26.8 C
Mamoudzou
jeudi 29 février 2024
AccueilEnvironnementInsalubrité : pas assez de barrages aux déchets

Insalubrité : pas assez de barrages aux déchets

Même si d’indéniables progrès ont été faits, l’île aux parfums n’est pas réputée comme étant à l’abri des émanations putrides des déchets qui s’amoncellent. C’est encore pire après des semaines d’arrêt de la collecte, qui doit pouvoir recommencer au compte-goutte.

Point important qui s’est rajouté à la « charte des barragistes » ce week-end, le passage des équipes de ramassage d’ordure devient vital à l’heure où le risque de choléra pointe son nez à nos frontières poreuses. Mais comme pour les autres visas de franchissement des barrages, il est délivré avec parcimonie et à géométrie variable. Entre la théorie et la pratique, il y a une marge, des médecins nous ont par exemple expliqué ne pas avoir pu franchir le barrage de Tsararano pour se rendre dans leur centre médical de référence.

Nous avons contacté le SIDEVAM 976, en imaginant une kyrielle de camions prêts à prendre le top départ à brise rabattue. On en est loin, nous explique Chanoor Cassam, DGS de la structure, entre deux appels téléphoniques : « Rien que pour conduire un camion, il faut un chauffeur, et donc, qu’il arrive à passer les barrages avec sa voiture personnelle. Or, ils n’y arrivent pas pour l’instant. Nous travaillons sur un système de badges, un signe de reconnaissance qui serait reconnu partout. »

Environ 100 tonnes cumulés

Les poubelles s’amoncellent à Koungou et dissimulent le logo SIDEVAM

D’autre part, il faut ouvrir les quais de transfert pour y déposer les ordures, « c’est le rôle d’agents administratifs, mais qui n’ont pas non plus le droit de passer. » Et pour compliquer le tout, commencer à vider ces quais de transfert avant leur remplissage est indispensable, « ils sont chargés, le camion benne de la STAR (Suez) doit transférer les déchets ultimes vers le centre de Dzoumogné. Il y a moins de problème de ce côté-là, les leaders ont validé son déplacement. »

Toute une réorganisation à mettre en place, avec des moyens réduits, « alors que nous fonctionnons habituellement avec 20 à 30 véhicules de service, seuls 8 pourront circuler, nous ont indiqué les barragistes, toujours sous condition que les chauffeurs arrivent à passer. » Un impératif avant que la situation ne devienne ingérable sur le plan de l’hygiène.

Déjà présents en nombre sur l’île, les rats voient leur terrain de jeu s’agrandir, « nous arrivons à traiter au maximum 8 tonnes de déchets lors d’une grosse collecte, là, il y a environ 100 tonnes à ramasser après trois semaines d’inaction. Nous n’arriverons pas à le faire en une fois, avec en plus, des restrictions de circulation. »

Et des plus ou bonnes volontés des barragistes, puisqu’un camion a pu tourner la semaine dernière, mais bloqué sur un seul barrage, au carrefour Milou, près de Soulou.

Le temps de réorganiser la collecte, les immondices continuent à s’amonceler, et partout, plus seulement à côté des points de ramassage.

Anne Perzo-Lafond

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, délinquance, Gérald Darmanin, Marie Guévenoux, Vigipirate, place nette

Point post-visite ministérielle sur les outils de lutte contre la délinquance à grande échelle

0
Avant même de se lancer dans un Wuambushu II, un bilan du premier n’est pas inutile et permet de repositionner le curseur sur les besoins. Sur son volet délinquance, le dispositif « place nette » a été rajouté par Marie Guévenoux. Et faute d’état d’urgence sanitaire, utilisons "place nette" et pourquoi ne pas décliner Vigipirate actuellement en vigueur en France ?

Salon international de l’Agriculture : les confidences des médaillés d’argent en vanille et miel

0
Alors que les portes du Salon international de l’Agriculture doivent se refermer ce week-end, nos représentants mahorais, bien que très peu nombreux, ont brillé dans leur domaine. La quantité ne faisant pas la qualité, nos agriculteurs ont valorisé notre territoire puisqu’ils repartent chacun avec une médaille d’argent au concours général agricole, à savoir la culture de la vanille mais aussi, et cela est nouveau, dans la production de miel.

Redécouvrir Mamoudzou de nuit : Mamoudzou by night !

0
Arpentez le centre-ville de Mamoudzou la nuit à travers une marche nocturne de 7,1km. Mamoudzou by night se déroulera le vendredi 08 mars 2024 à partir de 17h30 au départ de l’Hôtel de Ville...

Appel aux exposants pour le marché paysan de la foire ramadan

0
A l’occasion du ramadan, la Ville de Mamoudzou organise un marché paysan afin de promouvoir les activités économiques du territoire, de permettre aux producteurs locaux de valoriser et vendre leurs produits. Il se tiendra les mercredis et les samedis de 8h à 16h du 13 mars au 10 avril 2024.
Autorité de la concurrence, Mayotte, Longoni

L’Autorité de la concurrence reproche un abus de position dominante au port de Longoni

0
S’il n’est pas fait mention de l’identité de la société visée, les deux griefs énoncés par l'AC portent sur la gestion et l’exploitation des infrastructures du port de Longoni. Toute ressemblance avec une personne existante est-elle fortuite ?...

Recent Comments