25.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 décembre 2021
AccueilFaits diversTsingoni : Les barrages sont levés mais la crise n’est pas terminée

Tsingoni : Les barrages sont levés mais la crise n’est pas terminée

Les habitants de Tsingoni en colère ont accepté de lever les barrages, peu après 17 heures ce lundi. Deux groupes de travail sur la sécurité sont constitués et une réunion est prévue à la préfecture.

Les manifestants et les passant se massent sur le barrage pour écouter les résultats de la réunion
Les manifestants et les passants se massent sur le barrage pour écouter les résultats de la réunion

Il était 17 heures lorsque les membres de la délégation de Tsingoni expliquent la situation sur le barrage érigé sur le rond-point, alors qu’ils sortent de la réunion communale de l’après-midi. Les 150 personnes présentes commencent alors à dégager les tronçons d’arbres et les bennes Tri-O qui fermaient la chaussée à toute circulation depuis la nuit dernière.
Ce sont des gendarmes qui vont assurer une surveillance du carrefour pour assurer la tranquillité de la nuit.

C’est l’épilogue (provisoire ?) d’une journée à rebondissements. Après le nouveau blocage de la route peu avant le lever du soleil, une série de réunions autour de l’équipe municipale s’est tenue dans la mairie annexe de Combani… Avant le grand rendez-vous de l’après-midi. Il était prévu à 14 heures à la bibliothèque de Mroalé, un terrain neutre entre les villages de Tsingoni et Combani, et il devait permettre de faire avancer les choses.

Abdou Badiru, de Tsingoni, revendique le fait que les parents encadrent les jeunes du village
Abdou Badiru, de Tsingoni, revendique le fait que les parents encadrent les jeunes du village

Problème : pour les Tsingoniens, ce lieu était précisément beaucoup trop neutre. Se sentant offensés par les événements du week-end, ils leur semblaient naturel, comme le veut la tradition, que les échanges entre les deux villages impliqués se déroulent à Tsingoni… comme un début de réparation de la part de «l’agresseur».

Il faudra donc attendre plus d’une heure et vingt minutes que le maire Mohamed Bacar arrive à Mroalé et encore 25 minutes pour que le principe d’une discussion dans les locaux de la mairie à Tsingoni soit arrêté.

La traversée du barrage

L’ensemble des parties prenantes va donc prendre la voiture : Bruno André, le secrétaire général de la préfecture, les gradés de la gendarmerie, le maire, une partie de l’équipe municipale et des représentants des deux villages.
Le convoi s’élance donc en direction de Tsingoni et il va traverser le fameux barrage. La scène est très impressionnante.

La foule revendicative de près de 200 hommes, femmes et enfants se masse autour des véhicules en criant son mécontentement. A tout moment, on croit que la scène peut déraper, mais comme c’est le cas depuis le début des événements, des hommes adultes encadrent cette foule et arrivent à contenir ses éclats de colère.
Seule exception de ces trois jours, le véhicule de Mayotte 1ère caillassé peu après 16 heures ce lundi après-midi.

La grande réunion entre Tsingoni et Combani sous l'égide du secrétaire général de la préfecture et de la gendarmerie
La grande réunion entre Tsingoni et Combani sous l’égide du secrétaire général de la préfecture et de la gendarmerie

Le convoi suit alors la route qui permet d’accéder au centre du village, une longue allée fantôme, dont le bitume est jonché de bris de verre et encadrés de véhicules aux vitres brisés… Les restes des violences qui auraient été commis par de jeunes Combaniens samedi et qui ont déclenché la colère des habitants de Tsingoni.

Plus de mineurs Combaniens non accompagnés

Les discussions ne vont pas être longues. Une fois la presse mise à l’écart, chacun dit ce qu’il a sur le cœur. Un premier parle de Tsingoni comme d’un «village meurtri, agressé par des gens que nous connaissons, par des jeunes qui arrivent avec des chiens.»
«Ici, dans ce village, il y a des adultes qui tiennent leurs enfants !», entend-on également. Et c’est là, le cœur des revendications des Tsingoniens qui reprochent à leurs voisins Combaniens de ne pas encadrer suffisamment leurs jeunes.
A Tsingoni, les manifestants ne veulent plus qu’aucun mineur de Combani ne vienne à Tsingoni sans être accompagné d’un adulte.

Deux groupes de travail ont été organisés, un dans chaque village pour réfléchir à des propositions sur la sécurité et la tranquillité. Et les mêmes protagonistes se retrouveront demain mardi à 15 heures à la préfecture pour échanger.
«Il faut que nous arrivions à sortir quelque chose de durable», souhaite le maire. «La solution facile et de courte vue n’a jamais été une bonne solution.»

On attend de voir si cette réunion va favoriser le retour de la sérénité dans une commune où certains élus ne se parlent pas. Evidemment, ils sont originaires de Tsingoni ou de Combani.
RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Sea Shepherd, Naturalistes, Mayotte, tortues

Les Naturalistes recadrent Sea Shepherd sur la protection des tortues

0
Sea Shepherd mis au banc des accusés par l'association les Naturalistes sur la prétendue découverte d'un charnier de tortues marines sur leur bivouac, là où il ne s'agirait que de leur regroupement d'ossements à visée pédagogique illustrant le braconnage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan