21.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilSociétéJournées portes ouvertes de Matis : les élèves découvrent « l’envers du...

Journées portes ouvertes de Matis : les élèves découvrent « l’envers du décor »

Créer une proximité entre les élèves et leur établissement de ramassage est un des objectifs de Matis pour éradiquer les actes d’incivilité. C’est aussi le lieu d’échanges où les élèves peuvent s’exprimer.

Les élèves au moment des échanges avec Rafioun Houmadi Charif
Les élèves au moment des échanges avec Rafioun Houmadi Charif

L’onde de choc de la secousse provoquée par le tribunal administratif a été digérée, la société Matis, groupe Mooland, qui gère à Mayotte le transport scolaire, poursuit ses missions. Le ramassage à bord de ses bus Halo bien sûr, puisque le marché ne sera véritablement cassé en juillet, avec un nouvel appel d’offres. Mais aussi, ses actions de prévention auprès des scolaires.

C’est un engagement pris lors de la rédaction du cahier des charges, et qui permet aux professionnels de montrer aux jeunes qu’ils transportent « l’envers du décor », comme le nomme le directeur Nicolas Rupert.

En dehors des missions habituelles de prévention et de sécurité dans les établissements scolaires, les Journées Portes ouvertes à Longoni sont un temps fort pour découvrir le dessous des cars… Pendant la semaine, les classes de collèges de Kawéni 1, de Mtsangamouji, de Tsimkoura et du lycée de Kahani, vont découvrir les installations et suivre un exercice d’évacuation d’urgence d’un bus, après avoir échangé en salle de réunion autour d’un film pédagogique.

« La faute des élèves »

La classe SEGPA de Kawéni
La classe SEGPA de Kawéni

Un scénario qui interpelle la classe SEGPA (Section d’enseignement général et professionnel) de K1 puisqu’il met en scène leur quotidien. Un voyage en bus, mais qui tourne mal, les bagarres des élèves ayant distrait le chauffeur. « C’est un fait réel ? », demande un jeune interloqué, pourtant très bavard quelques minutes avant. « C’est à cause des élèves ! », lâche une fille. L’information passe.

Ce qui déclenche des échanges, Rafioun Houmadi Charif, l’assistant d’exploitation en charge de l’information explique ce qu’est un angle mort, empêchant le chauffeur d’avoir une visibilité sur ce qui s’y déroule, « l’accident arrive ensuite plus vite qu’on ne le pense… Le bus le matin n’est qu’un moyen pour aller à l’école, pas un prétexte pour autre chose ».

Justement, sur le ramassage du matin, les élèves sont très bavards : du satisfait, « devant chez moi, il y en a plein qui passe », à la plus critique : « j’habite à Passamainty. Mais pour des cours qui commencent à 7 heures à Kawéni (deux quartiers de Mamoudzou, ndlr), le bus passe à 5h12. Je n’arrive pas à me lever à 4 heures, donc je vais à pied à Doujani pour attraper le bus de 6h30 ». Tandis qu’un troisième questionne : « pourquoi le bus n’entre pas dans les quartiers ? »…

Plaintes contre les élèves

La toute nouvelle station de lavage
La toute nouvelle station de lavage

Un ramassage à la carte n’est évidemment pas envisageable, « y compris pour des raisons de sécurité ». Et pour éviter les problématiques de dessertes, « nous organisons le planning en début d’année en fonction des adresses que vous nous avez fournies », explique Rafioun Houmadi Charif.

Quinze à vingt classes sont accueillies chaque année. Cette prévention est censée diminuer les actes d’incivilité par une prise de conscience des élèves. Des agressions pourtant en augmentation, qu’elles émanent de l’extérieur lors de caillassages, ou sur les chauffeurs à l’intérieur même de l’habitacle : « c’est à long terme que nous récolterons les fruits de ces actions », rassure Jonathan Morel, Responsable d’exploitation de la société Matis à Longoni.

Des plaintes sont fréquemment déposées contre des élèves, et le conseil de discipline qui se réunissait rarement, est désormais convié tous les 15 jours.

Les scolaires auront pu découvrir ce lundi matin le nouvel équipement de la société de transport : l’aire de lavage des bus, « avant, tout se faisait à la main », livrée cette année en janvier.

C’est en juillet que le marché sera cassé, et pourra être de nouveau lancé par le Conseil général qui devra proposer des lots plus restreints. Matis est bien sûr sur les rangs pour répondre, « en attendant, nous fonctionnons comme d’habitude ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139524
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139524
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139524
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139524
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139524
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com