26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 10 août 2022
AccueilSociétéAgression d’un chauffeur : préavis de grève dans le transport scolaire

Agression d’un chauffeur : préavis de grève dans le transport scolaire

Un chauffeur de la compagnie Matis a été blessé à l’arme blanche ce lundi matin par un élève scolarisé à Chirongui. Conséquence : pas de mouvement de colère immédiat, mais un préavis de grève pour lundi.

Un agent de médiation Matis intervient dans une école
Un agent de médiation Matis intervient dans une école

A 5h10 ce lundi matin, un élève se présente à son arrêt de bus à Acoua. Alors que, comme c’est l’usage, le chauffeur de la compagnie Matis lui demande sa carte de transport, il fonce à l’arrière du bus. Le chauffeur tente alors de le faire sortir, mais l’élève se dirige vers le poste de conduite et sort un couteau. Le conducteur reçoit un coup au mollet, puis le jeune de 16 ans, scolarisé au lycée professionnel de Chirongui s’enfuit, laissant l’arme derrière lui.

La victime est évacuée vers l’hôpital et bénéficie d’un arrêt de travail de 4 jours. A sa sortie, il reçoit l’appui de ses collègues qui décident de ne pas faire agir leur droit de retrait, ce dont se félicite Nicolas Rupert, le directeur de la société Matis : « c’est une décision extrêmement courageuse. Ils ont réagi avec professionnalisme ».

Respectant les 5 jours de délai, un préavis de grève est déposé pour lundi 23 février, « et pour une durée illimitée », nous indique Ali Siaka, syndicat UD FO.

Ce dernier parle d’une « situation gravissime », « il ne se passe pas un jour sans incident, qui vont de l’insulte à l’agression physique en passant par la détérioration de matériel. Nous demandons à l’Etat, et au Conseil général, en tant qu’autorité organisatrice du réseau, une solution pérenne, et surtout une réponse pénale à nos dépôts de plainte répétés qui ont toujours la même conclusion : ‘parce que c’est un mineur, on le relâche’ ».

Une sanction par semaine…

Un bus victime de caillassage l'année dernière
Un bus victime de caillassage l’année dernière

Des médiateurs avaient été recrutés sur certaines lignes, mais ils ne sont que 84 pour les 250 véhicules de la compagnie, « et puis que peut un médiateur en face d’un gamin armé d’un couteau ? », s’interroge Nicolas Rupert.

La société a pourtant mis sur pied un outil efficace, et qui enregistre une nette aggravation de la situation : « le conseil de discipline composé du vice-rectorat, de la préfecture, du Conseil général et de Matis, se réunissait une fois tous les 6 mois. Un rythme qui s’est accéléré pour passer à une fois par semaine ! » Une garantie pourtant que les éléments perturbateurs sont écartés : « lors du dernier conseil de discipline, 4 élèves ont été exclus à l’année de tout transport scolaire. »

Nicolas Rupert espère une interpellation immédiate, « et surtout une réponse juridique pour calmer la tension chez les chauffeurs qui ne savent plus comment faire face à la situation ».

Des chauffeurs qui ont su garder « la tête froide », de l’expression même du directeur, car un retrait des véhicules aurait empêché le ramassage des élèves scolarisés ce matin, et aurait pu provoquer des manifestations habituelles dans ce genre de situation chez les jeunes.

L’auteur des faits n’était toujours pas appréhendé à l’heure où nous écrivons ces lignes, « mais nous l’avons identifié », indique le directeur de Matis.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupures d’électricité à Hagnoudrou ce jeudi 11 août de 8 h...

139533
Dans le cadre de travaux d'entretien, Electricité de Mayotte (EDM) fait savoir dans un communiqué que des coupures sont prévues le jeudi 11 août...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com