24.9 C
Dzaoudzi
mercredi 10 août 2022
AccueilEconomieLa Sacem de passage à Mayotte : pourquoi les musiciens locaux ne...

La Sacem de passage à Mayotte : pourquoi les musiciens locaux ne roulent pas sur l’or

La Sacem vient faire son petit tour à Mayotte, « une semaine par trimestre », précise Patrick Mathieu, son Délégué régional. Il aborde les priorités d’un secteur qui peine à se structurer.

Rencontre avec un musicien ce lundi
Rencontre avec un musicien ce lundi

La Société des Auteurs, compositeurs et éditeurs de musique a été créée en 1851 et comme son nom l’indique, par des musiciens et pour les musiciens. Sa raison de vivre est donc de collecter les droits d’auteur et de les reverser à leurs bénéficiaires.

A Mayotte, la structuration est en cours. Ce n’est pas demain qu’on verra le nom d’un musicien local sur les listes de la filiale Suisse de la banque HSBC…

70 d’entre eux sont malgré tout sociétaires de la Sacem, amateurs comme « professionnels ». Une professionnalisation en marche pour être plus exact, espérée qu’elle est par un secteur qui attend que le statut d’intermittent se mette en place, « peu arrivent à vivre de leur métier ici », souligne Patrick Mathieu.

Les répartitions se font quatre fois par an, dont deux plus importantes, en janvier et juillet, « pour les recettes des diffusions des concerts, radio et télé, mais aussi des pressages de CD, leur reproduction, ce qui est devenu de plus en plus rare ».

Il parle quand même de « phase ascendante » de collecte, environ 30 000 euros en 2013, en attente des chiffres 2014. Mais pour qu’il y ait collecte, il faut que les diffuseurs de musique signent un contrat forfaitisant un montant, dû en pourcentage du chiffre d’affaire : « ils sont 200 à Mayotte, mais nous avons un gros travail de régularisation en cours ». Mayotte 1ère par exemple, remet une playlist des morceaux diffusés en radio, une discipline à acquérir par l’ensemble des diffuseurs.

Des CD taxés à 50%

Des CD hyper taxés
Des CD hyper taxés

Tous ne reversent en effet pas leurs droits, pourtant garantie de survie pour un musicien : « c’est grâce à leurs premiers droits d’auteur qu’ils s’achètent une meilleure guitare ou du matériel-son ». 85% des sommes perçues sont reversées aux musiciens, « les 15% restant sont des frais de gestion, nous n’avons pas de but lucratif ».

Accompagner les musiciens se veut être la vocation principale de la Sacem, partenaire du festival Milatsika du Défi Chanson de 2014 ou du Prix musique océan Indien qui a permis l’essor de Bo Houss.

Outre l’absence d’un statut professionnalisant, les artistes mahorais n’ont pas la vie facile : « les CD conçus et pressés en métropole sont taxés à 50% en entrant sur l’île », confie Patrick Mathieu qui se bat, « la préfecture était prête à laisser tomber les 10% de taxe douanière si le Conseil général faisait un effort sur les 40% de taxe à la consommation ». Selon lui, aucune amélioration n’est à noter depuis l’arrivée de l’octroi de mer.

Un conseil général pas toujours en règle sur la rémunération des artistes, qui n’ont pas de salles de spectacle. Dommage, Bo Houss, Maalesh ou Saandati sont, comme les sportifs du BCM, ou les fonds sous-marins, l’une des vitrines de l’île.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupures d’électricité à Hagnoudrou ce jeudi 11 août de 8 h...

139526
Dans le cadre de travaux d'entretien, Electricité de Mayotte (EDM) fait savoir dans un communiqué que des coupures sont prévues le jeudi 11 août...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139526
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139526
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139526
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139526
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139526
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com