25.9 C
Dzaoudzi
vendredi 1 juillet 2022
AccueilSantéSida à Mayotte: les mentalités bougent, les actions se précisent

Sida à Mayotte: les mentalités bougent, les actions se précisent

L’édition 2015 du Sidaction est prévue ce week-end. Mayotte n’est pas encore intégrée dans cette vaste opération. Pour autant, dans notre département aussi, les choses avancent sur le front du Sida.

Moncef Nouhoudhoine de l'association Narike Msada
Moncef Mouhoudhoire de l’association Narike Msada

Mayotte commence à sortir du déni du sida. Les mentalités évoluent, un an et demi après le coup d’éclat de l’association Narike M’sada, qui s’affichait, pour ses 10 ans, sur les murs de Mayotte. «Avec cette campagne, une soixantaine de personnes avaient accepté de prêter leur image pour porter un message de prévention. C’était vraiment nouveau de trouver autant de gens qui jouent le jeu. On commençait à sortir de la honte qui entourait la maladie», se souvient Moncef Mouhoudhoire, président de l’association.

Les choses pourraient continuer à changer rapidement. Ce vendredi, à la veille de l’édition 2015 du sidaction, à Mayotte, l’association Narike M’sada sera reçue par l’Agence régionale de santé (ARS). Elle va y déposer un projet pour que l’association ait enfin les moyens d’investir complètement les missions que l’on peut attendre d’elle.

Trois axes semblent importants à l’association. D’abord, le renforcement du dépistage avec le lancement du test rapide qui est une demande ancienne de l’association. «Deux bénévoles ont suivi une formation. Nous espérons maintenant l’habilitation de l’ARS», relève Moncef Mouhoudhoire.

Sida: Dédramatiser et faire circuler l'information
Sida: dédramatiser et faire circuler l’information

Le deuxième point consisterait à développer la communication : «Je suis convaincu qu’il faut arriver à décliner les campagnes nationales localement, les adapter pour qu’elles soient réellement efficaces», explique Moncef Mouhoudhoire.

La proximité du message

Au-delà des campagnes, l’association aimerait se rapprocher des associations de femmes qui sont des endroits où la parole circule souvent librement. Il y est possible de faire passer des messages.
Toujours dans cette volonté de proximité, «on pourrait aussi développer des interventions dans des entreprises pour peu qu’elles acceptent de dédier une heure à la sensibilisation de leur personnel», de la même façon que l’association intervient, comme l’IREPS ou d’autres acteurs dans les établissements scolaires.

La campagne Narike M'sada de septembre-octobre 2013
La campagne Narike M’sada de septembre-octobre 2013

«On pourrait y aller tous les jours mais actuellement, on n’est pas crédibles dans la mesure où l’accès aux préservatifs est très difficile», nuance Moncef. «En dehors des pharmacies et de Jumbo, on ne sait pas où on peut trouver des préservatifs». Au-delà même de la question du prix, dans les villages de Mayotte sans pharmacie, il est impossible de trouver des capotes.

200.000 préservatifs par l’IREPS et le CHM

L’IREPS a été missionné par l’ARS pour réfléchir à comment améliorer cet accès aux préservatifs. On évoque des distributeurs en extérieur, avec le risque qu’ils soient vandalisés, ou encore le réseau des doukas. Narike M’sada se souvient d’une expérience qui avait permis aux épiceries de proposer des préservatifs à la vente. «Ça avait dédramatisé le préservatif et cette proximité avait permis de toucher un public qu’on ne pensait pas atteindre : les adultes.»

CHMActuellement, entre autres acteurs concernés, le CHM importerait 140.000 préservatifs par an et l’IREPS 60.000… «Mais le vice-rectorat tape dans ce stock destiné aux associatifs pour ses infirmeries scolaires. Le vice-rectorat devrait être en mesure d’acheter ses propres préservatifs», s’emporte Moncef.

Deux infectiologues à l’hôpital

Enfin, dernier point pour l’association, améliorer l’accompagnement des patients qui vivent avec le VIH, particulièrement sur le plan psycho-social.
«Depuis le début de l’année, un logiciel est mis en place qui va permettre un meilleur suivi de l’épidémiologie et une bonne coordination entre le laboratoire privé, le CHM et le centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG). Il faut aussi saluer l’effort du CHM qui a permis à deux infectiologues de s’occuper de la file active. Depuis 3 mois, une infirmière fait aussi le lien entre le CDAG et l’association.»

Un peu moins de 200 personnes vivant avec le VIH sont actuellement suivies à l’hôpital, un chiffre que l’on peut soupçonner de ne pas refléter la réalité de la maladie à Mayotte. Par exemple, 61% des patients dépistés sont des femmes enceintes… Il manque donc de façon évidente des hommes.

«Les Mahorais sont de plus en plus sensibles aux discours de santé publique en général et sur le VIH particulièrement. Il ne tient plus qu’à nous de nous mobiliser autour de la prévention et de redoubler d’efforts», conclut Moncef Mouhoudhoire. Et la première mobilisation, c’est ce week-end, via les médias, pour le Sidaction.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

La Cour des comptes pointe l’absence de stratégie de développement à...

139124
Intitulé « Quel développement pour Mayotte ? Mieux répondre aux défis de la démographie, de la départementalisation et des attentes des Mahorais », le rapport de la Chambre régionale et territoriale des comptes entend comprendre pourquoi, malgré les enchaînements des plans de développement à destination de Mayotte, « la situation de l’archipel reste atypique au sein de la République ».
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
AMF, Délégation outre-mer, Mayotte

Création d’une délégation ultramarine au sein de l’Association des maires de France

139124
C'est une 1ère chez les maires de France: ils ouvrent une plage d'expression propre à leurs pairs d'outre-mer. Pour Mayotte, c'est logiquement Madi Madi Souf, président de l'AMM, qui y siège
Assemblée nationale, Mayotte, LR, LIOT, Outre-mer

Les derniers échos ultramarins de l’Assemblée nationale

139124
On sait dans quelle commission vont siéger nos deux députés mahorais. Quant au 10ème groupe politique qui devait être dédié aux députés outre-mer, LIOT, c'est une autre configuration qui émerge

Mayotte La 1ère et l’audiovisuel public vent debout contre le président Macron

139124
Dans le cadre de l’ouverture de la XVIe législature au Palais Bourbon aujourd’hui, les syndicats CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, UNSA, CGC et CFTC appellent au rassemblement. Un mouvement de contestation suivi localement par la rédaction de Mayotte La Première. L’objectif, alerter les parlementaires sur la suppression de la contribution à l'audiovisuel public. Des perturbations des programmes sont à prévoir.
Yaël Braun-Pivet, Outre-mer, Mayotte, Assemblée nationale

Candidate au perchoir, Yaël Braun-Pivet quitte le ministère des outre-mer

139124
Elle aura sans doute été la plus éphémère ministre des Outre-mer de l'histoire : Yaël Braun-Pivet a décidé de démissionner de sa fonction pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale. En attendant le proche remaniement ministériel, c'est la 1ère ministre Elisabeth Borne qui reprend les rênes du ministère
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139124
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com