28.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
Accueiljustice"Je suis chez moi à Mayotte"

“Je suis chez moi à Mayotte”

CARNETS DE JUSTICE. Parents, élèves et instituteurs sont devant l’école maternelle. En ce 6 juillet, tout le monde a déjà la tête en vacances lorsqu’une mère bouscule un instituteur : « T’es pas chez toi. Retourne chez toi, sale blanc ! »

L’instituteur est certes d’origine métropolitaine mais il a grandi à Mayotte et y exerce son métier depuis plusieurs années. Choqué par des propos « inadmissibles dans une école et devant des enfants », il dépose plainte pour « injure publique envers un particulier en raison de sa race, de sa religion ou de son origine ». « Je suis chez moi à Mayotte » dit-il devant le tribunal, visiblement toujours blessé par l’insulte.

« Vous faites partie des parents difficiles »

Entre les deux, le différent remonte à plusieurs mois. L’instituteur propose de réorienter un enfant âgé de 4 ans de sa classe vers une autre, entre deux niveaux. «Ça me semblait plus adapté à son développement». Une telle décision n’est pas acceptable pour la mère. Pour elle, cela revient à stigmatiser le petit. Depuis ce jour, elle n’adresse plus un mot à l’instituteur, pas même un bonjour. L’enfant lui-même ne salue plus son instituteur.
« Le directeur dit que vous faites partie des parents difficiles, fait remarquer le président. Vous faites des remarques régulièrement. Il vous arrive d’entendre votre enfant pleurer alors que vous êtes à des kilomètres. »
« Elle a répondu à une provocation, plaide son avocat. Ils ne se parlent plus depuis quatre mois et (l’instituteur)lui dit ‘Madame, la moindre des choses, c’est de dire bonjour.’ C’est une provocation. »

20.000 euros de dommages et intérêts

Le président tente le compromis : « Ce qui serait opportun, c’est de trouver une solution intelligente à ce problème.» Et de fait, la mère concède des excuses pour « s’être emportée » avant que son avocat demande à son compagnon présent à l’audience de se lever. C’est un Mzungu (européen).

«Que demandez-vous ? » interroge le président. L’instituteur, pris au dépourvu, réclame que la loi soit appliquée et qu’elle soit sanctionnée.
-Vous pouvez demander une somme entre 1 et 100.000 euros de dommages, explique la procureure.
-20.000 !

«Aujourd’hui, compte tenu de l’actualité, explique la procureure dans son réquisitoire, les écoles doivent être protégées de toutes les attaques, quelques qu’elles soient… même si ce n’est pas la pire des attaques qu’ait connu une école.»
La mère, reconnue coupable, est condamnée à une amende de 150€ avec sursis. « Il a été manifestement touché par cette affaire, conclut le président. Je fixe à 200€ le montant du préjudice que vous devrez lui verser. »
Depuis la rentrée, l’enfant n’est plus scolarisé dans l’établissement de l’instituteur. A moins d’un appel, l’affaire est close.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Météo France, Mayotte

Mayotte en vigilance jaune pour les Orages aussi

0
Depuis ce week-end et ses grandes marées, Mayotte est placée en vigilance jaune vagues submersion. Météo France vient de rajouter une vigilance jaune pour...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.