », Sitty a choisi de travailler sur l’environnement avec ses jeunes comédiens

Cohésion entre jeunes

La troupe est composée de 9 jeunes comédiens originaires de Koungou, Passamainty, Tsoudzou ou Vahibé, des collégiens et lycéens qui ont su dépasser les fameuses querelles qui règnent entre les villages. «Créer une homogénéité dans un groupe comme celui-ci, c’est une véritable démarche de cohésion sociale», se félicite Sitty, heureuse que les objectifs culturels de la CJSOI parviennent aussi à rassembler les jeunes à l’intérieur de chaque territoire.

Si ces 17 jeunes Mahorais ont été marqués par cette expérience multiculturelle à Maurice, ce pays où on roule à gauche, certains d’entre eux seront trop grands pour participer aux prochains Jeux, prévus dans deux ans à La Réunion. Mais la passion du théâtre et de la danse est entrée en eux et pourrait les suivre de longues années.
RR
Le Journal de Mayotte

Des danses traditionnelle et du Hip Hop, pour une expérience multiculturelle
Des danses traditionnelles et du Hip Hop, pour une expérience multiculturelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here